26 août 2009

Les questions (gballand)

Hier, une amie m’a dit :- Moi, je ne pose jamais de questions.Etonnée, je lui ai demandé pourquoi et elle a rétorqué, catégorique :- Parce que je n’aime pas qu’on m’en pose. Je lui ai quand même fait remarquer  que si tout le monde raisonnait comme elle, on n'aurait plus grand-chose à se dire. Contre toute attente, elle n'a rien répondu et a tourné les talons. La prochaine fois, quand je la croiserai, je ne lui demanderai même pas comment elle va.
Posté par gballand à 07:34 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

24 août 2009

Obsession (gballand)

Il gardait tout : les journaux, les publicités, les lettres et les enveloppes des lettres qu'il recevait, triées séparément, les rouleaux de papier hygiénique au bout du rouleau, les bouchons de bouteille d'eau, les tickets de supermarché, les  boîtes de médicaments vides … tout était consciencieusement accumulé, empilé, archivé. Dans cet espace où les objets avaient pris le pas sur l'Homme, il devenait presque un intrus.
Posté par gballand à 21:50 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 août 2009

Quelles vacances ? (gballand)

La petite fille pleure et pousse un mini chariot en suivant sa mère dans l’allée centrale de l’hypermarché. Son visage est congestionné, on la menace : - Si tu continues à pleurer comme ça, je le dis à papa quand on rentre ! Aucun effet. Agacée, la mère reprend en crescendo : - Je vais quand même pas t'acheter des trucs pour la plage alors qu'on part plus en vacances ! T'as pas encore compris qu'on part plus en vacances ? C’est fini, FINI ! Et, l'une derrière l'autre, elles s'éloignent dans l'allée, la mère vociférant, la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 août 2009

La valise (gballand)

Le jour de ses dix-huit ans, on lui avait offert une imposante valise noire à roulettes avec porte-habits intégré alors qu’il avait demandé un appareil photo numérique compact Sony DSC-W220 argent. D’un simple coup d’œil, il constata que toutes ses affaires pouvaient facilement se loger dans le compartiment sanglé et les deux poches zippées du monstre noir à roulettes. Ses parents ne comprirent jamais pourquoi, suivi de sa valise, il quitta définitivement la maison en claquant la porte.
Posté par gballand à 07:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
13 août 2009

Voler (gballand)

Moi, je voulais être hôtesse de l’air mais je n’ai pas pu. J’avais les langues mais pas les mensurations, aucune compagnie ne m’a acceptée. Du coup, j’ai fait une dépression et je suis allée voir un psychiatre. Au troisième rendez-vous il m’a dit : - Quand un projet  bat de l’aile, il vaut mieux en faire son deuil. Vous, ce qu’il vous faut, c’est voler de vos propres ailes.  Sa phrase m’a fait l’effet d’un électrochoc.Depuis que j’ai déployé mes ailes, je vais  mieux. Je n’aurais jamais imaginé en avoir de si grandes :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 août 2009

La vérité (gballand)

La vérité est un médicament* que je m'administre tous les jours à  doses homéopathiques. Depuis  que je suis ce traitement, je vais mieux. Maintenant je trouve la vie presque supportable. J'arrive  même à rire de moi. Une seule chose m'est intolérable, que les autres se moquent de moi. Le dernier qui ma ridiculisé a dû le regretter : il est mort. Comment ? Je ne sais pas, mais il est mort, et bien mort : je suis allé à son enterrement hier. D'ailleurs, depuis hier, je vais encore mieux qu’avant-hier. * phrase tirée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 août 2009

Les gouttes de 20 heures (gballand)

Elles partaient en vacances ensemble depuis 40 ans. 40 ans de petits bonheurs et de mesquineries. Cette été-là, elles étaient à nouveau réunies pour 15 jours dans ce ravissant hôtel savoyard qui les accueillait depuis 10 ans. La nourriture était exquise, l’air sain, et le jardin un havre de paix. Mais, cette année là, il y eut l’affaire des gouttes dans les yeux. Le cérémonial des gouttes devait avoir lieu à 20 heures, le repas aussi. Ni l’une, ni l’autre ne voulurent céder. Ce furent leurs dernières vacances ensemble. Il y a parfois... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
07 août 2009

Les chapeaux (gballand)

Depuis qu'on l’avait placée en maison de retraite, elle  ne pensait qu’à fuir. Pourquoi voulait-on la retenir prisonnière dans cette bâtisse grise entourée de grilles noires, loin de la vie, loin de sa vie ?Avant chaque fugue, elle ne manquait jamais de mettre l'un de ses nombreux chapeaux, ajusté soigneusement avec de précieuses aiguilles qu’elle gardait au fond de son sac à main.A bout d’arguments, le personnel avait fini par lui confisquer tous ses chapeaux. Elle tira sa révérence quinze jours plus tard.
Posté par gballand à 07:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 août 2009

Jalousie

A chaque fois que Monica Belluci passait à la télévision, elle appuyait sur le bouton « off » de la télécommande. Il avait beau protester, tempêter, elle ne revenait pas sur sa décision. Elle en avait assez de l’entendre chanter les louanges de Monica Belluci : sa beauté, sa sensualité, son corps de rêve, sa voix chaude, son accent… et elle ? Oui, et elle ??? Le jour où il la regarderait de la même façon qu’il regardait Monica Belluci, elle lui laisserait peut-être la télécommande…
Posté par gballand à 06:52 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
04 août 2009

Le goitre (gballand)

Elle la regarda à plusieurs reprises, puis  éclata d'un rire hystérique en déclarant  :- Mais… tu as un goitre !!!- Moi ? Un goitre ? Mais ça va pas ! - Je t'assure, insista-t-elle, c'est comme si tu avais un goitre !Elle n'en démordait pas. On aurait dit que ça lui faisait plaisir de constater que sa fille pouvait avoir une grosseur qui lui déformait le cou. Elle ajouta :- Moi, quand j'étais plus jeune, je me faisais tous les soirs des massages du cou pour éviter ça, et elle joignit le geste à la parole. - Eh bien, on... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]