09 juin 2012

la disparition

Sur tous ses bulletins scolaires, les professeurs avaient écrit invariablement : trop timide, réservé, inexistant,  endormi, ou pire : « invisible ». Dix ans plus tard, son invisibilité était telle que ses collègues de travail, l’appelait « le passe-muraille ». Un jour, il a disparu corps et âme et personne -  je dis bien personne -  ne s’est aperçu de sa disparition.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2012

Les chaussures

Il avait fait son cours, comme d’habitude, et les élèves s’étaient envolés aussitôt, comme d’habitude. Mais deux minutes plus tard, il a vu revenir deux filles, hésitantes. - Monsieur, il faut qu’on vous dise quelque chose… - Oui… a-t-il dit. - Ben vous avez deux chaussures différentes ! Il a regardé ses pieds immédiatement et a constaté, sidéré, qu’elles disaient la vérité. Il avait bien deux chaussures à bout pointu, mais l’une était noire et l’autre marron. Il les a regardées embarrassé en murmurant un merci. - On... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
07 juin 2012

Du rififi au Vatican

Au prix d’un habile subterfuge, il avait réussi à devenir le majordome du pape, et maintenant il se promenait, l’air pénétré, sous les dorures du Vatican. Il s’étonnait encore de la réussite de son projet, mais il est vrai que Jésus l’avait élu. Son petit plaisir quotidien, malgré la gravité de la tâche qui l’attendait dans ce lieu Saint où Belzébuth tentait de mettre sa patte velue, était de taper « deductio ex pecunia » pour retirer ses billets au distributeur de la porte Sainte Anne. Il se demandait combien de temps il lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2012

Un xanax sinon rien

Depuis qu’elle était au xanax, plus d’inquiétudes. L’effet apaisant était quasi immédiat : encore mieux qu’une caresse, qu’un massage ou qu’une séance d’acuponcture. Elle en prenait de façon préventive et enfilait parfois comprimé sur comprimé, à tel point qu’elle ne savait plus compter sur ses propres ressources. Le jour où elle avait dû affronter son patron sans comprimés, elle avait éclaté en sanglots. Ce détraqué l’avait traitée d’hystérique et  lui avait conseillé de prendre du xanax ! Depuis, elle avait toujours une boîte... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 juin 2012

La surprise

- Comment tu le trouves ? Mal à l’aise dans sa mini-jupe qui la moulait un peu trop, elle ne savait pas quoi dire. Il lui avait promis une surprise et en fait de surprise, elle était devant une coque à la peinture écaillée qui, dos à la mer, attendait sa fin prochaine. Elle finit par balbutier. - Euh, c’est… enfin… c’est ça  la surprise ?- Oui, c’est ça, lui répondit-il les yeux brillants. Tu ne trouves pas qu’il est beau ? Elle se demandait ce qu’il trouvait de beau à ce truc échoué. Elle n’arrivait même pas à imaginer cette... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
04 juin 2012

La télé pour chiens

Quand elle partait, même pour une heure, elle lui mettait la télé : Caligula ne supportait pas la solitude. Cette simple présence évitait les aboiements à répétitions et les moquettes lacérées. Bien sûr, l’abonnement était cher, mais que ne ferait-on  pas pour un compagnon aussi précieux ? Il y a deux semaines, une nouvelle chaîne de télé avait produit le premier feuilleton pour chien et Caligula, qui avait suivi le premier épisode avec plaisir, ne voulait en rater aucun. D’ailleurs, si elle n’allumait pas la télévision à 14 h 30... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2012

« Enfermé dehors »

A 14 heures, son fils était venu le voir sur le balcon pour lui signaler qu’il partait en ville, puis il lui avait dit « A plus » avant de tirer la porte. Lui avait continué à corriger tranquillement ses copies. Quand à 14 h 30, il avait voulu aller aux toilettes, il s’était rapidement rendu compte que la porte du balcon ne s’ouvrait plus. Comment ce crétin avait-il pu faire une telle imbécillité ? De « crétin », somme toute mesuré, il passa à « ce putain d' andouille » et,  5 minutes plus tard,  il éructait contre  «... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2012

La rose inaccessible

Tu es cette rose inaccessible, lui avait-il murmuré.  Moi ? Une rose ? avait-elle répondu, et des grappes de notes  s’étaient échappées de son rire lumineux. Il l’avait regardée, comme seuls savent regarder ceux qui n’aiment qu’une fois. Un mois plus tard, la rose avait commencé à se faner, et il lui retirait  un à un ses pétales flétries par la mort. PS : texte suggéré par une musique d’Anthony Girard : « la rose inaccessible » ( Dans la rubrique "écouter" colonne de gauche)  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
01 juin 2012

La punition

Comme il avait volé de l’argent dans le tiroir-caisse de la boulangerie, son père  l’obligea à faire le tour du quartier avec une pancarte qui portait la mention suivante : « Je suis un voleur ! ». Trente ans plus tard,  les quolibets des gens du quartier le réveillaient encore la nuit… 
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2012

La majordome

Grâce à sa connaissance du chinois – appris à l’Institut des langues orientales – et aux cours reçus à l’International Butler Academy, elle était devenue « majordome » chez un riche chinois aux goûts étranges. Elle l’accompagnait du matin au soir, du moment où il mettait le pied sur sa descente de lit à 5000 euros, au soir où elle lui servait son doigt de porto sur un plateau en argent massif à 4900 euros. Elle avait droit à une pause de deux heures dans la journée, au moment de sa sieste qu’il jugeait capitale. Le reste de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :