04 avril 2018

Le père

Son père avait 86 ans et maintenant,  quand elle se promenait avec lui, on la prenait pour sa femme...
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

02 avril 2018

En finir

Chaque jour elle déposait un mot dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4 courtes lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui. L'avant-dernier, par contre, il lui avait fallu de longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux jours, et pas n’importe quelles lettres, des lettres longues et romantiques... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
31 mars 2018

Duo de mars

Suite de notre Duo de mars avec Caro du blog les heures de coton.  Voici mon texte :       Peau d’âme Dès leur première rencontre, elle l’avait appelée Peau d’âme, en souvenir de ce conte qui l’avait bercée dans son enfance. Mais d’où venait Peau d’âme ? Nul ne le savait et elle, peut-être encore moins que les autres. Peau d’âme disait l’aimer et adorait creuser en elle des tunnels d’émotions qui la laissaient exsangue ; mais jusqu’où irait-elle ? Elle savait qu’un jour il faudrait lui fausser... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 mars 2018

Duo de mars

Voici notre Duo de mars avec Caro du blog les heures de coton. Ce mois-ci il s'agissait d'écrire à partir de cette photo que j'ai prise à Rouen. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera publié le 31 mars.     Peau d’âme Je pousse la porte de la boutique Peau d’âme pour découvrir un intérieur aussi énigmatique que le soin « Il était une fois… » glissé sous le sapin du dernier Noël. L’instigateur de cet étrange cadeau ne s’était pas manifesté et nous étions si nombreux à nous empiffrer lors... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
27 mars 2018

A toi de jouer

Il était sorti du jeu de cartes sans crier gare et lui avait dit : « pique, cœur, trèfle ou carreau, choisis, mais vite, sinon ton tour va passer et tu vas encore jouer à la victime. » Elle le regarda courroucée. C’en était trop. Comment ce valet que le roi et la reine foulaient aux pieds – sans parler de l’As -  se permettait-il de lui donner des conseils ! Elle se radoucit pourtant. Elle venait de remarquer ses yeux fardés et son anneau à l’oreille droite. N'était-ce pas  le pirate qui apparaissait dans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - Commentaires [14] - Permalien [#]
25 mars 2018

A chaque âge...

A 20 ans, on la disait laide ; à 30 ans on lui trouva une ressemblance avec Alice Sapritch ; à 50 ans, on clama qu'elle ne faisait pas son âge ; à 60 ans on lui trouva soudain du charme et à 80 ans, tout le monde s'accorda à dire que c'était une charmante vieille dame.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

23 mars 2018

l'apparition

  L’apparition   Elle avait choisi Lisbonne comme refuge. « Lisboa » - disait-on dans ce pays presque oublié de l'Europe -  une cité inconnue qu’un  poème, abandonné sur un banc de la ville où elle vivait alors, lui avait esquissée devant ses yeux lassés de pleurer. Elle se rappela les premiers vers du poème tandis qu’elle traversait « o terreiro do paço » faisant rouler derrière elle son énorme valise noire.   Je dis : “Lisbonne” Quand je traverse – venant du sud – le fleuve ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
21 mars 2018

Le coq

Il y a deux semaines, j’ai entendu le cri d’un coq. Un coq ? Ici ? En centre ville ? Incroyable ! Mais comment il est arrivé ce coq ? J’ai demandé à mon mari s’il l’entendait. Peine perdue, il devient sourd. Alors j’ai ouvert la fenêtre en grand et je lui ai dit. - Et maintenant, tu l’entends le coq ? Il l’a entendu. - Tu crois que c’est un vrai ? Lui ai-je fait- Pourquoi voudrais-tu que ce soit un faux ? Je n’ai pas aimé le ton léger avec lequel il a dit cette dernière phrase. Comme si ce coq n’avait aucune importance ! Il ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
19 mars 2018

X

En rentrant de vacances, il avait trouvé une chaussure de femme sur sa boîte aux lettres.  Qu’attendait l’esseulée ?  Il se demandait si ce n’était pas un « coup de théâtre » de X,  l’inconnue rencontrée un an plus tôt lors d’une soirée chez des amis. Que lui voulait-elle et que devait-il lire dans ce symbole phallique ?  Sans doute X se vengeait-elle car il avait eu l’audace de s’évader de la geôle qu’elle lui avait construite sur mesure. Ne lui signifiait-elle pas aussi qu’elle aurait eu plaisir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
17 mars 2018

Le bulletin

Voilà, il l’avait bien mérité, elle lui mettrait exactement ça sur son bulletin scolaire, même si elle savait parfaitement que cela ne ferait nullement avancer les choses : « Ne fait rien avec conscience et régularité et contribue grandement à être acteur de son ignorance ! »
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]