02 janvier 2016

L’autre

De temps en temps, il lui parlait de son « ex », devenue son amie grâce à facebook. Et un beau jour, curieux de voir les effets du temps sur cette femme dont il s’était séparé dix ans plus tôt, il a décidé de la revoir. Ce n’était pas une rencontre que sa femme trouvait très « saine », mais que pouvait-elle dire ? Quand il est revenu, elle lui a dit. -          Alors ? Tout s’est bien passé ? Il a répondu, avec une pointe d'admiration. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2015

Bonne année

On l’appelle « bonne année », parce que quand il a commencé  à travailler il ne savait dire que ça. Il est posté à la sortie de la boulangerie, tous les dimanches, et Il tend la main, debout, un  sourire inaltérable accroché aux lèvres. Chaque client a droit à un bonjour et une bonne journée, avec une intonation propre à celle de sa langue maternelle. Je me demande combien il gagne. Les gens sont-ils plus généreux à la sortie de la boulangerie qu’à la sortie de la messe ? Un homme qui faisait la manche ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
26 décembre 2015

Les harengs

Après avoir acheté des harengs au marché, elle était revenue sur le parvis de l’église et en avait lancé quelques-uns aux goélands dont les cris déchiraient l’espace. Ceux-ci ne s’étaient pas fait prier et avaient fondu sur les poissons. Un passant l’avait hélée, agacé. -          Plutôt que de donner à bouffer aux goélands, vous feriez mieux de donner votre fric aux restos du cœur. Elle répliqua. -          Les gens n’ont qu’à aller... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
15 décembre 2015

L'élève

Elle entre en traînant les pieds, le visage fermé, bougonne, s’assied, sort son cahier parce que j’insiste vraiment et laisse son sac sur les genoux – c’est mieux pour consulter son portable. Quand je lui demande si son travail est fait, elle déclare ostensiblement  que non et s’étonne que je m’étonne, puisque je n’ai soit disant rien donné le cours précédent. Elle répond aux questions de façon renfrognée - quand elle daigne répondre - sinon elle bavarde avec son voisin ou regarde par la fenêtre. « Il faut les faire... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 décembre 2015

Le prince charmant

Il était tellement fade que lorsqu’il lui avait proposé d’aller voir les tambours du Bronx, plutôt que de dîner au restaurant, elle avait sauté sur l’occasion. Pour une fois qu’il avait une idée qui sortait des plaines de l’ennui. -          Ensuite on pourrait aller… avait-il tenté. -          Impossible, répondit-elle immédiatement, je dois me coucher tôt. Le lendemain j’ai un train à 8 heures. Mais quand arrêterait-elle de lui mentir ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Les ossements

Mardi dernier, dans l’église  Notre Dame du St sacrement, elle a volé des ossements de saints dans deux reliquaires du XVIIIème. Pourquoi ? C’est la question que lui pose et repose le commissaire qui l’interroge depuis maintenant une heure. -          Je ne sais pas, répond-elle invariablement. -          Cherchez ! Répond le commissaire impitoyable. Soudain, elle a une révélation. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

16 octobre 2015

GDG Suez

17 heures, j’allais sortir. On sonne. J’ouvre. Ils sont deux à la porte, tout de bleu et de gris vêtus, un homme et une femme. J’ai cru qu’il s’agissait de témoins de Jéhovah, mais non, c’est GDF Suez Dolce vita. Le monsieur tente de m’expliquer qu’ils sont là pour que je fasse des économies. Je réponds que GDF Suez Dolce vita frise le harcèlement avec ses clients. Nous les avions au  téléphone, par mail, par la poste et maintenant, le soir à 17 h !  L’homme insiste sur les économies à faire, je lui réponds – pensant... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
26 septembre 2015

Gibert

Elle était au rayon philosophie, chez Gilbert et, par curiosité, elle fit un petit tour des étals pour prendre la mesure de tous les livres qu’elle ne lirait jamais. Un homme lui adressa la parole. -          Je peux vous aider ? Elle tourna la tête et vit un escogriffe d’une cinquantaine d’année, une coupe de cheveux au carré imparfait,  la mine étrange, et un costume d’un autre temps ; sans doute un professeur de philosophie. Qui d’autre ? En tout cas, ce n’était pas un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
10 septembre 2015

La chienne

Tous les jours, à 11 heures sonnantes, il est au comptoir du bar avec sa chienne Zeta. Il demande un demi, suivi d’un deuxième et d’un troisième, comme d'habitude. Ce jour-là, la chienne ne reste pas à côté de lui, elle est à un pas derrière, attentive. Après avoir vidé le dernier verre, il appelle sa chienne, énervé. Son voisin de comptoir – encore lucide -  lui signale par deux fois que la chienne est juste derrière lui mais il ne la voit pas. Les trois bières avalées au « Terminus » - plus celles qu’il s’est enfilées ailleurs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
06 septembre 2015

Le vieux couple

Ils s’asseyent l’un en face de l’autre. Elle, ratatinée, 1 m 55 maximum, un visage de  pomme ridée et une silhouette si fluette qu’on pourrait aisément la casser en deux ; lui, beaucoup plus jeune – sans doute son fils -  1 m 70, l’air d’un ours mal léché, le visage bouffi par l’alcool. Il veut commander un demi. Elle hésite un peu. Je vais peut-être commander un porto. Mais il est 11 h 30, c’est un peu tôt. « L’ours » répond : Dépêche-toi !. Et elle se hâte, en fourmi obéissante. Elle opte finalement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :