08 avril 2017

Esmeralda

Alors ? Elle a mangé la pomme ? Demandèrent les nains réunis autour d’elle. Tous attendaient sa réponse avec une impatience grandissante. Elle dût même réfréner leur désir. -          Voyons messieurs les nains, du calme, une pomme n’est qu’une pomme. -          Peut-être, répliqua un nain, mais est-ce qu’elle s’appelait Eve, la dame ? -          Non, elle s’appelait Esmeralda et elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

06 avril 2017

Le taiseur (2)

A peine entrée en classe, elle crie qu’elle doit sortir pour téléphoner parce que " ça le fait pas là ", on salit sa réputation, « on la traite comme une moins que rien et c'est grave quoi ! ». L’impatience me gagne à mon tour. Je lui demande de sortir et d’arrêter de « gueuler ».  Parfois j'aimerais avoir un "taiseur" spécial prof. D'ailleurs, pourquoi je ne me lancerais pas dans la conception de la "chose". Je pourrais peut-être ensuite recevoir le premier prix de la "cellule d'appui à l'innovation et à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:35 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2017

Le banc

Tous les jours il était installé au même endroit, face à la mer. Que faisait-il ? Lisait-il ? Pensait-il ? Peut-être se forçait-il à voir l’éternité ? Elle attendit un mois avant de lui adresser la parole. Le mieux, s’asseoir à côté de lui. Ce jeudi après-midi, à 17 heures, elle prit place sur le banc. Il l’ignora superbement. Elle sortit un livre de son sac et se mit à lire ou  faire semblant. Rien. Elle ferma son livre et le bruit sec le fit tressaillir, mais point de visage tourné vers elle. Elle allait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
02 avril 2017

La cochonne

Elle lui en faisait voir de toutes les couleurs. Non seulement elle creusait derrière ses clôtures mais elle le narguait de son oeil torve. 9 mois que son petit jeu durait, 9 mois de négociations avec le propriétaire qui ne voulait rien entendre.-    Si je l’ enferme elle va déprimer, avait-il eu le culot de lui dire.Pourtant, il avait été très clair.-    Soit tu l’enfermes, soit elle termine en jambonneaux  !Un mois plus tard, quand il l'a visée à la carabine de la fenêtre de sa chambre à coucher,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
31 mars 2017

le miroir

Il avait constaté qu’à chaque fois qu’il se regardait dans un miroir, ceux-ci basculaient. Etait-ce de  l’empathie, du désespoir où le le fruit du hasard ? Il est de mon devoir de narratrice de tirer un trait sur le hasard ; pour lui, le hasard n’existait pas. Dans son monde tout s’expliquait,  au risque d’une hyper-subjectivité, associée d’ailleurs à une hyper-mnésie qui lui fermait la porte du présent. Sa devise se résumait à : Pour ne pas perdre ses illusions, en avoir le moins possible. Il voyageait donc... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]
29 mars 2017

Le présentoir

Il y a une semaine, une élève m’a demandé – discrètement, cela s’entend  – si je n’avais pas une serviette hygiénique. J’ai pris ça pour un compliment, vu mon âge … Je crois que je vais finir par installer un présentoir au fond de la salle de classe avec mouchoirs – demande numéro 1 – comprimés pour lutter contre les maux de tête - demande numéro 2 – gâteaux – demande numéro 3 – et serviettes hygiéniques – demande numéro 4 – ; le tout gratuit, il va sans dire !  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2017

la statue

Depuis que le maire – FN - de cette commune de 7000 habitants avait fait dresser un Christ de 36 mètres de haut dans la ville, le chômage avait disparu. Fort de cette expérience, il pensait faire ériger une statue de Jeanne D’Arc, de la même hauteur ; qui sait si celle-ci ne bouterait pas les immigrés hors de France ? Sa femme - hostile au FN - lui avait dit, provocatrice : et quand il n’y aura plus d’immigrés ? Qui fera le sale boulot ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
25 mars 2017

La culbute

Elle lui avait demandé s’il voulait s’envoyer en l’air. Pourquoi pas ? Avait-il répondu ; et ils avaient opéré une petite culbute. Hélas,  le retour à l’équilibre s’était avéré impossible…       PS : photo prise à Mont Saint Aignan  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
23 mars 2017

la maison de retraite

Il avait fait une fausse route mais les deux dames qui partageaient sa table continuèrent à mastiquer gentiment comme si de rien n'était. Ni ses yeux exorbités, ni son visage cramoisi, ni la langue démesurée qu’il tirait, comme à la recherche d’une aide extérieure, ne les alertèrent ; elles continuaient à mâcher leurs morceaux de poulet. C’est un homme de la table voisine qui alerta l’infirmière en criant. Ce soir-là, deux pensionnaires de la maison de retraite "Au bon repos" moururent : l’un d’une fausse route, l’autre d’une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
21 mars 2017

Double 6

Si tu fais double 6, tu peux m’embrasser, avait-elle dit surprise de sa témérité. Il lui avait aussitôt répondu qu'il n'en avait pas envie. -          Ah bon ? Je croyais pourtant… -          Tu croyais mal. Je n’aime pas les filles. Elle essuya une larme. Comment avait-elle pu se tromper à ce point ? Ne ressentait-il  rien pour elle ? -          Bon, eh bien changeons la règle, si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]