09 mai 2013

La patte

Il était tombé dessus par hasard et il avait poussé un cri d’effroi. Remis de sa surprise, il s’était approché précautionneusement. La patte était là depuis longtemps, aucun doute. Mais de quel animal venait-elle ? Etait-il  le premier à l’avoir vue ? Il prit une photo puis il l’examina attentivement. Soudain, il entendit des pas derrière lui et il se retourna vivement. C’était une femme plutôt âgée avec un chien en laisse. - Bel arbre, hein ? lui dit-elle d’une voix forte. Il ne répondit rien et se contenta de la toiser de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

08 mai 2013

L’atelier théâtre

Le professeur, excédé par le visage et le ton inexpressifs  de la jeune femme, lui avait demandé. - Mais quand tu dis cette réplique, tu penses à quoi ? Elle avait hésité un instant puis avait répondu. - A rien ! Et le professeur avait éructé. - Mais si tu ne penses à rien et si tu te fiches de ce que tu dis, comment veux-tu que les spectateurs s’y intéressent, eux ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
07 mai 2013

Cauchemar

Il passait ses nuits à pédaler ; l’enfer. Le matin, il se levait exténué, le  pyjama à tordre. Il finissait par avoir peur de s’endormir, sûr qu’il aurait encore un ou deux cols à franchir dans la nuit. Mais le pire, ce n’était pas les côtes, c’était  les descentes : il avait peur des sorties de route. La nuit du 12 mars, il s’était réveillé juste au moment où il ratait un virage dans une descente vertigineuse. Il n’avait pu se rendormir qu’à 5 heures et son réveil avait sonné à 6 heures 30. Quand il était arrivé au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
06 mai 2013

A moi les p’tites anglaises !

Adolescent, il avait  habité Calais, ville renommée pour son port et sa dentelle. Mais lui, ce qui l’avait marqué, c’étaient les arrivages de petites Anglaises par ferry ou par train. Son anglais avait toujours été plus que sommaire, mais il s’était rapidement construit son kit de survie. Il s’agissait d’une ritournelle prononcée avec un « délicieux » accent français : «  Open your mouth, give me your tongue* ! ». Il évitait ainsi de perdre un temps précieux dans les préliminaires.Quarante ans plus tard, il riait encore en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
05 mai 2013

L'urne

Dans l’urne, il y avait les cendres de son père. L’incinération – qui avait eu lieu deux jours plus tôt -  l’avait fortement éprouvé : c’était sa première crémation. Il n’avait jamais été proche de son père, il passait d’ailleurs le plus clair de son temps à l’éviter. Ce n’était pas  par hasard qu’il avait choisi d’habiter  Nice alors que son père habitait  Lille. Quarante années d’exaspération silencieuse, de non-dits, quarante années de faux-semblants… et cette punition supplémentaire que son père lui infligeait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
04 mai 2013

Danser

Il était cul de jatte, un accident de la vie - comme on dit - qui l’obligea à taire son rêve de devenir danseur. Enfant, il observait par la fenêtre les petites filles qui faisaient leurs exercices d’assouplissement aux barres asymétriques de l’école de danse. Avec application, elles s’astreignaient aux pliés-tendus-jetés puis, avant la fin du cours, elles s’élançaient sur le sol brillant qui accueillait leurs ébauches chorégraphiques. Leurs frêles jambes couleur chair l’émouvaient bien plus qu’il ne l’aurait pensé. Lui aussi voulait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2013

Pas avec elle !

A chaque fois il lui opposait un non, pas avec elle, jamais avec elle ! Pourtant, avec les autres il ne se gênait pas. Il fallait voir comme il les entreprenait,  les serrait,  les pressait même. Il leur parlait souvent au creux de l’oreille,  à croire qu’il aurait voulu… Mais avec elle, non, jamais ; avec toutes, sauf elle ! Quand elle le lui reprochait, il lui disait juste qu’il ne l’avait pas épousée pour la danse ; et aussitôt, il en invitait une autre et leurs corps s’éloignaient dans une valse folle…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2013

Le quadrupède

Sur son devoir de Mathématiques, l’élève X  avait parlé du « quadrupède » à quatre côtés  ABCD. Le professeur avait préféré en sourire. Il s’était contenté d’inscrire en rouge, sous la figure  en question : est-ce que ce quadrupède ABCD court vite ?
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2013

La cage dorée, vous connaissez ?

Cette comédie de Rubem Alves, cinéaste d’origine portugaise, est une révélation. Rires, clichés tournés en dérision et lutte des classes sont au rendez-vous, même si tout se termine en conte de fée plutôt qu’en révolution. Les comédiens sont parfaits, les personnages attachants à souhait, et l’émotion m’a souvent serré la gorge. Ce film est une excellente occasion de connaître la communauté portugaise vivant en France, mais pas seulement... Pour compléter ce tour du Portugal, voici deux chanteuses qui méritent plus qu’un clic :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
30 avril 2013

Duo

Aujourd’hui, avec caro-carito, nos textes se croisent en un  duo stimulant : son texte est sur Presquevoix, quant à mon texte, il  est sur son blog. La consigne était la suivante : écrire  à partir de la photo ci-dessous, de Dominique Hasselmann. Hé toi ! L’ancêtre ! « Non, mais regarde sa tête… » Il suffirait que No s’approche d’un demi-millimètre pour que son visage s’écrase contre la vitre. « Tu ne trouves pas qu’il ressemble à ce connard d’orientateur, celui qui m’a presque traitée de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]