17 février 2015

La robe de mariée

Elle allait fêter ses noces d’or ; 50 ans de bonheur mitigé avec un mari qu’elle avait pour habitude d’appeler « ma cellule de dégrisement ». En regardant sa robe de mariée sagement remisée sous une housse avec un soupçon d’antimite, elle n’avait pu que se rendre à l’évidence : loin était le temps où elle pouvait se targuer d' une taille de guêpe. Depuis 30 ans elle mangeait trop. Sa taille enflait et elle arborait trois bourrelets que le bonhomme Michelin n’aurait pas reniés. Lors de la fête organisée par sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

05 février 2015

Le dentiste

Cette heure passée à l'horizontal sur le siège du dentiste l’avait  achevée. Elle sortit du cabinet, une moitié du visage paralysée ou presque – piqûre oblige ; elle avait l’impression de relever d’un AVC. Une fois dehors, saisie par le froid piquant, elle décida de prendre un verre. Au comptoir, elle demanda un Pastis. Le patron lui fit répéter sa commande, sans doute étonné qu’une  dame « bien mise » demande un pastis au comptoir, surtout à 17 heures. Elle se sentit obligée de se justifier. -  Je sors... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
30 janvier 2015

Les photos du bonheur

Lui avait un compte snapchat, elle un profil facebook,  et ils passaient la moitié de leur temps à exposer les photos de leur félicité. Lui se consacrait essentiellement à son autopromotion – lui à la musculation, lui à la piscine, lui au golf,  lui avec ses copains … - quant à elle, elle exhibait sa famille que tous considéraient comme idéale. Ses « amis » labellisaient ses photos d’un « j’aime » quasi-systématique : une si belle femme – il faut dire qu’elle choisissait ses photos avec  soin -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
24 janvier 2015

Le pays du Vice

Nouvellement élu à la tête du pays, il avait promis au peuple une politique qui trancherait avec les précédents présidents, et ce fut fait. Neuf mois après son élection, il fut créé une police chargée de la promotion du vice et de la prévention de la vertu. Si  les médias s’en inquiétèrent, ce ne fut que pure forme, car les financiers à la tête des principaux journaux étaient liés aux narcotrafiquants. La population fut rapidement mise au pas grâce à une police dont les effectifs furent triplés. Les policiers patrouillaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
20 janvier 2015

Le coup de pied

Le jour où il avait donné un coup de pied dans la lune, il n’avait pas imaginé un seul instant les conséquences de son acte. Certains l’avaient applaudi, d’autres l’avait critiqué ; parfois même, on l’avait haï. On parla d’impertinence,  d’irrévérence,  et même de blasphème ; il aurait pu en rire, si les choses n’avaient pris une telle tournure. Une fois la machine médiatique en marche, rien ne put l’arrêter. Les interprétations allaient bon train : était-il fou ? Courageux ? Irresponsable ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
18 janvier 2015

Le contrôle

Les notes du contrôle de mathématiques de sa terminale S étaient catastrophiques et les élèves, unanimes, demandèrent un contrôle de rattrapage. Il accéda à leur désir. Il prépara donc un deuxième contrôle qui ressemblait à s'y méprendre au premier. Quand il eut fini de corriger le deuxième contrôle, il avala deux dolipranes coup sur coup : les notes étaient encore plus basses qu’au premier ! En leur remettant leurs copies il annonça. -  De quelque manière qu'on s'y prenne on s'y prend toujours mal, disait Freud. Avec... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]

31 décembre 2014

L’infirmier

Quand elle allait au laboratoire – une fois par mois – elle était  piquée par le même infirmier qui lui disait systématiquement. -          Avec vous, j’ai de la veine, vos vaisseaux sont superbes ! Elle acquiesçait gentiment en hochant la tête. Sauf que la dernière fois, il ne s’était pas contenté de cette phrase, il avait aussi parlé de l’indescriptible beauté  de son sang. Là, elle s’était inquiétée : et s’il la prenait en otage  pour faire des transfusions... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 décembre 2014

Dieu

A chaque anniversaire, depuis ses 18 ans, son  ami – le seul qu’il se connaissait - lui offrait une boite de préservatifs en ajoutant : on ne sait jamais… Finalement il sut, un 25 décembre, et il en conçut une telle déception qu’il eut préféré ne jamais savoir. Il se décida à en parler à son ami. -    Alors c’est ça faire l’amour ? -    Ca ne s’est pas bien passé ? -    Ça s’est passé et j’aurais préféré mille fois que ça ne se passe pas. -    Il te... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
23 décembre 2014

La mort d’Orphée

-   Tu ne voudrais pas  jouer ce morceau pour moi ? -    Mais pourquoi je jouerais ce morceau-là pour toi ? -    Pour le plaisir de faire quelque chose pour moi. Les autres ont droit à tant d’attentions de ta part et moi, jamais. Il lui fallait des preuves, encore et toujours. Elle l’assommait. Quand en finirait-elle avec ce jeu morbide ? Il n’avait qu’une envie, l’envoyer en enfer le plus vite possible, mais lui, il ne lèverait  pas le petit doigt pour aller la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 décembre 2014

"Je est un autre"

Il s’était inventé un personnage pour les besoins du blog, un autre je. Dépressif, solitaire, boulimique et en manque d’amour son nouveau je égrenait son intimité désenchantée et les visiteuses affluaient ; la noirceur n’excite-t-elle pas la compassion des femmes ? Mais au fil des billets et des réponses aux nombreux messages de sympathie de ses lectrices, il s’était pris au jeu et il sentait qu’il commençait à changer. Déjà, la veille, il s’était surpris à ne pas vouloir sortir de chez lui, comme l’autre...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]