02 mai 2015

Le cinéma

Lorsqu’il l’avait invitée à aller voir le film « Une belle fin », elle n’avait pas eu l’air  vraiment enthousiaste, mais elle avait dit oui. C’était le genre de fille qui disait oui à tout le monde. Au cinéma, il avait choisi l’avant-dernière rangée sur les ailes, celle où l’on peut agir en toute discrétion lorsque la salle est plongée dans  le noir. Au moment de la pub, il lui avait caressé le bras avec un doigt, ensuite il s’était enhardi et lui avait mis la main sur la cuisse. C’est à ce moment-là qu’elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

21 mars 2015

Le deal

Par des milieux peu orthodoxes, elle avait fini par trouver quelqu’un capable de tuer. Quand elle rencontra le type - il s’appelait Jeff - elle lui dit tout de suite qu’elle ne supportait pas son divorce et que les choses allaient de mal en pis. Jeff pensa aussitôt qu’elle voulait envoyer son mari ad patres. Mais non, cette folle voulait qu’il la tue, elle, et elle lui proposait 10 000 euros pour le faire. C’était encore une belle femme qui ne méritait certes pas cette fin tragique. Mais après tout, son éthique ne le lui interdisait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
15 mars 2015

La question

A la fin du cours, trois élèves étaient restées pour lui poser une question. Elle avait bien vu, à leur mine, que la question semblait difficile, de celle qui relève certainement de l’intimité. Bienveillante, elle les avait encouragées à s’ouvrir. L’une d’entre elle prit alors la parole au nom des autres. -          Madame, on se demandait si vous étiez enceinte. Ce fut comme si le ciel lui tombait sur la tête. Elle ? Enceinte ? Certes, elle n’avait que 35 ans mais comment... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
01 mars 2015

Retrouvailles

Ils se retrouvèrent par hasard lors d’un enterrement, quarante ans jour pour jour après leur premier rencontre, celle où ils avaient failli… Elle était avec son mari, il était avec sa femme. Ils échappèrent un instant à leurs obligations familiales pour se saluer. -  Tu n’as pas changé, lui dit-il. -  Toi si, rétorqua-t-elle peu soucieuse des convenances. Puis la conversation se poursuivit aimablement sans que ni l’un ni l’autre n’aborde « le sujet ». Dix minutes plus tard, ils furent rejoints par leurs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
17 février 2015

La robe de mariée

Elle allait fêter ses noces d’or ; 50 ans de bonheur mitigé avec un mari qu’elle avait pour habitude d’appeler « ma cellule de dégrisement ». En regardant sa robe de mariée sagement remisée sous une housse avec un soupçon d’antimite, elle n’avait pu que se rendre à l’évidence : loin était le temps où elle pouvait se targuer d' une taille de guêpe. Depuis 30 ans elle mangeait trop. Sa taille enflait et elle arborait trois bourrelets que le bonhomme Michelin n’aurait pas reniés. Lors de la fête organisée par sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
05 février 2015

Le dentiste

Cette heure passée à l'horizontal sur le siège du dentiste l’avait  achevée. Elle sortit du cabinet, une moitié du visage paralysée ou presque – piqûre oblige ; elle avait l’impression de relever d’un AVC. Une fois dehors, saisie par le froid piquant, elle décida de prendre un verre. Au comptoir, elle demanda un Pastis. Le patron lui fit répéter sa commande, sans doute étonné qu’une  dame « bien mise » demande un pastis au comptoir, surtout à 17 heures. Elle se sentit obligée de se justifier. -  Je sors... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

30 janvier 2015

Les photos du bonheur

Lui avait un compte snapchat, elle un profil facebook,  et ils passaient la moitié de leur temps à exposer les photos de leur félicité. Lui se consacrait essentiellement à son autopromotion – lui à la musculation, lui à la piscine, lui au golf,  lui avec ses copains … - quant à elle, elle exhibait sa famille que tous considéraient comme idéale. Ses « amis » labellisaient ses photos d’un « j’aime » quasi-systématique : une si belle femme – il faut dire qu’elle choisissait ses photos avec  soin -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
24 janvier 2015

Le pays du Vice

Nouvellement élu à la tête du pays, il avait promis au peuple une politique qui trancherait avec les précédents présidents, et ce fut fait. Neuf mois après son élection, il fut créé une police chargée de la promotion du vice et de la prévention de la vertu. Si  les médias s’en inquiétèrent, ce ne fut que pure forme, car les financiers à la tête des principaux journaux étaient liés aux narcotrafiquants. La population fut rapidement mise au pas grâce à une police dont les effectifs furent triplés. Les policiers patrouillaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
20 janvier 2015

Le coup de pied

Le jour où il avait donné un coup de pied dans la lune, il n’avait pas imaginé un seul instant les conséquences de son acte. Certains l’avaient applaudi, d’autres l’avait critiqué ; parfois même, on l’avait haï. On parla d’impertinence,  d’irrévérence,  et même de blasphème ; il aurait pu en rire, si les choses n’avaient pris une telle tournure. Une fois la machine médiatique en marche, rien ne put l’arrêter. Les interprétations allaient bon train : était-il fou ? Courageux ? Irresponsable ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
18 janvier 2015

Le contrôle

Les notes du contrôle de mathématiques de sa terminale S étaient catastrophiques et les élèves, unanimes, demandèrent un contrôle de rattrapage. Il accéda à leur désir. Il prépara donc un deuxième contrôle qui ressemblait à s'y méprendre au premier. Quand il eut fini de corriger le deuxième contrôle, il avala deux dolipranes coup sur coup : les notes étaient encore plus basses qu’au premier ! En leur remettant leurs copies il annonça. -  De quelque manière qu'on s'y prenne on s'y prend toujours mal, disait Freud. Avec... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]