12 février 2019

La clef

        Elle ne trouvait plus la clef du paradis. Pourtant, afin de ne pas la perdre, elle avait demandé une grande taille chez le serrurier. Peut-être  avait-elle été volée, mais par qui ? Son mari ? Non, il ne croyait pas au Paradis ; ses enfants ? Non, ils avaient disparu il y a longtemps déjà ; ses amis ? Non, ils étaient morts et enterrés en elle ; ses parents ? Non, son père n’avait jamais existé et sa mère vivait si loin qu'elle ne la voyait plus. Alors, où était-elle cette clef ? Elle se... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

10 février 2019

L’inconnue

Jamais je ne l’avais vue sans ses aiguilles à tricoter. Je me suis tout de suite demandé pourquoi elle les transportait toujours dans son sac rouge. N’allez pas croire que je la suivais partout. Non, bien sûr que non, mais souvent je faisais un bout de chemin avec elle, sans qu’elle le sache. J’ai toujours aimé suivre des inconnues. Seulement maintenant, ce n’est plus une inconnue pour moi, je sais que ses aiguilles ont tué. Qui, je ne sais pas, où, je ne sais pas non plus, mais la lettre qu’elle a laissé sur le banc où je m’asseyais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 février 2019

Disparition programmée

Dis-moi,  tu l’as vue ? Ne me dis pas que tu ne l’as pas vue, parce que c’est dingue ! Pourquoi c’est dingue ? Mais parce qu’elle a changé. Comment ça tu ne comprends pas ? Eh bien je vais te le dire tout de suite. Toute sa vie durant, elle s’est demandée comment on pouvait avoir du vague à l’âme, comment on pouvait voir la vie en noir, comment on pouvait demander de l’aide aux autres, comment on pouvait ne pas se secouer, comment on pouvait être déprimée, comment on pouvait se suicider, et maintenant :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 janvier 2019

Le rendez-vous

Elle avait connu la fabrique des imposteurs lors d’une visite dans les quartiers bourgeois de la ville et elle avait voulu s’y rendre, allez savoir pourquoi ? Etait-ce parce qu’elle-même faisait partie de cette catégorie-là ? Lors du premier rendez-vous, elle fut étonnée par les gens présents. La conférence s’intitulait : « l’homme capital humain ». Le public, presque uniquement masculin, était composé d’hommes pour qui le costume semblait une seconde nature. Les visages étaient jeunes - bien rasés - et leurs... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Le dernier plan suicide

J’ai au moins douze plans pour me suicider*. Vous ne me croyez pas ? Vous avez tort. Pour l’instant je n’en ai parlé à personne. Pour une simple raison : il suffit que vous parliez de votre envie de vous suicider pour que tout le monde vous dise que la vie vaut la peine d’être vécue. Foutaise ! La vie ne vaut la peine de rien du tout et ils le savent bien, c’est pour ça qu’ils clament le contraire.  Le jour où j’ai trouvé mon douxième plan-suicide, je n’en croyais pas mes yeux, j’étais arrivé à la perfection. Je préfère ne pas... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
16 décembre 2018

Se soumettre ou agir

Dans la famille on était subalterne de père en fils. Personne n’avait jamais failli à la règle, sauf lui. -          Subalterne, jamais ! avait-il dit à son père. -          Mais tu te prends pour qui ? -          Un homme. Son père était sorti de table en vociférant. Pas de dessert pour moi, avait-il dit, je ne mange pas avec des anarchistes. Et lui avait fini de manger avec sa mère qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

07 octobre 2018

T’as vu ta chambre ?

-          Non, mais t’as vu ta chambre ? Elle commençait toujours ses phrases comme ça quand elle entrait dans ma chambre, c’était plus fort qu’elle. Moi, je répondais invariablement. -          Ben quoi, qu’est-ce qu’elle a ma chambre ? Je jetais un coup d’œil rapide aux vêtements qui jonchaient le sol, aux livres éparpillés, au lit défait, et je souriais intérieurement. Après, elle démarrait  au quart de tour. Sa collection... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
03 septembre 2018

Attente

Je vous parle comme à une amie, je ne vois pas beaucoup de monde, je suis seule, je regarde le monde vivre. Les vieux dérangent ; ils sentent la mort. Ils perdent la tête et laissent le corps prendre la place de l’esprit. Je vous parle comme à une amie,  vos yeux surpris lisent la vieillesse de votre jeunesse. Vous ravalez votre orgueil, vous m’observez, vous déchargez votre jeune pitié compatissante, vous parlez lentement, vous prenez le temps, vous vous adaptez,  vous êtes mes yeux,  vous êtes mon esprit... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
16 août 2018

Le couple

Elle avait gardé sa robe de mariée, mais pas son poids : 57 kilos trente-cinq ans plus tôt, 75 kilos trente-cinq ans plus tard. La vie n’épargnait personne, et surtout pas elle. Sa vie de couple l’avait épuisée, pourtant elle n’avait pas eu d’enfants. Dommage, peut-être lui auraient-ils permis de comprendre pourquoi elle était restée avec son mari jusqu’à ce qu’il meure. Souvent, elle avait l'habitude de dire à son amie d'enfance. - Maintenant qu’il est mort, je vais enfin pouvoir  vivre ! Et elle n'avait pas tort.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
19 juillet 2018

L’acteur

Cela faisait trente minutes qu'elle supportait ce spectacle avant-gardiste et elle était à bout de nerfs. Soudain, un spectateur du cinquième rang se leva et cria. - C'est nul à chier ! Suivi par deux autres du quatrième et du troisième rang. Contre toute attente, l'un des deux acteurs interrompit son texte, se tourna vers eux et cria. -          Et moi, vous croyez que ça m'amuse de dire ce texte ? Maintenant si ça vous emmerde, vous pouvez sortir. Puis, comme si de rien n'était,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]