24 août 2014

La panne

Il avait griffonné plusieurs débuts d’histoire - celle de la femme qui se prenait pour un chien, celle du type qui racontait compulsivement des histoires drôles qui ne faisaient rire personne, celle de l’homme qui se faisait mettre à la porte de chez lui et qui se retrouvait nez à nez avec son voisin qui lui souhaitait de bonnes vacances, celle d’une femme qui faisait l’amour avec des dizaines d’hommes sauf son mari… - puis il les avait toutes fait disparaître les unes après les autres. Non, ce jour-là rien ne trouvait grâce à ses... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

22 août 2014

Le CAC

Hier, pour la première fois depuis dix ans, il avait fait les courses avec elle. Ils avaient parcouru les rayons d’Intermarché et mis leurs produits ensemble dans le caddy ; le bonheur presque absolu. A la caisse, il avait tout rangé dans les sacs bleus à une vitesse qu’elle avait jugée tout à fait raisonnable. Lorsqu’elle eut payé, elle lui déclara : -          Tu es reçu ! Il s’étonna : -          Je suis reçu ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
20 août 2014

L'odeur

Avant-hier, le directeur m’a convoquée dans son bureau, au vingtième étage de la Tour Breteuil, pour connaître mon avis sur l’entreprise COR. Je le lui ai donné sans mâcher mes mots, mais au moment où j’ai voulu sortir, il m’a coincée contre l’armoire en fer. Il m’a dit  qu’il aimait mon côté rebelle et que ça l’excitait. Sa chemise était  bleu pâle et il sentait le musc. J’ai gardé sur moi son odeur pendant toute la journée. En parfait gentleman, il n’a pas insisté  quand je lui ai demandé d’arrêter et je suis sortie... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
18 août 2014

La pièce

Cette pièce de théâtre, elle l’avait au moins vue 6 fois en vingt ans, mais dès qu’elle repassait au théâtre, elle se réservait une place. Ce samedi 13 avril, quand arriva la scène finale, le fameux moment où le détective réunit tous les habitants de la maison pour leur annoncer qui est le coupable, elle se leva du Fauteuil H 3 situé à l’orchestre et elle hurla en pointant son doigt vers la scène  : « Je sais qui est le meurtrier, c’est lui, c’est lui ! ». Toute la salle se tourna vers elle et oublia les acteurs.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
12 juillet 2014

La voix

Elle devait se marier dans quatre jours mais il y avait cette extinction de voix qui n’en finissait pas. Allait-elle seulement pouvoir dire OUI ? Le curé l’entendrait-il ? Sa voix cherchait-elle à lui dire quelque chose qu’elle ne pouvait entendre ? Pourtant, ce nouveau mari, elle l’avait  choisi avec soin ; pas comme le premier ni comme le deuxième ni même comme le troisième ou le quatrième. Avec celui-ci, ce serait du solide, elle le sentait. Mais il y avait la voix, ou plutôt son absence...    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
28 juin 2014

Le tatouage

Il s’était fait tatouer dans le dos un aigle imposant aux ailes déployées. A croire que l’oiseau lui avait donné le goût de voler, quinze jours plus tard il quittait le nid familial…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

26 juin 2014

La chaise

Au jeu des chaises tournantes, elle avait toujours été celle qui n'avait pas de chaise. Jusqu'au jour où une chaise se présenta ; elle  fut tellement surprise qu'elle en oublia de s'asseoir et reprit sa place au royaume des sans chaises...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
18 juin 2014

Paradoxe

Depuis 5 ans, il militait  - avec une fougue qui parfois l’étonnait lui-même -   dans un mouvement non-violent. Que lui avait-t-il donc pris, ce mercredi 18 juin, de tuer sa femme de 33 coups de couteau ?  
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
29 mai 2014

Un goût d'absurde

Quand je n’étais pas morte, j’étais comme vous, je me croyais immortelle. Vanité ! J’ai su il y a sept jours ce que mourir veux dire. C’était mercredi dernier. Au moment où j'ai ouvert la porte de mon appartement, un homme m’a braqué son arme sous le nez ! Ni une ni deux, le type a tiré : une balle en plein cœur. Un vrai gâchis ; j’ai si mal utilisé mon cœur. Cette leçon de mort m’a donné une leçon de vie ; trop tard ! Le pire dans cette histoire, c’est qu’on m’a prise pour une autre. Ma vie a été aussi absurde que ma... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
19 mai 2014

La balance

Quand elle monta sur la balance – et il y avait au moins un an qu’elle ne se pesait plus de peur de voir s'afficher le nombre 70 – la balance  annonça aussitôt « erreur ».  Elle en resta abasourdie.  Etait-elle vraiment une erreur ? Certains signes le laissaient  à penser mais le voir ainsi écrit,  en lettres rouges, changeait la perspective…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]