24 juin 2010

Les voisins

Les voisins me mettent le bourdon. La folle du quatrième continue de jeter ses croûtons de pain aux oiseaux du haut de sa fenêtre en visant systématiquement les gens qui passent dans la cour intérieure,  le vieux du rez-de-chaussée a recueilli un quatrième chien, il est vrai que les trois autres n’aboyaient pas assez fort, le pachyderme du deuxième a remplacé les poteaux de l'étendage collectif par des perches gratuites en fer rouge qui n’ont  pas plu au parano du deuxième qui a voulu lui casser la figure en l’accusant de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 juin 2010

Le déménagement

Il appelle sa femme, surpris par le va et vient chez les voisins :- Viens voir, les voisins déménagent !- Quoi ?- Mais oui, il y a un camion de déménagement devant chez eux.Maintenant ils observent le ballet des déménageurs derrière les rideaux. Les meubles défilent à une allure époustouflante. Le dernier à fermer le bal, c’est le piano, la fierté de leurs voisins, un piano sur lequel a joué un pianiste célèbre mais ils ne savent plus lequel. - En tout cas, ils cachaient bien leur jeu, conclut-elle. Toujours à faire des ronds de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
17 juin 2010

L’urne

Il vient de la faire incinérer et son fils de 10 ans place l’urne à côté du conducteur, à la place où elle a l’habitude de s’asseoir. Ils reprennent la route et s’arrêtent «  Chez Jean-louis » , le café où il allait du temps où il était célibataire. Quand qu’il entre, le patron s’écrie- Maurice, ma parole, c’est toi ? Eh les gars, regardez, c’est Maurice !- Eh oui, c’est moi, sourit-il malgré la douleur.- Et ça, c’est ton fils ?- Oui.- Et ta femme, elle est où ?Il se retourne vers son fils et lui dit d’un ton las :- Va chercher... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juin 2010

A bicyclette...

Il n’y a jamais eu de vélo sans toi. Souvent, nos guidons se frôlaient  dans les virages et nos coeurs se blessaient  dans les orages.  Te rappelles-tu ta sonnette qui hurlait sans crier gare et affolait les passants sur les trottoirs ? Et cette chaîne, qui sur tes mains laissait le noir chemin de ton enfance ressassée, t’en souviens-tu  ?   Je me rappelle aussi les prés qui abritaient nos corps fourbus et les herbes folles qui caressaient la moiteur de nos peaux brunies par le soleil...Aujourd’hui ton... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
15 juin 2010

Le lapin nain

Ce lapin nain, il ne pouvait plus le voir en peinture et il maudissait sa copine de le lui avoir imposé. - Saloperie de bête, répétait-il sans arrêt.Non seulement le lapin courait dans tous les coins mais en plus il passait son temps à s’exciter sur tout ce qui bougeait. La bestiole le dégoûtait.Un beau matin, à bout de nerfs, il a jeté le lapin dans le lave-linge et a mis la machine en route. - Ça va te faire baisser ton excitation, connard ! A-t-il ricané méchamment.Quand la machine à laver s’est arrêtée avec un drôle de bruit de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
14 juin 2010

Le boucher-poète

Le lundi, la boucherie était fermée, alors parfois ils partaient à la campagne. Ce lundi-là, lui  contemplait le paysage et respirait la beauté des lieux alors que sa femme feuilletait Gala, assise sur son siège pliant en toile bleue et rouge. Pendant un long moment il resta silencieux et son regard vogua sur l’onde paisible ; soudain, mû par une veine lyrique, il déclama presque exalté :- Je suis l’eau, le ciel, le baiser bleu-vert de l’herbe couchée, l’arbre gorgé de sève...-  Arrête tes sornettes, je lis ! Répliqua sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

12 juin 2010

La coupe du monde

La patronne s’affaire, sert des bières et des vins blancs. L’ambiance est bonne enfant et les langues vont bon train. - Eh les gars, dit un client à la cantonade, demain pour la coupe du monde on se déguise  en africain !Quelqu’un lui répond :- De toutes façons, pour toi, c'est facile, t’es toujours noir !Rire général. PS : une brève vraie de vraie
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 juin 2010

Le mariage

Elle devait se marier dans quatre jours mais il y avait cette extinction de voix qui n’en finissait pas. Allait-elle seulement pouvoir dire OUI ? Le curé l’entendrait-il ? Cette histoire l’inquiétait. Si son mariage commençait comme ça, n’allait-il pas  finir dans les cordes ? Qu’est-ce que sa voix cherchait à lui dire ? Pourtant, ce mari-là, elle l’avait  choisi avec soin ; pas comme le premier ni même comme le deuxième ou le troisième. Avec celui-ci, ce serait du solide, elle le sentait. Mais il y avait la voix, ou plutôt... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
09 juin 2010

La gargouille

Encore un soir où le trio traînait son ennui, la bouteille de vodka à la main, quand soudain Kevin eut une idée :- Et si on décapitait la gargouille ?- C’est quoi une gargouille ? Répliqua JordanOn lui répondit « Ta gueule ! » et il se tut. C’était toujours comme ça avec Jordan. La gargouille était à l’entrée du cimetière. On l’avait abandonnée là après la grande tempête de 1999. Kevin et Romain, leur masse à la main, titubaient dangereusement sur le chemin à peine éclairée et Jordan les suivait. Une fois devant le monstre, Kevin... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 juin 2010

Et toi ?

Hier j’ai entendu ce dialogue dans la rue. Ils avaient dix ans à peine, des garçons...- T’as déjà roulé une pelle toi ?- Non, jamais.- Quoi ? T’as jamais roulé une pelle ?- Non, ça sert à rien !
Posté par gballand à 06:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]