31 août 2012

Ça a débuté comme ça...

Ça a débuté comme ça. Vous ne me croirez peut-être pas, mais ça a pourtant débuté comme ça : il était debout, l’air mauvais, et il me barrait la porte pour m’empêcher de sortir ; alors j’ai crié, lui aussi ; j’ai crié plus fort, lui aussi ; il m’a donné un coup de poing qui m’a éclaté la lèvre supérieure, je lui ai rendu la pareille ; il m’a asséné un coup de pied au ventre, je lui en ai asséné deux, l’un au ventre et l’autre aux roubignoles, un conseil de Marie Astrid, mon coach sportif. C’est à ce moment qu’ il a crié grâce ;... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 août 2012

C’est dingue !

Non mais c’est dingue ! Elle commençait toutes ses phrases comme ça et c’en devenait pénible. Tout ça parce qu’elle était dans l’Ouest des Etats-Unis et qu’elle avait l’impression de se retrouver dans un film hollywoodien. Sauf qu’elle ne ressemblait ni à Ava Gardner, ni à Grace Kelley, et encore moins à Marilyn Monroe… PS : photo prise par C. V. aux Etats-Unis en 2010
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
29 août 2012

Les feignasses

Revêtu de son inusable pantalon verdâtre et de son tee-shirt blanc-gris, il prenait son poste tous les matins devant le monoprix de Rouen. Les horaires étaient souples – il n’aimait pas les contraintes - et il hurlait toujours de la même voix éraillée. -    Allez les feignasses, au boulot ! Après on s’étonne que les patrons embauchent pas. Si tout le monde se fout de tout, on risque pas de sortir de la crise ! Parfois, quelques pièces tombaient dans sa casquette, mais souvent, les gens faisaient le grand écart avant... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2012

Le plagiaire

Il n’acceptait pas qu’on le traitât de plagiaire. Lui, parlait d’hommage rendu aux auteurs, c’était beaucoup plus élégant.
Posté par gballand à 07:45 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
27 août 2012

Naissance

L’air solennel, Marie avait annoncé à son amie d’enfance.-    Tu sais que ma fille est devenue papa.Avait-elle bien compris ce que Marie lui avait dit ? Elle lui avait fait répéter la nouvelle, et aucun doute possible, elle avait bien entendu : Marie venait de lui dire que sa fille était devenue papa.Ne sachant quoi répondre, elle s’était contentée de hocher la tête en la félicitant… Marie avait eu l’air déçue.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
26 août 2012

Le pont

Non, vous voulez quand même pas traverser ce pont à pieds avec ce brouillard-là ! Elle avait essayé de les en dissuader, de leur dire qu’aller et retour cela faisait bien 6 kilomètres, qu’ils n’étaient pas vraiment équipés pour, qu’ils allaient être trempés, mais non, rien n’y avait fait, ils étaient partis et elle les avait suivis en maugréant. Elle avait espéré qu’une fois arrivés au bout, ils auraient peut-être trouvé  un bar  ; mais non, au bout il n'y avait rien, juste un parking.  Et il avait fallu repartir dans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 août 2012

Avant-après

L’air de rien, il lui avait dit qu’il avait revu Françoise Dupont dans la rue. Elle avait levé les yeux de son journal et lui avais demandé. -   Françoise Dpupont ? Et alors ? Comment elle va depuis tout ce temps ?-   Curieusement, elle n’a pas changé, elle est aussi moche qu’avant. Tant de constance dans la laideur, je me demande comment c’est possible !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 août 2012

Maniaque

Elle était d’une maniaquerie telle que, invitée chez les autres, il lui fallait user de tous les arguments que la raison mettait à sa disposition pour s’empêcher de faire le ménage.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 août 2012

Le rockeur

La canicule nous avait cloîtrés dans la cuisine, à la recherche d'un peu de fraîcheur. Avec ma soeur, on faisait des imitations, histoire de s'occuper. En voulant sur-jouer un solo de Jimmy Hendrix, j’ai balancé ma crinière  en arrière pendant que ma soeur poussait des cris de groupie hystérique. Le problème, c'est que mes cheveux sont restés scotchés au papier tue-mouche qui pendait au-dessous du lustre et cette peste a hurlé de rire en scandant. -    On va t’appeler le rockeur tue-mouches, on va t’appeler le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 août 2012

Le piano

Ses doigts étaient si gourds qu’il transformait invariablement valses, mazurka ou fugues en  marches funèbres dont le rythme aurait disparu...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :