10 septembre 2017

Le fil à linge

Quand  il avait vu le linge étendu sur le fil, il n’avait pu s’empêcher de s’arrêter. A qui appartenaient ces  sous-vêtements ? Son esprit vagabonda et, à défaut de voir la propriétaire, il prit une photo. Soudain quelqu’un l’interpela. -          Hep, vous là-bas, vous faites quoi ? -          Je prends une photo, c’est interdit ? -          C’est du voyeurisme, dit la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

08 septembre 2017

Maman !

Comme à son habitude, elle attendait les parents de ses élèves à la sortie du cours de trapèze qu’elle donnait tous les mercredi après-midi. Ce jour-là, la maman de Louis, 6 ans, était en retard et celui-ci s’inquiétait un peu. L’avait-elle abandonné ? Quand il l’a vue au bout du couloir, il a couru se jeter dans ses bras, mais il lui a soudain  semblé important de revenir sur ses pas pour demander à son professeur. -          Et toi ? Quand est-ce qu’elle arrive ta... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
06 septembre 2017

L’art de la ruse

Voici une histoire vraie, écrite par Gilda, mon amie de Belo Horizonte, et traduite du portugais par mes bons soins   Ivan, mon jeune frère, est un jour sorti du travail pour acheter de quoi préparer son sandwiche  de l’après-midi. Il a arrêté sa voiture en face d’une boulangerie et une moto s’est aussitôt garée derrière lui. Un jeune homme l’a abordé d’une voix sympathique et lui a dit de façon discrète : « Attaque à main armée ! Donne-moi ton argent, tout de suite. » Ivan a pris son portefeuille dans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2017

La boîte aux lettres

Il y avait tellement longtemps qu’il ne recevait plus de courrier ! Mêmes les factures ne lui parvenaient pas. Rien, le vide, le néant, mais dans cette vie de rien, il avait tissé sa toile obstinée qui le menait à petits pas vers la mort…   PS : photo gentiment prêtée par Patrick.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
02 septembre 2017

La bête

La bête en lui sommeillait depuis des années – combien d’années ? Sans doute 8 ans, depuis que sa femme était partie après avoir porté plainte pour violences conjugales  - et la nouvelle proposition de la patronne de « la Civette » lui avait tout de suite mis l’eau à la bouche. Et puis, cinq euros, c’est quoi ? Alors il se lança. -          Une offre découverte pour moi, Ginette ! -          T’es sûre Marcel ? T’as... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
31 août 2017

L'accent

Un matin, elle se réveilla avec l’accent américain. Au début, elle ne le remarqua  pas, c’est son mari qui le lui signala. -          Arrête de prendre cet accent ! -          Quel accent ? répondit-elle étonnée. -          L’accent américain ! Elle alla voir  le médecin qui se déclara impuissant. Il avait même ajouté « Patience et longueur de temps font plus que force ni... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 août 2017

Les guetteurs

Afin de réduire le nombre de vols, la municipalité avait mis en place des chiens guetteurs. Le maire avait su convaincre ses concitoyens avec des arguments de poids : les chiens travaillaient sans être rémunérés et, avantage non négligeable, ils dispensaient de l’affection. Les volontaires avaient donc eu droit à un chien dont la pension était payée par la mairie. Si le nombre de vols avait légèrement baissé, l’atmosphère dans la ville était beaucoup  plus conviviale et ce, pour une raison très simple : chaque... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 août 2017

Le dernier voyage

Lui voyageait léger, elle voyageait lourd. Il avait un petit sac à dos, elle une grosse valise à roulettes. Son sac à dos était marron, sa valise était rouge. La dernière fois qu’ils sont partis ensemble, sa valise était si grosse qu’elle passait difficilement dans la travée centrale. Forcément, il devait l’aider. Forcément, il s’exécutait en maugréant. L’apogée du voyage, ce fut lorsque l’une des roulettes du coffre rouge qu’elle appelait valise s’est cassée. Il a fait quatre wagons, suant, soufflant, vérifiant que l’infâme valise... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2017

Le libraire

Hier, j’ai acheté un livre. L’homme qui m’a servi était chauve, jusque-là rien que de très normal. Par contre, lorsqu’il s’est penché pour emballer mon livre, j’ai vu le sommet de son crâne et là, comme c’est étrange, j’ai été prise d’une irrépressible envie de passer ma main sur ce crâne si lisse et qui semblait si doux. Je sais combien cela pourra vous sembler incongru, mais je l’ai fait. Le libraire s’est laissé faire et m’a dit. -          Continuez si ça vous fait du bien.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
19 août 2017

Le départ

Il avait grandi trop vite.  Ce n'était plus cette  boule de poils qui les avaient séduits. En cinq mois l'animal avait fini par avoir tous les défauts du monde.  Au début, lui et sa femme avaient  bien essayé " Couché ! Assis ! Debout ! La patte ! Pas sauter ! " ; et puis ils en avaient eu marre, le chien était trop bête. Sa femme avait même dit.  - Il m'emmerde ce chien. Si c'est comme ça, il vaudrait mieux… et elle avait laissé sa phrase en suspens.  Maintenant, dès que la bête arrivait dans la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :