27 juillet 2012

Piquante

On l'avait toujours qualifiée de piquante, pourtant, si elle piquait leur curiosité, c'était jusqu'à un certain point. Elle commençait à s'inquiéter : serait-elle vierge à vie ?Sa mère, à qui elle s'en était ouverte, lui avait répondu.- Ma fille, plutôt coiffer Sainte Catherine que des verges dont la finition et la texture ne te conviendraient pas.Elle en était restée coite.PS : texte écrit dans le cadre des " impromptus littéraires ".
Posté par gballand à 07:29 - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 juillet 2012

L’absinthe

Elle leur avait préparé le verre à absinthe, la cuillère, le morceau de sucre. Elle avait versé l’absinthe dans le verre, restait à mettre en route le goutte à goutte. C’est ce moment-là que l’enfant choisit pour faire bouger la table : les sucres tombèrent dans l’absinthe, les cuillères tombèrent sur la table et deux gifles tombèrent sur ses joues rebondies.- On ne plaisante pas avec l’absinthe, hurla son père.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2012

Duo

Nouveau duo avec caro-carito, du blog les heures de coton. Le texte que vous allez lire est de caro-carito, quant à mon texte, il  est sur son blog. Cette fois-ci, il s'agissait d'écrire un texte libre inspiré de cette photo de Patrick Cassagnes ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
24 juillet 2012

L’accent

Ce journaliste de renom, après avoir émergé d’un coma de quatre heures, avait changé d’accent. Il était passé d’un accent pointu, caractéristique de l’ « élite » parisienne, à un accent marseillais à couper au couteau. Allait-il pouvoir à nouveau présenter le 20 heures ? La Direction se penchait sur la question…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2012

Le téléphone portable

Un téléphone venait de sonner. Le professeur s’avança dans l’allée, sur le qui-vive, prêt à se ruer sur le premier sac venu. Soudain, il y eut une nouvelle sonnerie et il bondit sur Léo ; c’était lui, il le tenait le crétin ! Il le pria de lui donner le portable. Léo essaya d’opposer une résistance mais le professeur prit son air de rottweiler et Léo battit en retraite. Le portable trôna sur le bureau pendant toute l’heure. A la fin du cours, quand tous les élèves furent sortis, Léo s’approcha du professeur.-  ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
19 juillet 2012

L’assistant de conversation

Depuis qu’ils avaient acheté un « assistant de conversation », tout allait pour le  mieux : les enfants parlaient aux parents, les parents aux enfants et les enfants parlaient entre eux. Mais quand l’assistant tomba en panne, le silence reprit ses droits… PS : pour voir comment marche « l’assistant de conversation », c’est ici. Regardez la deuxième vidéo.  
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2012

La nouvelle

Le ciel était d’un bleu limpide et la journée avait bien commencé. Pourtant, quand son frère lui avait annoncé la nouvelle, à l’extérieur du centre commercial où il faisait la manche, il avait blêmi. - On n’avait déjà pas de futur, maintenant on n’a plus de passé !* a-t-il hurlé. Même le chien avait gémi, il avait compris. Une mamie s’était approchée d’eux. Le roquet avait remué la queue, comme d’habitude, et la mamie avait mis une piécette dans le chapeau déformé.  Ça  marchait à tous les coups, mieux que les machines à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
17 juillet 2012

Le cri

Au moment de l’orgasme cet homme, taillé comme un roc, criait toujours « Maman ! » : pourquoi ?
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
16 juillet 2012

Le chemin

Elle lui avait dit : « Il suffit de suivre le liseré bleu jusqu'au bout. » Il lui avait fait confiance et  s’était appliqué à suivre le fil bleu jusqu’au " terminus ". Une fois arrivé, il détacha ses yeux du sol et il la vit. Elle avait revêtu une robe sombre qui contrastait avec ses cheveux longs et dorés ceints d’une ombre bleutée. Elle sourit et lui dit. -  Bravo. Maintenant ferme les yeux, ce n’est plus qu’une formalité. De quelle formalité s’agissait-il ? Il voulut le lui demander, mais une certaine lâcheté l’obligea... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 juillet 2012

Le capitaine

Il se présentait à elles comme un « capitaine au court cours » et il déambulait en permanence avec une casquette vissée sur la tête, qu’il fasse beau ou mauvais. Elles le regardaient d’un air amusé et se laissaient parfois attraper à l’hameçon de ce type aux faux airs de Brando. Son perpétuel sourire plaqué sur les lèvres promettait peu et donnait encore moins. La dernière sirène à être tombée dans ses filets avait fait une crise de larmes quand il l’avait plaquée. Presque indifférent, il lui avait répondu, un vague sourire au coin... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]