16 août 2018

Le couple

Elle avait gardé sa robe de mariée, mais pas son poids : 57 kilos trente-cinq ans plus tôt, 75 kilos trente-cinq ans plus tard. La vie n’épargnait personne, et surtout pas elle. Sa vie de couple l’avait épuisée, pourtant elle n’avait pas eu d’enfants. Dommage, peut-être lui auraient-ils permis de comprendre pourquoi elle était restée avec son mari jusqu’à ce qu’il meure. Souvent, elle avait l'habitude de dire à son amie d'enfance. - Maintenant qu’il est mort, je vais enfin pouvoir  vivre ! Et elle n'avait pas tort.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 juillet 2018

L’acteur

Cela faisait trente minutes qu'elle supportait ce spectacle avant-gardiste et elle était à bout de nerfs. Soudain, un spectateur du cinquième rang se leva et cria. - C'est nul à chier ! Suivi par deux autres du quatrième et du troisième rang. Contre toute attente, l'un des deux acteurs interrompit son texte, se tourna vers eux et cria. -          Et moi, vous croyez que ça m'amuse de dire ce texte ? Maintenant si ça vous emmerde, vous pouvez sortir. Puis, comme si de rien n'était,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
15 juillet 2018

La campagne

Le lundi, la boucherie était fermée, alors parfois ils partaient à la campagne. Ce lundi-là, lui  contemplait le paysage et respirait la beauté des lieux alors que sa femme feuilletait Gala, assise sur son siège pliant en toile bleue et rouge. Pendant un long moment il resta silencieux et son regard vogua sur l’onde paisible ; soudain, mû par une veine lyrique, il déclama presque exalté. - Je suis l’eau, le ciel, le baiser bleu-vert de l’herbe couchée, l’arbre gorgé de sève... -  Arrête tes sornettes, je lis ! répliqua sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
11 juillet 2018

à bicyclette

Il n’y a jamais eu de vélo sans toi. Souvent, nos guidons se frôlaient  dans les virages et nos cœurs se blessaient  dans les orages.  Te rappelles-tu ta sonnette qui hurlait sans crier gare et affolait les passants sur les trottoirs ? Et cette chaîne qui sur tes mains laissait ressasser le noir chemin de ton enfance ; t’en souviens-tu ?   Je me rappelle aussi les prés qui abritaient nos corps fourbus et les herbes folles qui caressaient la moiteur de nos peaux brunies par le soleil. Aujourd’hui ton vélo... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
18 mai 2018

Evidence

Un matin, au petit déjeuner, elle lui avait dit, comme si c’était une évidence. -  Ce qui nous sépare, tu vois, c’est nous. Et j’ajouterais même : si nous n’étions pas nous, nous pourrions parfaitement vivre ensemble, sans ressentiments. Il en avait noyé sa tartine dans son immense bol de café au lait.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
03 mai 2018

Le principe de réalité

Elle essaya de lui expliquer : « Quand je n’étais pas morte, j’étais comme vous, je me croyais immortelle. Maintenant je sais l’effet que ça fait. » Il répondit l’air las : « Et alors ? » Elle tenta le tout pour le tout : « Alors ? Alors allez-y, dites-lui que vous l’aimez, sinon elle va vous laisser tomber et vous l'aurez bien cherché ! » Il s’énerva : « Mais qui vous êtes pour me dire ça ? » Elle s’étonna de sa naïveté : «  Je suis votre ange-gardien, mai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

01 mai 2018

Les cours de piano

Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile. J’aurais voulu savoir jouer sans travailler. Mon professeur - une dame  dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se plier aux règles que ma « paresse » lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
16 avril 2018

Le chien

Dans ce café tranquille du centre de Rouen, quand le chien est arrivé à la table de l’homme à moustache installé près de la fenêtre, il a tout de suite remué la queue, sans parler des larges coups de langue qu’il lui a prodigués. L’homme, loin de se montrer indisposé par ces « léchouilles » a dit aux dames qui accompagnaient le chien : «  Ah, c’est pas ma femme qui me manifesterait autant d’attentions. » L’une des dames, sans doute agacée par cette réplique, a ajouté. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2018

En finir

Chaque jour elle déposait un mot dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4 courtes lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui. L'avant-dernier, par contre, il lui avait fallu de longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux jours, et pas n’importe quelles lettres, des lettres longues et romantiques... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
09 mars 2018

la place

Ils erraient désespérés dans les rues de cette ville de bord de mer sans trouver aucune place pour se garer. Soudain, sa mère s’est écrié de sa voix autoritaire. - Non mais regarde-moi ça ! Il y a plein de places pour les handicapés et ils occupent même pas leur place ! T'as qu’à t’y mettre, comme ça, ça les fera réfléchir les handicapés !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]