15 septembre 2016

Souvenir

Il lui manquait un couteau et il l’avait pris sur la table d’à côté. Quand le garçon l’a vu, il lui a dit d’une voix coupante. -          Ah non ! Vous me perturbez mon service. Cette remarque l’avait tétanisé. Comment ce garçon pouvait-il lui parler sur ce ton, à lui, client régulier de ce restaurant ! En faisant un rapide calcul, il se souvint qu’il y avait au moins laissé 400 euros depuis quatre mois. Quel goujat ! Ce qu’il avait oublié, c’est que cette  réprimande... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

06 septembre 2016

La moustache

Lorsqu'il était revenu, après trois jours d'absence, elle ne l’avait  pas  reconnu. Il avait fallu qu'il lui dise " C'est moi, ton mari " pour qu'elle le resitue dans un cadre familier. Une impression de malaise l’avait alors submergée et n'avait pas cessé depuis.  Pour quelles raisons s'était-il rasé la moustache ? Et comment allait-elle faire pour composer avec ce visage étranger qui, pourtant, n'était pas tout à fait un autre ?
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2016

Le paradoxe

Au bout de deux ans de rencontres épisodiques, elle lui avait offert le livre « Eloge de l’amour », dont elle avait orné  la page de garde d’une dédicace digne des plus grandes amoureuses. Pourtant, une semaine après cette « déclaration », elle partait en vacances sans lui, prétextant un profond désir de solitude. Ce n’était pas la première fois qu’elle le plaçait face à un paradoxe : que devait-il en penser ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2016

L’escalier

C’était sa fierté, sa création, son coup de folie. Quatre ans de travaux, mais le résultat le comblait. A l’origine, une idée de sa femme, une preuve d’amour, leur lien qu’il avait voulu concrétiser dans cet escalier, mais elle n’était plus là pour le voir.  « Elle est partie », disait-il toujours pudiquement, comme si le mot « morte » ravivait sa douleur et scellait le tombeau de la perte. Chaque fois qu’il le montait ou le descendait, il pensait à elle. Et quand il passait sa main sur la pierre lisse,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2016

L’emprise

La première carte-lettre qu’elle lui avait envoyée, sous une enveloppe rouge sang, commençait par « cher Paul », s’achevait par « grosses bises » et un prénom - « Corinne » - dont le « i » s’ornait d’un soleil aux rayons prometteurs. La deuxième, quatre mois plus tard, toujours sous enveloppe rouge, était légèrement différente : un simple « Bonjour »  en introduction, en  conclusion « Une belle année pour toi » et le soleil avait disparu du « i » de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 août 2016

La salade

Elle a donné à sa mère une salade de son jardin. Au préalable, elle en avait soigneusement lavé et essoré les feuilles avant de les placer dans un sac en plastique. - Surtout mets-la bien au frigo, lui a-t-elle précisé, car elle a voyagé trois heures dans mon sac de voyage. - Ne t’inquiète pas, je vais m’en occuper tout de suite. Le lendemain matin, sa mère lui a donné des nouvelles fraîches de sa salade qui elle,  ne l’était plus. - Tu m’excuseras, mais ta salade je l’ai oubliée sur la table de la cuisine et ce matin, toutes... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

29 juillet 2016

La concession

L'âge avançant, ils avaient décidé d’acheter une concession au cimetière de leur commune. Monsieur avait fait la démarche, mais Madame n’avait pas apprécié l’endroit assigné et le lui avait fait savoir sans concession. - Non, sûrement pas là ! Il n’y a pas de soleil avec ce grand arbre qui cache tout. Il avait eu beau protester, rien n’y avait fait. - Franchement, du soleil alors que tu seras six pieds sous terre, c’est bien de toi ! - Je m’en moque, avait-elle rétorqué, si jamais je veux y aller de mon vivant, il me faut du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 juin 2016

L'acte

Un jour où elle avait bu plus que de coutume, Marie avait confié à son amie qu’à chaque fois qu’elle faisait l’amour avec Samuel, elle mettait des boules Quiès. Son amie n’avait pas osé lui poser la question  qui lui brûlait la langue, et bien lui en avait pris. Marie avait aussitôt ajouté. -          Tu te demandes certainement pourquoi ? C’est simple, quand Samuel commence à prendre son pied, il hurle tellement qu’on dirait que toutes les bêtes  de la forêt vierge se sont... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
05 juin 2016

L’oral facultatif

Les candidats attendent devant la salle 210 pour passer l’oral de portugais facultatif du bac professionnel. Elle fait entrer le premier élève qui arrive mains dans les poches et, comme souvent, sans savoir en quoi consistent les épreuves. Elle lui fournit quelques explications, lui donne un document  à préparer pendant cinq minutes, une feuille, et un stylo car il n’en a pas.  Durant ce temps de préparation elle vaque à différentes tâches. Au bout de cinq minutes, elle demande au candidat de s’asseoir en face d’elle et de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
31 mai 2016

Le DRH

Son  travail de DRH* avait fini par créer chez lui un syndrome de culpabilité. Au tout début de sa carrière, il avait commencé par mettre à la porte quelques salariés, 5, 10 ou 20 dans les cas les pires ; mais le nombre était allé crescendo jusqu’à atteindre, depuis qu’il était en free-lance, les 500 personnes en une seule fournée. Nuit après nuit,  il rêvait de charrettes emplies d’hommes qu’un bourreau au visage masqué conduisait au four crématoire. Lorsque le bourreau enlevait son masque, il se rendait compte que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]