13 septembre 2018

Monsieur Augustin

Elle voyait M. Augustin à 17 heures, tous les mardi, depuis deux ans. Il  lui disait bonjour le regard sombre, s'allongeait avec lenteur sur le divan, puis il restait silencieux pendant deux minutes. La vie de Monsieur Augustin était d'une terrible morosité et ses répétitions permanentes la plongeait parfois dans un endormissement léger.  Quand allait-il en finir avec ses ressassements ? Cette photo, elle l'a prise discrètement le mardi 11 septembre pour une étrange raison : Monsieur Augustin avait réussi à dire qu'un jour... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

11 septembre 2018

Fin programmée ?

Et si je ne rentrais pas ? Chaque année la même question, chaque année la même réponse, le même manège désenchanté, le même fiasco. Evidemment elle était libre de ne pas rentrer. Il suffisait de prendre un billet de train au hasard et hop, le tour était joué. Soudain la voix de son mari résonna dans leur maison pimpante du bord de mer. -          Chérie, qu’est-ce qu’on mange ce soir ? Elle répondit. -          Je n'en sais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
09 septembre 2018

La vie est-elle un étrange palais ?

C'est là qu'il la séduite de son  regard simiesque. Depuis combien de siècles vit-elle dans le parc de cet étrange palais où le présent envahit le passé? Elle ne le sait même plus. Ici, vivre  ne consiste en rien, sinon écouter les conversations d'êtres aux langues singulières qui pensent que la vie est faite de délicieuses photos dont ils ne connaissent pas même l’histoire…     PS : photo prise à Lisbonne, au "Palacio da Fronteira", il y a bien longtemps...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
07 septembre 2018

Les comprimés

J’en ai assez d’avaler des comprimés pour aller mieux. Il faut que je m’oublie. Tous les matins, je  me réveille une demi-heure plus tôt pour les prendre : quatre boîtes, quatre comprimés, un ordre à respecter, et un comprimé à couper en deux.  Hier matin, j’étais pressé – je n’avais pas fermé l’œil de la nuit parce que j’avais pensé à elle - et au lieu de couper mon comprimé en deux  je l’ai pris entier ; grossière erreur. Au bureau, je me suis endormi devant l’ordinateur et ma collègue Josiane n’a pas réussi à me... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
05 septembre 2018

Magritte ?

Il lui avait dit qu'il s'appelait Magritte mais elle n'en avait rien cru. Elle était persuadée que cet homme se présentait ainsi  parce qu'il souhaitait se moquer d'elle. N'était-elle pas qu'une simple caissière ? Pourtant il avait insisté. - Les affinités électives sont le portrait des amants qui n'ont pas de lunettes d'approche. Vous savez, je suis aussi "therapist".  Elle avait rougi, incapable de répondre quoi que ce soit à cet homme qui transformait la vie en une suite de représentations. Elle avait tout de même... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
03 septembre 2018

Attente

Je vous parle comme à une amie, je ne vois pas beaucoup de monde, je suis seule, je regarde le monde vivre. Les vieux dérangent ; ils sentent la mort. Ils perdent la tête et laissent le corps prendre la place de l’esprit. Je vous parle comme à une amie,  vos yeux surpris lisent la vieillesse de votre jeunesse. Vous ravalez votre orgueil, vous m’observez, vous déchargez votre jeune pitié compatissante, vous parlez lentement, vous prenez le temps, vous vous adaptez,  vous êtes mes yeux,  vous êtes mon esprit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

01 septembre 2018

Le poète

Il se disait poète et restait souvent assis le long du fleuve. Il y avait installé une chaise blanche où les goélands aimaient parfois se poserC'est là que nous vivions, avait-il l'habitude de dire en souriant à ceux qui parfois l'accompagnaient.  Nous qui ? Lui demandait-on. Elle et moi, répondait-il. Elle me donnait des mots et moi je faisais des vers qui dessinaient de longs poèmes qu'elle chantait d'une voix grave. Le jour où il a disparu, elle aurait eu 82 ans. Lui en avait 85, et il était temps pour lui de la retrouver. PS... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
30 août 2018

Le maillot

  -          Putain, t’as vu à quoi tu ressembles ? J’étais nue dans la cabine d’essayage quand j’ai entendu la voix, on aurait dit ma mère, sauf qu’elle n’aurait pas dit « putain ». Je me suis rhabillée illico, j’ai laissé le maillot de bain noir à l’intérieur et je suis sortie en pleurs du magasin. Après je suis entrée dans la première boulangerie venue, j’ai acheté un pain au chocolat, un pain aux raisins, un chausson aux pommes, et j’ai tout bouffé : le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
28 août 2018

Souvenir

La boutique Vaudran, à droite et au coin de la rue, a été  photographiée cet été dans la rue du village qui était le mien, enfant et adolescente. Robert Vaudran, tel était le nom du boucher. Un homme farceur et bon vivant - mort bien sûr -  qui choyait les enfants et faisait rire les parents.Un  séducteur, à sa façon. Je me suis toujours demandée comment il avait pu épouser la femme qui était la sienne, aussi ennuyeuse et bien-pensante qu'il était drôle et facétieux. Mais, qui sait comment ces choix se font ?Tant de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
26 août 2018

Mère et fille

Mère et fille   Ce repas a signé  le début de la guerre des tranchés. Juste après l’entrée, sa mère lui avait laissé entendre que  sa robe ne lui allait pas du tout. Elle lui avait répliqué vertement. -           C’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Le rire déplacé de sa mère l’a piquée au vif, sans parler de ce verre de vin qu’elle avait levé en répliquant, ironique. -           A ton âge, ma petite fille,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]