18 mai 2018

Evidence

Un matin, au petit déjeuner, elle lui avait dit, comme si c’était une évidence. -  Ce qui nous sépare, tu vois, c’est nous. Et j’ajouterais même : si nous n’étions pas nous, nous pourrions parfaitement vivre ensemble, sans ressentiments. Il en avait noyé sa tartine dans son immense bol de café au lait.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

03 mai 2018

Le principe de réalité

Elle essaya de lui expliquer : « Quand je n’étais pas morte, j’étais comme vous, je me croyais immortelle. Maintenant je sais l’effet que ça fait. » Il répondit l’air las : « Et alors ? » Elle tenta le tout pour le tout : « Alors ? Alors allez-y, dites-lui que vous l’aimez, sinon elle va vous laisser tomber et vous l'aurez bien cherché ! » Il s’énerva : « Mais qui vous êtes pour me dire ça ? » Elle s’étonna de sa naïveté : «  Je suis votre ange-gardien, mai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
01 mai 2018

Les cours de piano

Je me souviens de mes non-cours de piano. J’avais 9 ans et, le jeudi matin – jour des enfants – j’allais  chez mon professeur qui habitait une grande maison au fond d’un parc. Au milieu du parc,  un cèdre singulier étendait ses branches  jusqu’au deuxième étage de la maison. Je rêvais d’y élire domicile. J’aurais voulu savoir jouer sans travailler. Mon professeur - une dame  dotée d’un certain humour  - sans doute lassée de me répéter les mêmes choses, finit par se plier aux règles que ma « paresse » lui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
16 avril 2018

Le chien

Dans ce café tranquille du centre de Rouen, quand le chien est arrivé à la table de l’homme à moustache installé près de la fenêtre, il a tout de suite remué la queue, sans parler des larges coups de langue qu’il lui a prodigués. L’homme, loin de se montrer indisposé par ces « léchouilles » a dit aux dames qui accompagnaient le chien : «  Ah, c’est pas ma femme qui me manifesterait autant d’attentions. » L’une des dames, sans doute agacée par cette réplique, a ajouté. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2018

En finir

Chaque jour elle déposait un mot dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle désossait son souvenir. Comme il ne lui avait écrit que 4 courtes lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui. L'avant-dernier, par contre, il lui avait fallu de longs mois pour le faire mourir, c’était un amoureux des mots. Il l’avait aimée un mois, à raison d’une lettre tous les deux jours, et pas n’importe quelles lettres, des lettres longues et romantiques... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
09 mars 2018

la place

Ils erraient désespérés dans les rues de cette ville de bord de mer sans trouver aucune place pour se garer. Soudain, sa mère s’est écrié de sa voix autoritaire. - Non mais regarde-moi ça ! Il y a plein de places pour les handicapés et ils occupent même pas leur place ! T'as qu’à t’y mettre, comme ça, ça les fera réfléchir les handicapés !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

16 février 2018

La dentiste

Quand elle est arrivée dans le cabinet de la dentiste, celle-ci écoutait un air de salsa, aussitôt suivi d’une cumbia. En l’attendant, tranquillement assise sur le fauteuil de torture, elle a osé. -          J’espère que vous ne suivez pas le rythme de la musique avec votre turbine. La dentiste a souri et lui a dit de n’avoir aucune crainte, elle savait se contrôler ! Une heure plus tard, elle sortait la mâchoire meurtrie, non par les coups de turbine, mais par la piqûre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
04 février 2018

Meurtre

Elle était arrivée en hurlant. -          Je vais l’assassiner ! « Qui ? » Avait-il demandé effrayé et elle lui avait révélé l’impensable : « Ma mère ! » Bien évidemment il avait tenté de l’en dissuader, un matricide, elle n’y pensait pas, mais elle continuait inflexible. -          Elle m’a gâché 40 ans de ma vie ! -          Oui mais quand même, c’est... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :
25 décembre 2017

Noël

Ce Noël-là -  à dix ans révolus -,  elle avait voulu tuer ses parents avec une poudre de perlimpinpin  qu’elle avait versée dans les jolies petites tasses roses à fleurs bleues de leur service à thé. Ses parents avaient survécu, tant mieux, ou tant pis. En tout cas, cette mise en acte l’avait définitivement sauvée du naufrage. Cette famille-là  n’était plus la sienne et, enfin libre, elle avait pu renaître.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
20 octobre 2017

L'exercice

Le professeur d'espagnol avait donné un exercice simple à ses élèves de seconde : faire le portrait d'un ou d'une amie. Il remarqua que Léa n'écrivait rien. IL s'approcha d'elle et lui en demanda la raison. Elle répliqua, avec une pointe d'agressivité, qu'elle ne connaissait que la première personne du présent de l'indicatif des verbes et qu'il lui était donc impossible de faire le travail donné. - Vous ne vous souvenez pas qu'on a revu le présent en début d'année, et à toutes les personnes ?- Je connais que la première personne.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]