24 mars 2011

La voisine

Elle est allée chez sa voisine de 82 ans - une visite de courtoisie - et elle en est ressortie avec un mal de tête terrible. Dans la salle à manger aux papiers lourds de fleurs, la télévision était à plein volume. Sa voisine regardait un documentaire passionnant sur les pandas.  « C’est gentil ces petites bêtes, hein ? » lui a-t-elle crié. Pas une seule fois la vieille dame n’a pensé à diminuer le son et elle a dû écouter en alternance la vie des pandas et la vie de sa voisine, à ne plus savoir qui vivait dans les arbres et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

23 mars 2011

L’oiseau mort

Depuis trois jours, à chaque fois qu’elle ouvrait sa porte, elle trouvait un oiseau mort. Elle ne pouvait s’empêcher de soupçonner son voisin, un « gros naze » qui vivait comme un ours en cage, surveillée par une femme déguisée en matonne – trousseau de clefs à la ceinture et sifflet à la bouche pour rappeler son homme au bercail s’il parlait trop. Elle les appelait "les paranos". La dernière fois que « le gros naze » lui avait parlé, il lui avait signalé qu’un « gang des canapés » rodait autour de leur maison et qu’il valait mieux... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
21 mars 2011

réflexion

Il ne comprenait plus sa maîtresse, ne devenait-elle pas excessive ? Elle lui avait loué une suite pour le weekend  avec lit deux places, télévision et tapis d’entraînement. Tout ça  pour qu’à son retour, il ne la boude pas. Il faut dire que le mois dernier il lui avait fait la tête pendant trois jours parce qu’elle était partie une journée chez sa mère sans l’emmener avec elle.Parfois, dans sa petite tête de chien, il se disait qu’il n’y avait plus qu’une étape pour qu’il devienne vraiment un homme… PS : texte écrit à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 mars 2011

Le téléphone

Elle téléphonait dès 9 h 30, après le petit-déjeuner, une fois remontée dans sa chambre. Elle commençait naturellement par la lettre A de son agenda. En général, à 12 h, elle en était arrivée à la lettre G. A 13 heures 30, juste après le repas pris dans la salle à manger avec les autres pensionnaires, elle s’enfermait dans sa chambre et ouvrait l’agenda à la lettre L - les pages H/I/J/K étant vierges. Elle poursuivait gentiment ses appels jusqu’à 18 heures, moment où l’agenda était bouclé.Et tous les jours elle suivait le même rituel.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
17 mars 2011

Le canapé vert

Ils devaient se débarrasser du canapé vert que les livreurs avaient  mis dans leur voiture moyennant pourboire. A la décharge, face au container numéro trois, cas de conscience : impossible de faire glisser le canapé dans le container, il fallait le faire basculer par-dessus la barrière ou rien, mais leurs dos n’y résisteraient pas, c’était certain. Ils restèrent quelques minutes immobiles et perplexes face au container. C’est alors qu’un type énorme -  accompagné d’un autre au format standard - s’approcha d’eux. Son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
15 mars 2011

L'écrivain

Elle avait écrit deux livres, tous deux publiés à compte d’auteur. Elle en était très fière et en parlait à chaque fois qu’elle en avait occasion. Son dernier livre – publié le 15 décembre 2009 - avait été acheté au mois de juin 2010 par  la bibliothèque de son quartier après un harcèlement de 5 mois. Depuis, une fois par semaine, elle passait à la bibliothèque, non pour emprunter un livre mais pour vérifier si le sien avait été emprunté. Si personne ne l’avait emprunté – ce qui était souvent le cas – elle attendait que les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

14 mars 2011

La porte du garage

Il avait passé quatre  heures à repeindre la porte du garage en blanc, quatre longues heures qui lui avaient tué les vertèbres et le peu de patience qu'il lui restait. Quand le ballon rouge s'écrasa sur la porte et  laissa une trace noire sur la peinture fraîche, il ne put contenir sa colère :- Petit trou du cul ! Tu me le paieras.L’enfant détala comme un lapin affolé  et son père le suivit d’une foulée rageuse. Deux minutes plus tard on entendit des crissements de pneus et des hurlements.
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
12 mars 2011

Le bébé

Pour sa chambre, ils avaient choisi un papier rose, un petit lit blanc, une armoire blanche et des peluches roses et blanches… ils avaient aussi choisi son sexe et la couleur de ses yeux. Ils savaient aussi qu’il n’aurait aucune maladie génétiquement transmissible.Maintenant ils étaient prêts à accueillir le bébé, pour le meilleur…  
Posté par gballand à 07:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 mars 2011

Le rendez-vous

Voilà une heure qu’il observait sa femme. Que faisait-elle dans ce restaurant avec ce bellâtre de gondolier ?  A les voir rire tous les deux, on aurait presque dit qu’ils se connaissaient depuis des siècles. Quand il pensait qu’avec lui elle n’esquissait que des sourires de convenance. Pourtant, n’avait-il pas de l’esprit ? N’était-ce pas ce que tout le monde disait ?  De quoi pouvaient-ils donc  parler ? Elle ne connaissait rien à l’italien et le gondolier n’était sûrement pas un amoureux de la langue française. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 05:45 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
04 mars 2011

Le tableau

5 ans que ce tableau lui avait été promis pour service rendu,  mais son amie ne s'était toujours pas donnée la peine de le lui apporter. Chaque année elle se rappelait à son bon souvenir.- Passe quand tu veux et  choisis un tableau, répondait invariablement  son amie. Elle  lui précisait alors qu'elle avait déjà choisi ce tableau cinq ans plus tôt et que c'était à elle de le lui apporter. Son amie concluait toujours de la même façon. - Bien sûr, bien sûr,  alors passe pour en choisir un deuxième, ce sera un... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]