25 août 2019

L’armada

  Ils astiquaient ensemble à l’avant du bateau quand José lui dit. -          Tu te souviens de notre nuit, nos deux corps dans l’eau pure ? -          Pourquoi ? lui répondit Juan. -          Pour savoir. -          Les souvenirs ne servent à rien, oublie tout. José continua à astiquer la figure de proue, silencieux. Juan avait l’art... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]

22 août 2019

Une étrange histoire

La dernière fois que Marie avait vu sa mère, celle-ci lui avait dit. -          Malheureusement, j’ai toujours raison. Etrange, avait-elle pensé, comment peut-on si mal se connaître ? Elle avait presque eu envie de téléphoner au Docteur Freud, mais celui-ci avait changé d’adresse. Alors, elle l’avait fait passer de vie à trépas, une méthode simple et efficace d’éloigner sa mère d’un monde qui ne la laissait pas en paix. Ensuite, Jésus était né et Marie était devenue mère elle-même.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:45 - Commentaires [12] - Permalien [#]
20 août 2019

L’immaculée Conception

        Quand j’ai vu « Nossa Senhora da Conceição » pour la première et la dernière fois, c’était à Aveiro, au Portugal, dans cette ville qu’on appelle la Venise verte, mais qui ne ressemble en rien à Venise, à part les quelques canaux qui parcourt la ville. Vous voulez savoir ce qu’elle m’a annoncé ? Je suis prête aujourd’hui à vous répondre, bien que cela se limite à une seule phrase, aussi courte que les canaux d’Aveiro eux-mêmes. D’abord, elle m’a appelée par mon prénom - qu’elle connaissait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
11 juillet 2019

Vacances

    - Dis, tu l’as vue ? - Qui ? - La mouette. - Je me fous des mouettes ! L’ennui, avec ce type c’est qu’il se foutait de tout, il n’avait aucun respect pour rien et il assombrissait sa vie à la vitesse de l’éclair. Elle prit une profonde inspiration avant de lui dire. - Tu sais à quoi elle pense la mouette ? - Les mouettes ne pensent pas ! - C’est ce que tu crois mais celle-ci, depuis tout à l’heure, elle te regarde et elle se dit que les hommes n’ont pas le sens de l’humour ! - Tu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [29] - Permalien [#]
09 juillet 2019

Le marché

J’ai deux vies. Tout allait bien jusqu’à ce que  mon mari  téléphone à mon amant pour lui mettre cet étrange marché en main : “ Soit vous  habitez chez nous, soit je vous tue.”  J’étais sidérée : comment mon mari, d’habitude si discret, avait-il pu téléphoner à mon amant pour lui imposer cette alternative ? On ne connaît jamais les gens avec qui l’on vit. -          Institutionnaliser mon amant, ça jamais ! Me suis-je emportée. Alors, je lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
07 juillet 2019

Fernando

    Il lui avait dit qu'il s'appelait Fernando Pessoa. Bien sûr, elle ne l'avait pas cru, Fernando était mort en 1935 et on était en 2019. - Je vois que vous ne croyez pas en la résurrection ! Ajouta-t-il. Elle sourit et répondit. - A mon âge, on ne croit plus en grand chose et on essaie de vivre le moment présent.- Vous avez tort. Il faut croire en l'ordre naturelle des choses. Elle se tut. Vu la tenue qui était la sienne, son visage parcheminé et le sac qu'il tenait à ses côtés, il lui donnait plutôt l'impression... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 juillet 2019

Les excuses

La semaine dernière, lors d'un voyage d'affaire,  il avait partagé une chambre d’hôtel avec un collègue  qui n’avait pu s’empêcher de s’excuser des dizaines de fois :  au coucher, au lever, en fermant les volets, en les ouvrant, en allant aux toilettes ou en  en sortant… Il avait aussi éprouvé le besoin de se justifier minutieusement sur la gestion de la penderie, le tic tac du réveil, la lumière. Il était dévoré par les excuses. Le lendemain matin, au petit déjeuner, il s’était dirigé vers la table où son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
03 juillet 2019

Espérance

    Il l’a tuée rue de l’Espérance ; un crime parfait. Hélas, il ne s’en est jamais remis, et depuis il erre sur les routes, le coeur en miettes et l'âme blafarde, avec pour seul compagnon un chien qu'il a appelé Espoir...   PS : Photo de Paul Day prise à la Gare de St Pancras, à Londres  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
01 juillet 2019

Les chiens

Lorsque j'étais enfant, je rêvais que je m'effaçais. Je me souviens du jour où je m’étais installé dans la niche du chien. Lui au moins, on lui fichait la paix. J’étais recroquevillé à l’intérieur depuis au moins un quart d’heure quand j’ai entendu ma mère qui m’appelait. J’ai aboyé furieusement, juste pour le plaisir, j’étais content de jouer au chien. J’ai continué de m’effacer à l’âge adulte, sauf hier. On m’a convoqué dans le bureau du patron pour une faute professionnelle. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
29 juin 2019

Questions

-          Je suppose qu’il n’y a pas de fruits ? Lui dit-il d’une voix qu’elle jugea impatiente. Toujours ces interrogations négatives ! Il l’accusait d’être paranoïaque, mais il y avait de quoi : « Je suppose qu’il n’y a pas de fruits » ce n’était tout de même pas la même chose que  « Est-ce qu’il y a des fruits » ! Ce matin, il  avait commencé la journée par « je suppose que tu n’as pas acheté de dentifrice », suivi par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]