13 septembre 2010

Le père

Cela faisait deux heures qu’ils roulaient sur l’autoroute du Sud et ils n’avaient échangé aucun mot depuis le départ. Quand le père mit une cantate de Bach son fils bougonna et dit qu’il avait mal à la tête.- Mal à la tête ? Mais quand tu mets ta musique de merde à fond dans la chambre tu te fous bien de savoir si les autres ont mal à la tête. Est-ce que dans ta vie d’adolescent égoïste tu t’es dit,  une fois au moins, que tu pourrais parfois faire plaisir à tes parents ?Son fils répliqua qu’il lui donnait  envie de gerber.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 septembre 2010

Le décortiqueur

Il lui fallait toujours aller au fond des choses au risque de ne plus pouvoir remonter à la surface, mais en ce moment il devait avouer qu’il allait mieux. Il avait trouvé un « modus vivendi » avec son chef de bureau  ; il ne souffrait presque plus de  solitude, à vrai dire il en avait pris son parti  ; ses angoisses diminuaient - il ne prenait plus de deroxat, sauf un demi-comprimé  de temps à autre  ; son chat avait repris du poil de la bête après sa petite « dépression » - c’est le mot que le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
09 septembre 2010

L’éthylotest

Depuis qu’il était retraité, il allait tous les matins au bar PMU de la Madeleine. Il s’installait au comptoir, discutait avec la patronne, avalait son café, faisait son tiercé ou son quinté – c’était selon – puis il rentrait chez lui en sifflotant. Il n’avait jamais autant apprécié la vie que depuis sa retraite. A son retour, il avait toujours droit à l’éthylotest - sa femme  n’avait jamais vraiment eu confiance en lui – mais cela avait-il de l’importance ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 septembre 2010

La rédaction

A L’école, la maîtresse avait demandé de faire une rédaction sur la personne qu’elle aimait le plus. Elle avait longuement réfléchi en mastiquant son crayon et elle avait procédé par élimination. Ça ne pouvait pas être son père - elle ne le connaissait pas - ni sa mère - elle criait trop - ni sa demi-sœur - elle voulait toujours la commander - alors ça serait Papou ! Il serait content Papou quand elle lui lirait la jolie rédaction qu’elle ferait sur lui. Elle commencerait comme ça : « Papou a la peau douce et quand je suis triste,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
01 septembre 2010

Le spectacle

Cela faisait une heure qu'elle supportait ce spectacle avant-gardiste et elle était à bout de nerfs. Au début de la deuxième heure, un spectateur du cinquième rang se leva et cria :- C'est nul à chier ! Suivi par un autre du troisième rang.Contre toute attente, l'un des deux acteurs interrompit son texte, se tourna vers eux et cria :- Et moi, vous croyez que ça m'amuse de dire ce texte ? Maintenant si ça vous emmerde, vous pouvez sortir. Puis, comme si de rien n'était, il revint à son monologue alors que des spectateurs commençaient à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 août 2010

La mère de sa femme

Elle n'arrêtait pas de lui dire qu'elle ne comprenait pas pourquoi il n'aimait pas ci ou ça, comment il pouvait se couvrir autant en plein été, comment il pouvait lire un auteur aussi ennuyeux... Exaspéré, il avait fini par lui faire remarquer que les humains n'étaient pas tous faits sur le même moule : le sien ! Elle ne répondit rien mais le battit froid le reste de la journée. Le soir-même, sa femme lui fit remarquer qu'il pourrait quand même se montrer un peu plus gentil avec sa mère ; ce n’était quand même pas difficile de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 juillet 2010

Les vacances ratées

Ils devaient partir en vacances au Pérou, mais dix jours avant le départ, elle fit une phlébite et le médecin lui interdit de prendre l’avion même avec des bas de contention. Son mari fit contre mauvaise fortune bon coeur, mais se taire n’était pas dans ses habitudes ; elle lui gâchait ses vacances. Alors, chaque soir, juste avant le dîner, il lui faisait un point sur l’étape qu’ils auraient dû faire dans la journée. Le voyage au Pérou lui fut ainsi minutieusement conté, carte en main, étape après étape -  Cuzco, Chincheros,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
22 juillet 2010

Le masque

Enfant, quand il allait chez sa grand-mère, il n’y avait pas de vraies toilettes, juste un trou, un broc, et du papier journal qui  laissait des caractères énigmatiques sur ses fesses blanches. Il détestait  aller aux « cabinets » à cause des odeurs et des mouches. Un jour, il trouva un moyen pour rendre l’opération supportable : il mit son masque de plongée, son tuba et il y entra d’un pas résolu. La chose s’était mieux passée qu’à l’habitude mais quand il en sortit, il tomba sur sa grand-mère dont la vue baissait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
17 juillet 2010

Les seins

Il l’avait rencontrée le jour de ses 82 ans, elle en avait 32. Il avait alors un compte en banque aussi rebondi que la paire de seins qu’elle mettait en valeur dans des toilettes affriolantes. Deux ans plus tard, elle s’était envolée et son compte s’était considérablement dégonflé.Il n’avait plus pour se consoler que le souvenir de ses deux seins gorgés de sève où s’étaient parfois attardées ses mains tremblantes...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
16 juillet 2010

Au suivant* !

Il était 10 heures au café de la poste et la journée promettait d’être chaude. Tous sur leur starting block, alignés au comptoir, ils étaient prêts à avaler leur verre de bière ou de pastis. A midi pile, la course se terminerait et ils rentreraient manger chez eux, avant les boules de l’après-midi et le journal de 20 heures. Quand un verre se vidait, le client disait immuablement  au patron : - Quand t’auras cinq minutes Michel, tu m’en remettras un !Et le patron avait toujours cinq minutes... * pour l’émotion et le plaisir,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]