11 avril 2019

La boutique aux soutiens-gorges

Tous les jours il restait en arrêt devant la boutique aux soutiens-gorges. Il ne faisait de mal à personne, et surtout pas à elles, puisqu’il leur épargnait sa présence en chair et en os. Elle aussi restait en arrêt devant la boutique aux soutiens-gorges. Elle le faisait pour se choisir l’objet qu’un jour elle aurait le courage d’acheter. Elle se trouvait grosse et moche, et ces "joyaux" n’étaient pas pour elle. Ils se regardèrent l’un l’autre un mardi en début d’après-midi, et ils se sourirent, allez savoir pourquoi. Sans doute... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

09 avril 2019

Ecrire

Il l’avait reçue rapidement, suite au livre qu’elle lui avait envoyé. Elle ne le connaissait pas, ou peu, c’était l’ami d’un ami qu’elle avait rencontré lors d’un dîner. On l’avait assise – elle,  l’âme seule -  à côté de lui et ils avaient parlé littérature. Il était éditeur, elle souhaitait publier afin de fuir un travail qui l’épuisait. Lorsqu’il l’avait reçue dans son bureau, un mois plus tard, il lui avait dit. -          Pour faire rire, il me semble qu’il faut être... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
05 avril 2019

La traversée

Il vivait dans un monde englouti, naufragé volontaire d’un bateau qui avait perdu son équipage. Devait-il survivre ? Et s’il survivait, quel morceau jouerait-il en solo ? Il l’ignorait. I WISH YOU WERE HERE *, n’arrêtait il pas de fredonner, mais l’entendait-elle, celle qui l’avait épuisé ? Cette femme dont l’esprit  hésitait entre je, je et moi-même. L’autre chez elle n’existait pas car elle n’avait jamais vu qu’elle, dans ce miroir où elle se regardait jour et nuit. Quant à lui, être au jeune corps usé,  il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
14 mars 2019

Ecrire

La première chose qu’elle lui avait dite en la croisant  au supermarché, juste après lui avoir demandé des nouvelles de ses enfants et de son mari, c’est qu’elle avait rassemblé ses morceaux. -          Tes morceaux ? Mais tes morceaux  de quoi ? avait répondu son amie étonnée. -          Mes morceaux pour écrire, avait-elle souri. -          Ah bon, tu écris ? Mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
26 février 2019

Fin

Souvent elle se demandait pourquoi il haïssait les autres. Quand un jour elle lui a posé la question, il s’est contenté de lui dire que c’était les autres qui le haïssaient. L’affaire en est restée là, jusqu’au jour où il a  assassiné sa mère. Quand elle lui a rendu visite en prison, elle lui a demandé. -          Pourquoi ta mère ? Il l’a regardée le visage fermé. -          Elle l’a cherché. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
12 février 2019

La clef

        Elle ne trouvait plus la clef du paradis. Pourtant, afin de ne pas la perdre, elle avait demandé une grande taille chez le serrurier. Peut-être  avait-elle été volée, mais par qui ? Son mari ? Non, il ne croyait pas au Paradis ; ses enfants ? Non, ils avaient disparu il y a longtemps déjà ; ses amis ? Non, ils étaient morts et enterrés en elle ; ses parents ? Non, son père n’avait jamais existé et sa mère vivait si loin qu'elle ne la voyait plus. Alors, où était-elle cette clef ? Elle se... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

10 février 2019

L’inconnue

Jamais je ne l’avais vue sans ses aiguilles à tricoter. Je me suis tout de suite demandé pourquoi elle les transportait toujours dans son sac rouge. N’allez pas croire que je la suivais partout. Non, bien sûr que non, mais souvent je faisais un bout de chemin avec elle, sans qu’elle le sache. J’ai toujours aimé suivre des inconnues. Seulement maintenant, ce n’est plus une inconnue pour moi, je sais que ses aiguilles ont tué. Qui, je ne sais pas, où, je ne sais pas non plus, mais la lettre qu’elle a laissé sur le banc où je m’asseyais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 février 2019

Disparition programmée

Dis-moi,  tu l’as vue ? Ne me dis pas que tu ne l’as pas vue, parce que c’est dingue ! Pourquoi c’est dingue ? Mais parce qu’elle a changé. Comment ça tu ne comprends pas ? Eh bien je vais te le dire tout de suite. Toute sa vie durant, elle s’est demandée comment on pouvait avoir du vague à l’âme, comment on pouvait voir la vie en noir, comment on pouvait demander de l’aide aux autres, comment on pouvait ne pas se secouer, comment on pouvait être déprimée, comment on pouvait se suicider, et maintenant :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 janvier 2019

Le rendez-vous

Elle avait connu la fabrique des imposteurs lors d’une visite dans les quartiers bourgeois de la ville et elle avait voulu s’y rendre, allez savoir pourquoi ? Etait-ce parce qu’elle-même faisait partie de cette catégorie-là ? Lors du premier rendez-vous, elle fut étonnée par les gens présents. La conférence s’intitulait : « l’homme capital humain ». Le public, presque uniquement masculin, était composé d’hommes pour qui le costume semblait une seconde nature. Les visages étaient jeunes - bien rasés - et leurs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Le dernier plan suicide

J’ai au moins douze plans pour me suicider*. Vous ne me croyez pas ? Vous avez tort. Pour l’instant je n’en ai parlé à personne. Pour une simple raison : il suffit que vous parliez de votre envie de vous suicider pour que tout le monde vous dise que la vie vaut la peine d’être vécue. Foutaise ! La vie ne vaut la peine de rien du tout et ils le savent bien, c’est pour ça qu’ils clament le contraire.  Le jour où j’ai trouvé mon douxième plan-suicide, je n’en croyais pas mes yeux, j’étais arrivé à la perfection. Je préfère ne pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]