08 décembre 2018

Le paradis

Elle l’avait rencontré  sur le pont qui dominait la voie ferrée, juste après la manifestation qui avait tourné à l’émeute. Il lui avait demandé du feu, juste ça. Elle lui en avait donné et  il était resté immobile à ses côtés, à regarder les voies en tirant sur sa cigarette. Ni l’un ni l’autre ne parlaient ; elle parce qu’elle avait eu peur des échauffourées et lui par timidité. Soudain, en pointant la voie ferrée, il avait dit : « C’est ça le chemin pour le paradis ! » Elle avait souri et lui avait répondu. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]

06 décembre 2018

Les amies

    -          Tu ne crois pas qu'il a l'air fou, ce type à moitié nu ? Sophie me posait la même question à chaque fois qu’elle voyait une statue qui aurait pu représenter un homme. Je ne sais pas à qui lui faisait penser celle-ci ? A Jérôme peut-être. Mais la statue avait l’air bien plus effrayante que Jérôme. Certes Jérôme était un tantinet   pervers, mais jamais elle ne l’avait vu dans cet état de transe. Par contre, il avait une barbe et, étrangement,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
04 décembre 2018

Duo de décembre

Pour ce duo de décembre avec Caro, du blog " les heures de coton ", nous utiliserons comme nous le souhaitons cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ». Aujourd'hui, voici mon texte :   Le récit Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse.  Non en bateau – je déteste les bateaux même si, parfois, je les invente – mais à pied, en France. Je n’aurais qu’un sac à dos léger, dans lequel je mettrais un livre –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 décembre 2018

Duo de décembre

Pour ce duo de décembre avec Caro, du blog " les heures de coton ", nous utiliserons comme nous le souhaitons cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ». Voici aujourd'hui le texte de Caro, le mien sera mis en ligne mardi prochain.   Quelque part en Italie « Ce fils de chienne » Ma mère s’interrompit en me voyant derrière elle. Elle reprit d’un ton qui se voulait plus calme. « Ce fils de… a franchi le Rubicon... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 novembre 2018

Le lien

  C’est sur les quais qu’elle l’avait rencontré la première fois. Il était assis, immobile, les yeux fixés sur le fleuve ; c’est ainsi qu’elle l’a vu pendant un mois, sans jamais lui adresser la parole, jusqu’au jour où il s’est tourné vers elle. Son visage l’a troublée ; un visage qui ressemblait à un champ de bataille pouvait-il parler ? Elle s’est contentée d’un sourire et lui, d’un regard. Des années durant ils se sont vus longuement, ici ou là. Sa voix, elle ne l’a jamais connue, seuls son regard et ses mains... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 novembre 2018

le piano

  Chers voisins,   Je me permets de vous envoyer ce courrier car, entre le 24 et le 25 novembre,  j’ai passé une nuit épouvantable. Je dois dire que votre pratique du piano, de minuit à 3 heures du matin, m’a « percé » les tympans. Au cas où vous l’auriez oublié, nous sommes en mitoyenneté. J’entends donc  ce qui se passe chez vous - sauf vos conversations, n’ayez crainte. J’espère que dans les jours, mois et années à venir, vous aurez l’extrême obligeance de mettre la pédale douce après 22 heures.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Liste des choses qui doivent être courtes

Ne plus avoir envie d’imaginer la vie des gens que je croise. Penser que ma mémoire ne reviendra pas à ce qu’elle était avant le 25 mai 2018. Exprimer mon agacement avec une grossièreté gênante Croire que le piano et la guitare font partie d’une autre vie. Constater que la solitude est un voyage sans fin. Être hantée par une idée noire que je n’ai pas choisie. Me sentir étrangère aux autres. M’analyser avec un regard de jury de concours. Croire que je suis transparente. M’obstiner à chercher une touche de malheur. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [28] - Permalien [#]
24 novembre 2018

L'art

  " L'art ne représente pas le visible, il le rend visible* ", voilà ce qu'il lui  dit en regardant les nuages dont le voyage innondait la plage d'étranges nuances. - Et  comment te représentes-tu l'art de vivre ? Le visage de son compagnon se troubla et donna au paysage l'intensité d'une vérité première. - Pour moi, l'art de vivre, c'est l'art tout simplement. Je ne pourrais pas vivre sans lui. - Et moi ? Où est ma place ? - Tu es l'art, toi aussi. - Mais je ne suis pas une artiste. - Oui, mais mon regard sur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 novembre 2018

Manon et Louise

Ça faisait quatre mois que Manon allait mal. Elle n’arrêtait pas de me dire qu’elle avait envie de mourir. Avec elle mes nuits étaient plus belles que mes jours ; au moins elle dormait. Au comble de l’exaspération, j’ai fini par prendre une décision : si tu veux, pour ton anniversaire, je te paie une psychothérapie de soutien ; avec 10 séances tu devrais aller mieux. Elle n’a pas dit non. Manon ne dit jamais non, elle n’est pas contrariante ; enfin, jusqu’à ce jour où elle est arrivée la bouche en cœur. Elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 novembre 2018

La girafe

“ Je te dis qu’il a une girafe chez lui ! ” avait insisté sa femme. Il n’en croyait pas un mot. Comment ce pauvre type aurait pu avoir une girafe chez lui ! Il n’y avait qu’elle pour imaginer des choses pareilles. « Je l’ai vue ! » a-t-elle ajouté. Lui ne l’avait pas aperçue et il ne se laisserait pas influencer. Il s'est contenté de lui répondre. -          Quelle chance que la sienne : pouvoir coucher avec une girafe ! Elle n'a rien dit  mais en observant... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]