17 juillet 2007

Entrons-nous dans une ère de solitude glaciaire ?

Les hommes –  pourtant au cœur des nouvelles technologies - ne seraient-ils pas de plus en plus loin les uns des autres, de plus en plus indifférents, comme si un voile opaque les isolait, comme s’ils avaient peur de se montrer, de se toucher, de se dire ou comme s’ils ne pouvaient parler d'eux qu’à travers les « identités fictives » déclinées au fil de leurs rencontres virtuelles… Serait-il donc impossible d’être soi ? Nous entrons dans une ère de solitude glaciaire...  Les glaces fondent aux pôles mais se refondent... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2007

Ecrire

« Je ne sais jamais ce que je vais écrire ; je le découvre au fur et à mesure et en y revenant à maintes reprises. A cet égard, c’est comme une révélation : et c’est bien ce que me fascine. » (Michel  Butor, Friches, numéro 61) Être surpris par soi et s’autoriser à l'être, sans craindre ce que l'on peut être…
Posté par gballand à 18:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 juillet 2007

Dieu, que les femmes font peur !

Faut-il voiler les deux roues ? Il paraît qu'en Iran, "pour encourager le sport au féminin", on va créer un vélo islamique qui couvrira la moitié du corps des femmes.  Je vous laisse deviner quelle  moitié… celle,  bien sûr, susceptible d'éveiller le désir chez les hommes à barbe…Pauvres femmes, qui sont contraintes de se plier aux soi-disant préceptes du Coran, afin d'éviter, chez les hommes à barbe, les érections inévitables et impensables que pourrait provoquer la vue d'une jambe ou d'un mollet !
Posté par gballand à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2007

parenthèse pyrénéenne

Voilà, je suis dans les Pyrénées, en Ariège précisément, pour "raisons familiales"... ça fait un peu mot d'excuse, sur carnet de correspondance d'élève... St Girons, la province comme on dit de Paris, mais je ne suis pas de Paris puisque je vis moi aussi en province, à Rouen, mais St Girons c'est la province de la province ! Eh oui, on est tous le provincial de quelqu'un ! Le petit guide local dit : "La chaleureuse et souriante cité St Gironnaise... étire ses rues pittoresques et chantantes de part et d'autres de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 10:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 juillet 2007

Les vivants sont dans le corbillard, les morts suivent le cortège*

Le paradoxe que cette phrase soulève ne laisse  certainement personne indifférent. J’ai souvent l’impression d’être cette morte, dans ce cortège, qui suit pas à pas le corbillard dans une brume automnale ; Ne sentez-vous pas la mort sournoise qui entoure nos épaules de sa compassion bienveillante et nous murmure de sa voix douce « Ne change rien, ne change rien, ne change rien… » ? Ne vivons-nous pas entourés de morts ? Au travail, à la maison, à la télévision, dans la rue… J’en ai tant vu et j’en vois tant de morts ou... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juillet 2007

Et toi, tu pars quand ?

Si vous ne savez pas quoi dire à votre interlocuteur, la question simple à poser en ce deuxième jour de juillet - et qui remplace avantageusement les sempiternelles réflexions sur le temps - c’est : « Et toi, tu pars quand ? ». On peut d’ailleurs y ajouter des phrases subsidiaires, telles que : Et tu vas où ? Tu pars en famille ? « Tu vas bien te reposer, j’espère… » ou « profites-en bien ! ». Voilà qui permet de maintenir le lien social sans trop s’investir personnellement.Evidemment si la personne à qui vous posez cette question... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 juin 2007

Moi, vous savez, je suis jeune d’esprit…

C’est ce que se disent les vieux pour se consoler de ne plus être jeunes. Voici un exemple de phrases entendues et qui illustrent parfaitement cette étincelante philosophie de comptoir : « L’important, vous savez, c’est d’être jeune dans sa tête ! » ou encore « L’âge ça compte pas, y’a des jeunes qui sont déjà vieux dans leur tête ! ». Le problème, c’est que tous les vieux que je connais, ils sont vieux dans leur tête - vraiment, je vous assure - et les seuls à ne pas le croire, ce sont eux !D’ailleurs, moi-même qui vous parle, je me... [Lire la suite]
Posté par gballand à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2007

Dieu et Marx peuvent-ils se tenir par la main ?

Oui, si l’on en croit Marjane Satrapi qui leur prête ces paroles communes d’encouragement, à son adresse, à la fin du film Persepolis : « N’oublie pas que la lutte continue ! ». Marjane me fait penser à la Mafalda contestataire de Quino sous la dictature de Videla en Argentine, le même petit bout de fille courageuse – sauf que Mafalda, elle, ne grandit pas puisqu’elle est un pur symbole -  qui met son grain de sel irrévérent partout. Marjane est une amoureuse de la liberté et de la tolérance, c’est sa grand-mère – libre-penseuse... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2007

Dans le ventre du Rectorat ou les photos des secrétaires...

C’est étonnant le Rectorat, vu de l’intérieur. Quand on entre dans les bureaux – et aujourd’hui, moment solennel entre tous, j’ai rendu mes copies de baccalauréat – on pénètre dans l’univers intime de chacune des secrétaires. Chaque « recoin » de bureau est aménagé en fonction de la personnalité de la secrétaire qui l’habite… Il y a celles qui sont amoureuses des chevaux, des chiens ou des chats et qui  collent ces animaux sur les tiroirs et les murs, il y a celles qui préfèrent s’évader en pensant à des destinations lointaines –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 09:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 juin 2007

Peut-on être une Victime des mots ?

J’ai lu, il y trois jours, dans Libération, un article sur le procès qui a opposé Pierre Jourde* (auteur de Pays Perdu) à des habitants de ce village perdu qui l’ont  agressé pensant s’être reconnus dans son livre.L’un des habitants du village a dit au procès «  Lui il est poète, mais nous on  l’est pas, on sait pas s’exprimer comme lui. » Ces mots, dans leur simplicité rugueuse, m’ont émue – mais je réprouve totalement l’acte commis par ces villageois. Cette phrase ne dénoncerait-elle pas l’injustice profonde que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 11:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]