20 avril 2018

MOI

Elle venait de créer un spectacle intitulé « Moi » ;  l'idée de faire le tour de soi n'était il pas ennivrant ? Seulement,  après avoir vu le filage du spectacle, elle avait eu l'étrange impression de se trouver face à une inconnue...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

16 avril 2018

Le chien

Dans ce café tranquille du centre de Rouen, quand le chien est arrivé à la table de l’homme à moustache installé près de la fenêtre, il a tout de suite remué la queue, sans parler des larges coups de langue qu’il lui a prodigués. L’homme, loin de se montrer indisposé par ces « léchouilles » a dit aux dames qui accompagnaient le chien : «  Ah, c’est pas ma femme qui me manifesterait autant d’attentions. » L’une des dames, sans doute agacée par cette réplique, a ajouté. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2018

Retour

Le bateau revenait au port mais elle ne voyait pas sa silhouette sur le pont. Aussitôt, sa machine à questions se mit à tourner follement.  Avait-il disparu dans les flots ? Une sirène surgie du fond des mers l’avait-elle emprisonné dans ses filets ? Son associé – dont elle n’aimait pas le visage patibulaire – l’avait-il assassiné ? Inquiète, elle enfila sa veste noire et sortit sur le quai. Elle constata que, comme à chacun de ses retours au port, il était  sur le pont, la cigarette aux lèvres, prêt à la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
12 avril 2018

Le compteur

- Vous venez pour le gaz ? Lui cria la vieille dame alors qu’il faisait juste les cent pas devant chez elle. - Euh…oui. - Eh bien entrez ! Et il était entré chez elle alors qu’il n’était pas employé du gaz. Il avait refermé la porte derrière lui et observait l’intérieur modeste de cette petite maison aux murs fleuris où il était entré sans en avoir vraiment eu l’intention. - Tenez, mettez les patins, lui dit-elle, c’est mieux. Il chaussa deux patins gris qui lui rappelèrent ses folles glissades sur le parquet de sa grand-mère. -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [16] - Permalien [#]
10 avril 2018

Mathématiques

A chaque fois qu’elle pensait à son père, lui revenait ce début d’énoncé d’anciens cours de maths : « Dans un repère orthonormé… ». Elle comprenait maintenant pourquoi elle avait tant détesté les maths !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
08 avril 2018

LE SVDM

Il avait été diagnostiqué comme souffrant du SVDM -  syndrome de vie de merde - et avait été très clair avec le médecin. -          Soit vous me trouvez un traitement ad hoc, soit je change de médecin. Le médecin avait piteusement baissé les yeux n’osant dire que quand le SVDM sévissait, il n’y avait aucune solution, sinon – et tout dépendait de sa date de « péremption » car l’opération demandait du temps  – changer de corps et de décor  pour enfin éclore
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]

06 avril 2018

Lire ou bricoler ?

Si encore il avait aimé lire, mais non, jamais elle ne l’avait vu un livre à la main. Il préférait la truelle ou la pioche ; ce n’était pas avec ça qu’il allait lui faire la conversation. Elle, elle adorait lire, tout, vraiment tout, de Flaubert à Marc Levy ; elle était bibliophage, c’était une maladie. Et lui ne disait pas autre chose. -          Arrête de lire, tu vas avoir mal  à la tête ! Jamais elle ne l’écoutait, bien sûr, et elle continuait, des heures durant, au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2018

Le père

Son père avait 86 ans et maintenant,  quand elle se promenait avec lui, on la prenait pour sa femme...
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 avril 2018

En finir

Chaque jour elle déposait un mot dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4 courtes lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui. L'avant-dernier, par contre, il lui avait fallu de longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux jours, et pas n’importe quelles lettres, des lettres longues et romantiques... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
31 mars 2018

Duo de mars

Suite de notre Duo de mars avec Caro du blog les heures de coton.  Voici mon texte :       Peau d’âme Dès leur première rencontre, elle l’avait appelée Peau d’âme, en souvenir de ce conte qui l’avait bercée dans son enfance. Mais d’où venait Peau d’âme ? Nul ne le savait et elle, peut-être encore moins que les autres. Peau d’âme disait l’aimer et adorait creuser en elle des tunnels d’émotions qui la laissaient exsangue ; mais jusqu’où irait-elle ? Elle savait qu’un jour il faudrait lui fausser... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [18] - Permalien [#]