07 novembre 2017

La robe

Elle lui avait dit. -          Dévore-moi toute crue. Sans hésiter un seul instant,  il l’avait mangée de la tête aux pieds. Deux heures plus tard, penché au-dessus du lavabo, il vomissait chaque petit morceau de la femme  chocolatée. Arrivé au bout de son marathon, il se dit que l'anthropophagie exigeait un estomac qu'il ne possédait pas. Sans doute valait-il mieux qu'il ingurgitât des nourritures abstraites telles que la philosophie ou la littérature...   PS : photo... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

05 novembre 2017

Vérité

A 85 ans, elle se disait toujours "jeune d'esprit", "très ouverte" et "tolérante". Ces vérités,  gravées dans sa chair, était rarement remise en cause par ses proches, qui le devenaient de moins en moins. A quoi bon contrarier ceux qui croient à tel point en eux qu'ils n'écoutent plus les autres ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
03 novembre 2017

Les origines

Le taxi nous ramène des urgences. Le chauffeur est noir et nous enjoint de nous préparer au gendarme couché. L’un des deux passagers demande. -          C’est une expression qu’on utilise beaucoup aux Antilles. Vous êtes antillais ? -          Non. -          Mais alors vous êtes de quelle origine ? -          Ma mère est bretonne. Cette... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2017

Cendrillon

Lisa se rêvait en Cendrillon, mais sa vie oscillait entre le magasin de chaussures où elle naviguait dans un océan de boîtes en carton et le studio qu’elle louait rue du Sud. Jusqu’au jour où il est apparu. Non, pas le prince charmant, mais l’homme qui lui a posé la question insolite qui a changé sa vie. -          A quoi rêvent les vendeuses de chaussures ? Lisa n'a   pas  répondu tout de suite car elle était occupée à observer le pied  gauche de l'homme. Sa cambrure était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [30] - Permalien [#]
01 novembre 2017

Reproches

Il reprochait toujours aux autres les défauts qui étaient les siens. Mais il avait des circonstances atténuantes : il ne savait pas qui il était lui-même !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
30 octobre 2017

solitude

La maison était silencieuse, vouée à la solitude des pierres qui ne reçoivent plus l'écho du monde. Quand elle s’approcha et colla son oreille au mur, elle entendit des sanglots. Malgré les trente ans passés, suffisait-il de passer devant la maison pour que tout resurgisse ? Elle eut soudain la certitude que son ombre avait étouffé le gardien de la forteresse de ses peurs et que tous les démons  sortaient de leur geôle pour se précipiter à la lumière du jour. Effrayée, elle partit en courant, étrangère à la voix d'enfant qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

28 octobre 2017

Choisir

« La vie, c’est l’hésitation entre une exclamation et une interrogation. Dans le doute, il y a le point final. »  disait Fernando Pessoa.  Le point final  ou la solution radicale. Parfois, on peut aussi opter pour le tiret – à la ligne ou non - qui ouvre le dialogue avec soi ou l’autre …
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
26 octobre 2017

Le calvaire

Dans sa tête,  de petits parapluies virevoltent. Leur mission : protéger son âme  du soleil implacable qui menace de l’assécher. Ils tournent  dans une valse parfaite, trois temps imperturbables que la machine du temps égrène en bémol majeur. Mais à chaque tour de valse, les baleines se cognent aux parois de son crâne et lui rappelle que le calvaire vécu par le Christ n'est rien à côté du sien... PS :  photo prise à Saumur cet été.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
20 octobre 2017

L'exercice

Le professeur d'espagnol avait donné un exercice simple à ses élèves de seconde : faire le portrait d'un ou d'une amie. Il remarqua que Léa n'écrivait rien. IL s'approcha d'elle et lui en demanda la raison. Elle répliqua, avec une pointe d'agressivité, qu'elle ne connaissait que la première personne du présent de l'indicatif des verbes et qu'il lui était donc impossible de faire le travail donné. - Vous ne vous souvenez pas qu'on a revu le présent en début d'année, et à toutes les personnes ?- Je connais que la première personne.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Le disque rayé

Elle n’arrêtait pas de dire " Si je mourais,  personne ne s’en apercevrait !". Lassée de l'entendre ressasser, son amie lui a rétorqué. -          Moi, en tout cas, je m'en apercevrais ! D'ailleurs, ça me ferait des vacances parce que si tu savais ce que tu peux être casse-pieds à répéter toujours la même chose ! -          Moi ? je répète toujours la même chose ? Tu es gonflée ! Et son amie de répondre. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [25] - Permalien [#]