13 octobre 2009

La lumière (gballand)

Il devait être 15 heures et ils terminaient le repas d’anniversaire dans le jardin, sous la tonnelle. Ce jour-là, la lumière était particulièrement douce et légère, caressant les objets et les gens. Il ne put s’empêcher de partager avec sa tante ce bonheur-là :- Tu ne trouves pas qu’elle est belle, la lumière ?- La lumière, mais quelle lumière ? Répondit-elle l’air ahuri en cherchant s’il n’y avait pas une lampe allumée.Il n’insista pas, c’était peine perdue, sa tante n’avait jamais pu voir autre chose que les choses.
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

10 octobre 2009

Les analyses (gballand)

Il venait d’avoir les résultats de son analyse de sang, tout était parfait. A désespérer ! Même pas un peu de cholestérol, rien ! Il avait pourtant insisté auprès du médecin - « Vous êtes sûr, vraiment, je n’ai rien ? » - qui l’avait regardé d’un air suspicieux ! Il lui aurait bien suggéré une nouvelle analyse, une toute dernière. Peut-être le taux de PSA ? A près de 50  ans, il était temps qu’il sache à quoi s’en tenir ; mais il sentit que le médecin n’avait qu’une idée en tête : le congédier. Il ne dit rien et sortit du cabinet... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 octobre 2009

Le tatouage (gballand)

- Mais qu’est-ce qui vous prend ? Lui dit-t-elle énervée.Il rougit violemment et répondit : - Rien, je voulais juste voir.Il y en avait eu tellement d’autres avant lui qui s’étaient aventurés pour voir : des blonds, des bruns, des laids, des beaux, des sans charme, des avec charme... Ils voulaient tous voir ce tatouage qui plongeait jusqu’à la naissance de ses seins.  Elle se l’était fait faire chez un tatoueur de la rue Maublanc. Deux heures à rester immobile, mais elle le ne le regrettait pas. Elle ne comptait plus les yeux qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:31 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
07 octobre 2009

On (gballand)

Il se trouvait des excuses pour tout. S’il n’y arrivait pas, c’était toujours de la faute des autres, des choses ou du destin. Il n’avait jamais été responsable de rien, il n’y était pour rien.Si on lui avait laissé le temps, si on lui avait  expliqué, si on l’avait compris, si on l’avait accompagné, si on l’avait aimé, si on l’avait… sa vie aurait changé. Si, si et si  n’ont jamais fait la vie mais il ne changeait pas d’avis. On l’avait écarté, on l’avait brimé, on l’avait contraint. On lui en voulait : et comment... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
05 octobre 2009

Comment mettre fin au stress ? (gballand)

J’ai trouvé hier comment ne plus être stressée en cours. Cela semble simple, tout au moins la publicité l’assure. Il s’agit d’une huile essentielle qui contient un anti-stress naturel. On la vaporise dans la pièce - dans la salle de classe en ce qui me concerne – et hop, le tour est joué. C’est le Dr Goëb qui le dit, alors… Et lorsque les vertus apaisantes des merveilleuses essences auront fait leur effet, non seulement je ne serai plus stressée, mais les élèves non plus ; et s’ils s’assoupissent, ce n’est pas grave, au contraire. Je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
29 septembre 2009

Dilemme (gballand)

La veille, quand son fils lui avait demandé où était sa mère, il avait voulu lui dire qu’elle était enfermée à la cave depuis quatre jours mais il n’avait pas pu. Il avait inventé un rendez-vous chez le dentiste, comme la fois précédente, et son fils l’avait cru ou il avait fait semblant. Ne préfère-t-on pas souvent les mensonges à la vérité ? Bientôt, il lui faudrait descendre à la cave pour voir si elle était toujours vivante mais il avait peur. Quatre jours déjà. Il l'y avait mise  pour avoir la paix, mais c'était une paix... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 septembre 2009

S’excuser (gballand)

Elle s’excusait toujours pour un oui ou pour un non. Elle se serait giflée. Combien de fois ne s’était-elle pas entendu dire « C’est de ma faute » ou « J’aurais dû faire attention » ou « Désolée, je… » ?. L’enfance lui avait donné ce pli qu’elle lissait au fer rouge.
Posté par gballand à 07:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 septembre 2009

Les sardines (gballand)

Avec son optimisme il ferait fleurir un désert*. C’est odieux. Je n’ai jamais supporté les gens qui ont une fleur à la boutonnière. Moi, c’est treillis et mitraillette. Notre premier différend, c’est quand il a empuanti mon jardin avec ses sardines grillées. Ma femme me suppliait de ne pas entamer les hostilités, mais je n’ai pas cédé, si on ne peut plus rien dire chez soi c’est le comble ! Je lui ai gueulé de la fenêtre que ça empestait et il a eu le culot de se foutre de ma gueule : - Les sardines, c’est le Portugal à notre porte !... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 septembre 2009

Toujours… (gballand)

Tous deux contemplaient le coucher de soleil, tendrement enlacés, et le refrain de l’amour éternel faisait battre leurs pouls à l’unisson. Toujours, était le seul mot qui leur importait, ils s’aimeraient toujours. C’est à ce moment-là qu’elle eut l’imprudence de lui dire :- J’ai une confidence à te faire… PS : texte écrit à partir d’une photo gentiment prêtée par Pierrick. Pour voir son blog : http://croklaphoto.over-blog.com/
Posté par gballand à 06:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
18 septembre 2009

La mode du suicide* (gballand)

Quand le DRH l’avait fait venir il lui avait dit clairement : - Si vous me changez de service encore une fois, je me suicide.- C’est du chantage ! avait-il répondu.- Appelez-ça comme vous voulez, mais une chose est sûre, je me foutrai en l’air.Il avait préféré ne pas le croire. Le surlendemain on le retrouvait pendu dans son bureau. Quand on l’annonça au DRH, celui-ci téléphona au Directeur qui eut la réponse suivante :-  Le vingtième ? Ils veulent notre peau ou quoi ?Le Directeur raccrocha aussitôt pour téléphoner au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,