14 mars 2011

La porte du garage

Il avait passé quatre  heures à repeindre la porte du garage en blanc, quatre longues heures qui lui avaient tué les vertèbres et le peu de patience qu'il lui restait. Quand le ballon rouge s'écrasa sur la porte et  laissa une trace noire sur la peinture fraîche, il ne put contenir sa colère :- Petit trou du cul ! Tu me le paieras.L’enfant détala comme un lapin affolé  et son père le suivit d’une foulée rageuse. Deux minutes plus tard on entendit des crissements de pneus et des hurlements.
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

12 mars 2011

Le bébé

Pour sa chambre, ils avaient choisi un papier rose, un petit lit blanc, une armoire blanche et des peluches roses et blanches… ils avaient aussi choisi son sexe et la couleur de ses yeux. Ils savaient aussi qu’il n’aurait aucune maladie génétiquement transmissible.Maintenant ils étaient prêts à accueillir le bébé, pour le meilleur…  
Posté par gballand à 07:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 mars 2011

Le rendez-vous

Voilà une heure qu’il observait sa femme. Que faisait-elle dans ce restaurant avec ce bellâtre de gondolier ?  A les voir rire tous les deux, on aurait presque dit qu’ils se connaissaient depuis des siècles. Quand il pensait qu’avec lui elle n’esquissait que des sourires de convenance. Pourtant, n’avait-il pas de l’esprit ? N’était-ce pas ce que tout le monde disait ?  De quoi pouvaient-ils donc  parler ? Elle ne connaissait rien à l’italien et le gondolier n’était sûrement pas un amoureux de la langue française. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:45 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
04 mars 2011

Le tableau

5 ans que ce tableau lui avait été promis pour service rendu,  mais son amie ne s'était toujours pas donnée la peine de le lui apporter. Chaque année elle se rappelait à son bon souvenir.- Passe quand tu veux et  choisis un tableau, répondait invariablement  son amie. Elle  lui précisait alors qu'elle avait déjà choisi ce tableau cinq ans plus tôt et que c'était à elle de le lui apporter. Son amie concluait toujours de la même façon. - Bien sûr, bien sûr,  alors passe pour en choisir un deuxième, ce sera un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
03 mars 2011

Comment faire disparaître un homme ?

Chaque jour elle déposait un mot – ou deux -  dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4  courtes lettres, elle en aurait  assez vite fini avec lui. Le précédent, par contre, il lui avait fallu  douze longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux  jours, et pas n’importe quelles... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
01 mars 2011

Le coq

Hier matin, j’ai entendu le cri d’un coq. Un coq ? Ici ? En centre ville ? Incroyable ! Mais comment il est arrivé ce coq ? J’ai demandé à mon mari s’il l’entendait, mais peine perdue ! Mon mari dit qu’il devient sourd. Alors, j’ai ouvert la fenêtre en grand et je lui ai dit.-  Et maintenant, tu l’entends, le coq ? Et il l’a entendu. - Tu crois que c’est un vrai ? lui ai-je fait- Pourquoi voudrais-tu que ce soit un faux ?Je n’ai pas aimé le ton léger avec lequel il a dit cette dernière phrase. Comme si ce coq n’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 février 2011

A la recherche de l’ombre perdue

Elle ne photographiait que ce qui la troublait, pour le plaisir de s’adonner ensuite à l’obsession de l’analyse. Postée devant l’écran de son ordinateur, elle contempla longuement les cygnes noirs. Pourquoi son ombre l’avait-elle abandonnée ? Elle se dit qu'elle pourrait peut-être passer une annonce dans Le journal local :  « Cherche ombre disparue prématurément. Qui pourra me donner de ses nouvelles ?  ombreperdue@hotmail.fr  " Deux jours plus tard l’annonce paraissait et elle recevait dix mails. Seul... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
25 février 2011

La coiffure

La coiffeuse lui avait fait une coupe trop courte et, en plus, ses cheveux avaient gonflé sur le dessus. Quand il revint chez lui, il tenta à toute force de les aplatir avec un gel qui traînait dans le tiroir du meuble de la salle de bain. - Mais qu’est-ce que tu fais ? Lui dit sa mère.- Tu vois pas ? Tu veux quand même pas que j’aie une tête d’intello ?Injure suprême ! Elle hocha la tête résignée et évita de lui demander s’il valait mieux avoir une tête de « con »…
Posté par gballand à 06:50 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
24 février 2011

L’ordre croissant

Le professeur de Mathématiques arrivait toujours en cours revêtu de sa blouse blanche immaculée, le cartable dans une main, le pardessus dans l’autre. Pour les copies, le rituel était toujours le même, il les rendait par ordre croissant : un tic ou peut-être bien un toc. A chaque  remise de devoir, le cœur de Lucas s’affolait, sa nullité dans cette matière y était pour beaucoup. Cette fois-ci le professeur commença à 2, puis 4, 5, 7, 8, 9, 10...  il arriva à  16 et sa copie n’avait toujours pas été rendue. Se pouvait-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 février 2011

Le papillon

Quand elle vit le papillon posé sur la barrière en bois, elle lui dit :- Regarde comme il est fragile !Il ne put s’empêcher de répondre.- C’est con un papillon, à part voler et se poser qu’est-ce que ça fait ?Elle aurait voulu lui dire que c’était lui qui était con, mais elle ne pouvait pas. Six mois plus tôt, elle avait annoncé à toutes ses amies qu’elle avait trouvé le prince charmant... Seulement maintenant,  elle avait de plus en plus de mal à y croire. PS : texte écrit à partir de cette photo de Patrick Cassagnes
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]