07 décembre 2017

Le professeur et l'élève

Elle était au fond de la classe et bavardait avec sa voisine, sans prêter la moindre attention au cours. Le professeur s’est interrompu pour lui demander d’être attentive à l’exercice sur le livre. Elle a répondu. -          J’ai pas de livre. Patiemment, le professeur a rétorqué. -          Très bien. Je le rétro projette et tu te mets au travail. Une fois le livre rétro projeté, le professeur a remarqué qu’elle continuait ostensiblement à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

05 décembre 2017

Rêve

Il suffit de peu pour rêver, surtout si on file la femme qu’on aime. La dernière fenêtre au deuxième étage, c’est là qu’elle habite. Que fait-elle ? Il se prend un pêcheur qui jette ses filets ; le poisson, c’est elle, mais elle ne l’aime pas. Elle se refuse à lui. Il est obsédé par cette femme qui pourrait s’appeler Fantasme. L’arbre tend ses branches vers la fenêtre. Aura-t-il le courage de monter et de frapper au carreau ? Mais si elle n’est pas seule ? Soudain il entend qu'on l'appelle et il se retourne. Elle est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
03 décembre 2017

la part d'ombre

Le jour où je suis arrivé chez ce psychanalyste, choisi au hasard dans l’annuaire, en  disant « Je voudrais connaître ma part d’ombre » ; il a ri. Quand il s’est arrêté, il m’a regardé droit dans les yeux et m’a répondu. -        Ça va vous coûter cher. J’ai rétorqué. -        Je suis prêt à payer le prix qu’il faudra. Alors il a ajouté avec un petit rictus étrange. -        Si ce n’était  qu’une question de prix… et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]
01 décembre 2017

Le masque

L’homme avait soudain surgi du renfoncement de l’escalier, un masque de clown sur son visage. -          Bouge pas ! Lui intima-t-il. Elle obéit. Que voulait-il d’elle ? Elle ne mit pas longtemps à le savoir. -          Ouvre ta porte ! Il la poussa à l’intérieur. -          Pourquoi ? osa-t-elle. -          Ta gueule !... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - Commentaires [28] - Permalien [#]
29 novembre 2017

Le général

Le général était un pisse-froid, sec comme une trique. On ne connaissait aucune faille au général, le général était un roc. Debout à cinq heures, exercices de 5 heures à 5 heures 25, douche froide à 5 h 30 déjeuner à 5 h 45, départ pour le quartier général à 6 h,  arrivée à 6 h 15... une partition réglée à la seconde près. Pas de place pour l’imprévu, une hygiène de vie méticuleuse, un corps d’armée qui lui obéissait au doigt et à l’œil et, pour toutes distractions, des parades militaires et des cérémonies de décoration. Le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Idées

Il lui avait dit. -          Tu connais ma maxime, non ? Elle avait répondu, telle une élève connaissant bien sa leçon. -          Oui, pas d’idéaux, juste des idées hautes. L"’élève" avait 45 ans et le professeur 55. Cela faisait 20 ans qu’ils étaient mariés et elle se lassait des maximes pontifiantes de son professeur de mari. Elle savait que son humour ravissait ses étudiantes et que plus d'une avait cédé à ses avances avant... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

25 novembre 2017

85 ans

Pour les 85 ans de sa femme, il avait fait un salto arrière - involontaire - sur les cinq dernières marches de l'escalier de la cave. Au service des urgences le verdict était tombé :  une vertèbre lombaire fracturée ! Pour elle, donc, l’obligation  de s’occuper de lui pendant au moins deux mois. Joyeux anniversaire !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
23 novembre 2017

Libération

Éléonore avait été mise sous cloche depuis son mariage avec Henri de la Narcissière. Pauvre enfant,  jamais elle n’aurait dû consentir à épouser cet homme qui n’avait pour tout horizon que la classe  sociale dont il s’enorgueillissait : la noblesse.  Éléonore était l’épouse d’un comte qui ne se souciait d’elle qu’au moment de la « copulation ». Oui, je sais, ce terme vous surprendra - et peut-être même vous choquera-t-il - mais comment appeler autrement cet acte  auquel il la soumettait et qui lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [25] - Permalien [#]
21 novembre 2017

Dialogue

-           Dis maman, quand on est mort, c’est pour combien de temps ? -           Ben … -           Alors ? -           Toujours ! -           C’est quoi toujours ? -           Je sais pas moi, toute la vie ! ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [29] - Permalien [#]
19 novembre 2017

Eclat

Ne lavez jamais vos rêves ou si vous les lavez, préférez un savon doux, à la lavande ou à la camomille. N’oubliez jamais que les lavages répétés, même à la main, risquent de donner aux couleurs originales des teintes que la mémoire ne  reconnaîtrait plus… et quand une mémoire se sent trahie, elle peut y perdre son âme.   PS : photo prise à Nancy, dans une boutique très particulière.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]