16 novembre 2019

Le tapage

Il lui a téléphoné pour lui demander si elle pouvait passer chez lui tout de suite. -           Tout de suite, mais pour quoi ? -           A cause du bruit. Il faut dire que depuis des mois, il se plaignait de ses voisins. Elle arriva presque instantanément, sa maison était au bout de la rue. Quand il lui a ouvert la porte, son visage était triomphant. -   Cette fois-ci, avec ton témoignage, ils va l’avoir dans l’os le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 novembre 2019

L’échelle

      Difficile de grimper à l’échelle après tant de mois d’arrêt de travail. Les barreaux succèdent aux barreaux et la lumière est si loin. Toujours cette petite obsession : et si les mots me manquaient, qui viendrait me sauver ? A vrai dire, peu importent les oublis puisque j’ai mis en place des dictionnaires vivants prêts à intervenir, si problème il y a. Ce retour dans le monde du travail exige un autre rythme et une faculté de concentration différente. Finis les siestes, les lectures, l’écriture,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
14 octobre 2019

Le père

A chaque fois qu’il rendait visite à son père, il ne manquait pas de dire. -          Saint Pilulier, priez pour nous. Oui, à 89 ans, son père était un fervent adepte des pilules.  Il y avait les pilules qui ouvraient la nuit et celles qui ouvraient le jour. Au total une douzaine. Un jour, agacé par ces pilules que son père dévorait, il lui dit. -          Toi, non seulement tu es hypocondriaque, mais tu veux creuser  le déficit de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
10 octobre 2019

le café du coin

Au café du coin, Michel discutait au comptoir avec un type assez jeune que personne ne connaissait à part lui ; c’était le fils d’un ami d’un ami  dont il ignorait même le prénom. - Moi, disait Michel, fier de lui, je suis  anti-immigration et anti-Europe, et je peux te dire que je me gênerai pas pour voter RN s’il le faut ! L’autre lui répondit l'air moqueur. - Et anti-connerie, non ? Tu devrais essayer, ça ferait du bien à ton cerveau anti-social. Michel ne répondit pas et but d'un coup le reste de sa bière.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
26 septembre 2019

Confiance

Souvent, Solange allait sur les plages blanches de ce qu’elle appelait « sa confiance » et elle attendait. Quand ses amies s’étonnaient, elle disait qu’elle voyageait au pays de la confiance. -          Oui, mais pourquoi voyages-tu là ? s’obstinaient-elles. -          Pour réfléchir. Solange   refusait d’avouer qu’elle n’avait aucune confiance en elle - sans doute de vieux démons de l’enfance l’en empêchaient – jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 septembre 2019

Madame la Mort

Le visage triste, dans la nef de l’église, il lui avait dit. -           Tu vois, moi, je n’ai pas vraiment peur de la mort mais franchement, je préfére ne pas être là le jour où elle viendra me rendre visite. Elle n’avait rien répondu et avait attendu la suite qui arriva instantanément. -          Et toi, tu en penses quoi de la mort ? Le problème c’est qu’elle n’en pensait rien. Pourquoi en penser quelque chose si tôt ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

20 septembre 2019

Une nouvelle force

Hier, le visage lumineux – peut-être trop d’ailleurs – Hélène lui avait dit que la force de l’Eïnothérapie était de pouvoir travailler sur une tension corporelle sans avoir besoin de connaître l’origine de la tension. Véronique l’avait regardée l’air étonné et s’était contentée de répondre, le plus banalement du monde, qu’elle préférait savoir d’où venait ses tensions. -          Toi oui, mais les autres non. -          Tu crois ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
16 septembre 2019

Demande

- Excusez-moi de vous dire ça tout de suite, mais j’ai l’habitude d’aller  à l’essentiel, profession oblige : alors, on couche ou pas ? Sa question eut sur lui l'effet d'une douche glacée. Toute l'excitation qu'il avait senti monter  retomba d'un coup, d’un seul. Il sentit son sexe se recroqueviller, misérable, et il eut l’impression de se vider de son sang. Non, il ne pouvait plus rien imaginer avec elle, l'affaire était classée. - Alors ? Insista-t-elle. - Oui, enfin non ! On ne couche pas ! - La franchise ne paie... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 juin 2019

Questions

-          Je suppose qu’il n’y a pas de fruits ? Lui dit-il d’une voix qu’elle jugea impatiente. Toujours ces interrogations négatives ! Il l’accusait d’être paranoïaque, mais il y avait de quoi : « Je suppose qu’il n’y a pas de fruits » ce n’était tout de même pas la même chose que  « Est-ce qu’il y a des fruits » ! Ce matin, il  avait commencé la journée par « je suppose que tu n’as pas acheté de dentifrice », suivi par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
07 juin 2019

La thérapie

Ça faisait quatre mois que Manon allait mal. Elle n’arrêtait pas de me dire qu’elle avait envie de se foutre en l’air. Je n’en pouvais plus. Avec elle mes nuits étaient plus belles que mes jours, au moins elle dormait. Agacé, j’ai fini par prendre une décision : et si tu faisais une psychothérapie de soutien ; La femme de Jean en a fait une et au bout de 10 séances elle allait mieux. Je te l’offre, ce sera mon cadeau d’anniversaire. Manon n’a pas dit non, elle n’est pas contrariante. Enfin, elle n’était pas contrariante,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]