07 avril 2011

Prise d’otage

Il avait retenu sa femme en otage pendant plusieurs heures sous la menace d’un fusil de chasse, un différend familial qui visiblement ne pouvait trouver aucune solution hormis dans une prise d’otage. Quel différend, me direz-vous ? Interrogé par les policiers, il avait expliqué qu’il exigeait que chaque soir sa femme, au chômage depuis six mois, lui enlève ses chaussures quand il rentrait du travail. Comme celle-ci manquait à l’appel un soir sur deux, et sans excuse valable, cette situation lui était devenue insupportable.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

06 avril 2011

Les yeux

Elle s’était approchée, intriguée, et avait vu deux yeux qui la fixaient, mais étaient-ce des yeux ou l’effet de l’alcool ingurgité au café.  Des yeux aussi verts ?Une fois de plus, elle avait craqué et rien ne l’avait arrêtée, pas même son fils qui était venu la chercher et l’avait tirée par la manche pour qu’elle rentre à la maison. Elle savait que si elle rentrait, ce serait comme d’habitude : les cris, la violence, la solitude. Elle se rendit compte que ce qu’elle avait pris pour deux yeux n’étaient que deux petites plantes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 avril 2011

Le vélo électrique

Elle s’était achetée un vélo électrique pour se donner l’impression qu’elle faisait du sport. Il faut dire qu’il était plus que temps, elle avait terriblement grossi et ses rotules gémissaient sans retenue.Le vélo n’était pas son fort. Déjà, pour l’enfourcher, il lui avait fallu l’aide de son mari et d’un copain à lui. L’équilibre était revenu au bout d’un mois d’entraînement intensif. Elle en voulait à ceux qui lui avaient certifié que l'apprentissage du vélo ça ne s'oubliait pas ! Etait-elle une exception ?La première fois qu’elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
01 avril 2011

La carte de fidélité

Quand il allait faire ses courses – c’était sa participation hebdomadaire aux tâches ménagères - il avait droit  à la traditionnelle question de la caissière.- Vous avez la carte de fidélité du magasin ?D’habitude il la tendait sans faire de commentaires et la caissière la passait dans la machine, mais ce jour-là, sa femme l’accompagnait et quand la caissière regarda sa femme, il répliqua d’une humeur massacrante.- C’est pas à ma femme qu’il faut demander ça : la fidélité et elle, ça fait deux !!!La caissière le regarda... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 mars 2011

Le voisin

Aujourd'hui, je n’ai pas entendu mon  réveil sonner,  mon voisin si. C’est lui qui m'a réveillée, comme d’habitude, en frappant contre la cloison et en gueulant à deux reprises : « C’est l’heure, merde ! ».Parfois je me demande ce que je ferais sans lui. J’aurais sans doute déjà été renvoyée du boulot. Le pire, c’est que je ne sais pas même à quoi il ressemble mon voisin ! Aussi bizarre que cela paraisse, je ne l’ai jamais rencontré. Je me demande pourquoi…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
29 mars 2011

La robe de mariée

Après une dispute violente, comme l’étaient souvent leurs disputes, elle lui  dit.- Puisque c’est comme ça, je vends ma robe de mariée.Il n’avait rien répondu, pourquoi lui faire plaisir ?  - Tu ne dis rien ? insista-t-elle.Il remarqua juste.- De toute façon, tu ne peux plus rentrer dedans. En 10 ans, tu as pris 5 kilos, alors pourquoi la garder ? Elle devint écarlate, au bord de l’apoplexie et elle finit par s’effondrer sur le carrelage. Une semaine plus tard, elle était toujours à l’hôpital. Il appréhendait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

28 mars 2011

Au café du coin...

Chez Albert, l’ambiance était souvent chaleureuse : un comptoir, une brochette d’alcooliques notoires, d’autres sur la corde raide et deux ou trois buveurs de café occasionnels. Ce matin-là, Gérard s’expliqua très clairement.- Si ça continue comme ça, moi je prends la nationalité Marocaine !- Ah ouais, et pourquoi ? Répliqua Michel goguenard.- T’as pas remarqué que c’est toujours eux qui passent en premier avec tous les enfants qu’ils pondent ? Et nous les français, tintin.Il y eut bien une faible protestation d’un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
25 mars 2011

L’accident

Hier, conseil de classe. Le délégué des élèves avait le bras dans le plâtre. Compatissant, un professeur  lui demande ce qui lui est arrivé et l’élève déclare :- J’ai marché sur mon lacet en EPS*  et je suis tombé !Tout le monde de s’exclamer d’une seule voix, en souriant intérieurement.- C’est bête comme accident !Et l’élève de répondre.- Mon père m’a dit que maintenant il m’achèterait des tennis à scratch Puis il ajoute.- D’ailleurs c’est fréquent, parce qu’à l’hôpital j’étais le deuxième de la journée à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 mars 2011

La voisine

Elle est allée chez sa voisine de 82 ans - une visite de courtoisie - et elle en est ressortie avec un mal de tête terrible. Dans la salle à manger aux papiers lourds de fleurs, la télévision était à plein volume. Sa voisine regardait un documentaire passionnant sur les pandas.  « C’est gentil ces petites bêtes, hein ? » lui a-t-elle crié. Pas une seule fois la vieille dame n’a pensé à diminuer le son et elle a dû écouter en alternance la vie des pandas et la vie de sa voisine, à ne plus savoir qui vivait dans les arbres et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
23 mars 2011

L’oiseau mort

Depuis trois jours, à chaque fois qu’elle ouvrait sa porte, elle trouvait un oiseau mort. Elle ne pouvait s’empêcher de soupçonner son voisin, un « gros naze » qui vivait comme un ours en cage, surveillée par une femme déguisée en matonne – trousseau de clefs à la ceinture et sifflet à la bouche pour rappeler son homme au bercail s’il parlait trop. Elle les appelait "les paranos". La dernière fois que « le gros naze » lui avait parlé, il lui avait signalé qu’un « gang des canapés » rodait autour de leur maison et qu’il valait mieux... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]