15 juillet 2013

Voler

Moi, je voulais être hôtesse de l’air mais je n’ai pas pu. J’avais les langues mais pas les mensurations, aucune compagnie ne m’a acceptée. Du coup j’ai fait une dépression et je suis allée voir un psychiatre. Au troisième rendez-vous il m’a dit : quand un projet  bat de l’aile, il vaut mieux en faire son deuil ! Vous, ce qu’il vous faut, c’est voler de vos propres ailes.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

14 juillet 2013

Le filet à prévisions

Dans son filet à prévisions, elle avait toujours deux ou trois prophéties  à raconter, au cas où…  Les  gens veulent souvent  savoir de quoi demain sera fait, cependant, n’est-il pas dangereux de bousculer l’avenir ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 juillet 2013

Vacances

La petite fille pleure et pousse un mini-chariot en suivant sa mère dans l’allée centrale de l’hypermarché. Son visage est congestionné, on la menace.- Si tu continues à pleurer comme ça, je le dis à papa quand on rentre !Aucun effet. Agacée, la mère reprend en crescendo.- Je vais quand même pas t'acheter des trucs pour la plage alors qu'on part pas en vacances ! T'as pas encore compris qu'on part plus en vacances ? C’est fini les vacances !Et, l'une derrière l'autre, elles s'éloignent dans l'allée, la mère vociférant, la petite fille... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
12 juillet 2013

La porte du Moi

Quand le psychiatre est passé à l’atelier d’art-thérapie, il a regardé la photo que j’avais choisie et il m’a dit. - Alors ? Et je lui ai répondu. - Alors voilà, c’est Moi !- Intéressant, a-t-il rétorqué en se frottant le menton. Il  m’a souhaité bon courage pour la suite et il a continué son tour d’atelier. Le psychiatre ne s’embarrasse jamais de mots. Je me demande s’il ne file pas un mauvais coton, seulement maintenant,  je m’en fous, je ne suis plus Dieu. Il faut dire que j’ai été Dieu pendant trente ans, c’est long... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
11 juillet 2013

Le Noir

Quand il draguait une blanche et qu’elle le repoussait, il hurlait furieux : " Tu ne veux pas me parler parce que je suis noir ? Pourtant tous les sangs sont rouges ! ". Cette entrée en matière lui apportait parfois d’agréables surprises…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
10 juillet 2013

Alain

A chaque fois qu’elle rencontrait un homme, elle ne pouvait s’empêcher de l’appeler Alain. Avec le dernier en date – qui s’appelait Tristan – L’aventure avait tourné court ; non parce qu'il ne voulait pas se faire appeler Alain, mais parce qu'il avait décidé de l’appeler « Mathilde » alors qu’elle s’appelait  Hélène.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]

09 juillet 2013

Le décès

Cela faisait longtemps qu’il ne la voyait plus. Et quand il a su - par le plus grand des hasards - qu’elle était morte six ans plus tôt, il lui en a  voulu. Comment avait-elle pu mourir sans le prévenir ? Il s’est  soudain senti  abandonné dans ce vaste monde…
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
08 juillet 2013

La dent

Elle lui demanda de s’installer et mit  le fauteuil en position horizontale. Après un échange d’usage, il ouvrit la bouche. Elle lui plaça les instruments habituels et s’attaqua à sa molaire gauche sans qu’il ne puisse sortir un son. Un quart d’heure trop tard, il recouvra la parole et put lui expliquer qu’elle s’était trompée de molaire. Elle regarda la radio et s’excusa brièvement. -          Désolée, j’avais pris la radio à l’envers.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
07 juillet 2013

Le gorille

Voici un texte illustré par Patrick Cassagnes. Ce texte est le fruit de notre collaboration sur « jedouble ». Le gorille   C’est en voyant la photo dans l’encyclopédie animalière  feuilletée chaque soir avec son fils,  qu’elle se rendit à l’évidence : son patron était un gorille. Elle avait déjà eu de sérieuses présomptions : quand elle l’entendait marmonner dans son bureau ou  quand elle le surprenait à la cantine en train d’éplucher une banane. Mais là, plus de doutes possibles, une mutation... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
06 juillet 2013

Opéra

Avec son mètre 60 et son physique banal, jamais personne ne faisait attention à elle. Par contre lorsque, sur la ligne Austerlitz Boulogne,  sa voix de mezzo emplissait le wagon du métro, plus personne ne pouvait l’ignorer. Ce jeudi -là, elle commença par un air de Carmen et  poursuivit avec «  Mon cœur s’ouvre à ta voix ». En général elle chantait trois airs d’Opéra - il fallait éviter de lasser le public -  puis elle passait dans les rangs avec sa sébile. Elle allait entamer le dernier morceau quand un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]