31 août 2017

L'accent

Un matin, elle se réveilla avec l’accent américain. Au début, elle ne le remarqua  pas, c’est son mari qui le lui signala. -          Arrête de prendre cet accent ! -          Quel accent ? répondit-elle étonnée. -          L’accent américain ! Elle alla voir  le médecin qui se déclara impuissant. Il avait même ajouté « Patience et longueur de temps font plus que force ni... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

27 août 2017

Le dernier voyage

Lui voyageait léger, elle voyageait lourd. Il avait un petit sac à dos, elle une grosse valise à roulettes. Son sac à dos était marron, sa valise était rouge. La dernière fois qu’ils sont partis ensemble, sa valise était si grosse qu’elle passait difficilement dans la travée centrale. Forcément, il devait l’aider. Forcément, il s’exécutait en maugréant. L’apogée du voyage, ce fut lorsque l’une des roulettes du coffre rouge qu’elle appelait valise s’est cassée. Il a fait quatre wagons, suant, soufflant, vérifiant que l’infâme valise... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
19 août 2017

Le départ

Il avait grandi trop vite.  Ce n'était plus cette  boule de poils qui les avaient séduits. En cinq mois l'animal avait fini par avoir tous les défauts du monde.  Au début, lui et sa femme avaient  bien essayé " Couché ! Assis ! Debout ! La patte ! Pas sauter ! " ; et puis ils en avaient eu marre, le chien était trop bête. Sa femme avait même dit.  - Il m'emmerde ce chien. Si c'est comme ça, il vaudrait mieux… et elle avait laissé sa phrase en suspens.  Maintenant, dès que la bête arrivait dans la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2017

Curiosité

Voici un texte de  Gilda - une amie brésilienne de Belo Horizonte -  traduit en français par mes bons soins.   Une femme meurt. En arrivant au ciel, Elle est durement rappelée à l'ordre. - Tu ne devrais pas être ici ! Tu es arrivée avant que ton heure ne soit venue. - Ce n'est pas de ma faute, répond-elle. - Ah bon, ce n'est pas de ta faute ? C'est de la faute  de ta curiosité peut-être ? - Bon, c'est vrai, c'est de ma faute, j'ai traversé la rue alors que je lisais un message reçu sur mon portable. - Mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
10 août 2017

Le boucher

M. Mouton était établi depuis vingt-cinq ans comme boucher à St Jean Pied de Port et il travaillait la viande sous toutes les coutures. La bavette, le paleron, l’araignée,  le jarret, les jambonneaux, les filets, les plats de côte, les gigots et les côtelettes étaient toute sa vie mais, depuis quelques mois, l’enthousiasme n’était plus au rendez-vous ; la viande le rendait morose et il ne pouvait plus avaler un seul morceau de chair cuisinée. Il avait même fini par devenir végétarien, au grand désespoir de sa femme qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
28 juillet 2017

Le SDF

Elle sortait de son stage de théâtre quand il l’avait abordée. - T’as pas deux euros ? « Non », dit-elle après avoir tâté sa poche droite, celle où elle laissait toujours une pièce au cas où. - Alors, tu te fous que je sois à la rue ! Éclata-t-il. Mise à rude épreuve par un stage qu’elle avait certes choisi, mais qui la déstabilisait, elle répondit sur le même ton. - Non je m’en fous pas, mais j’ai rien, merde ! Le type la regarda interloqué puis il poursuivit son chemin. Elle aussi. Oui, le théâtre c’était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

26 juillet 2017

Le chien

Enfant, je rêvais de m'effacer. Je me souviens du jour où  je m’étais installée dans la niche du chien. Je dois dire que j’enviais mon chien. Lui, au moins, on lui fichait la paix. J’étais recroquevillée à l’intérieur depuis au moins un quart d’heure quand j’ai entendu ma mère qui m’appelait de sa voix de maîtresse. J’ai aboyé furieusement, juste pour le plaisir ; j’étais contente de jouer au chien. Une fois devant la niche, ma mère a hésité, puis elle s’est accroupie pour regarder à l’intérieur. Quand elle m’a vue, son visage... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
16 juillet 2017

Martine

Avant-hier, on attendait devant le théâtre pour voir une compagnie régionale quand Martine est arrivée, souriante et détendue. La vache,  qu’est-ce qu’elle a grossi Martine ! Enfin, ça, je l’ai gardé pour moi, forcément. Elle nous a parlé de son opération des genoux – les deux, parce qu’elle ne fait jamais les choses à moitié Martine. Elle appréhendait sa visite chez le chirurgien ; elle croyait qu’il allait lui parler de sa « surcharge pondérale », mais en fait non, il ne lui en a même pas touché un mot. Je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
08 juillet 2017

Le passé

Nous parcourions le rayon « homme » du printemps, quand soudain, il s’immobilisa devant un enfant tétant tranquillement sa sucette dans sa poussette, étranger à l’agitation du rayon. - Ah le bienheureux  - s’extasia-t-il  – j’aimerais bien revenir à ce temps béni ! Mais immédiatement il se ravisa, l’air inquiet, comme s’il avait oublié un détail important. -          Il y a un problème ? lui demandai-je. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 juillet 2017

L’hypocondriaque

Il venait d’avoir les résultats de son analyse de sang, tout était parfait. A désespérer. Même pas un peu de cholestérol, rien ! Il avait pourtant insisté auprès du médecin - « Vous êtes sûr, vraiment, je n’ai rien ? » - qui l’avait regardé d’un air suspicieux. Il lui avait même suggéré une nouvelle analyse, une toute dernière : son  taux de PSA.  Pour se débarrasser de son patient, le médecin avait cédé. En rentrant chez lui sa femme lui avait demandé.  ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]