05 mars 2015

Le frère

Son frère était son miroir grossissant et il lui en était reconnaissant. Quand il prenait 1 kilo, son frère en prenait 3, et quand il en prenait 2, celui-ci en prenait immanquablement  6. Comme il ne  voyait son frère qu’une fois par semestre, l’effet loupe n’en était que plus saisissant. Il se mettait alors au régime avec pesée chaque jour et une mise à jour  de sa  courbe de poids sur son carnet de santé en ligne…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

14 janvier 2015

Le virus

Il passait son temps à éviter sa mère. Le dérangeait-elle ? Au petit-déjeuner, elle n’a pu s’empêcher de lui dire. -          Tu sais la vieillesse, ce n’est pas une maladie, ça ne s’attrape pas ! Son regard lointain s’est arrêté sur sa mère et ses yeux vides et transparents ont balayé le visage de celle qui l’avait mise au monde, contre son gré. Fatigué de cet effort, il a baissé la tête et a continué de tremper sa tartine dans sa tasse de café au lait, sans mot dire…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
10 janvier 2015

Les journaux

Jeudi dernier, j’ai arpenté tous les kiosques possibles pour trouver un quotidien, impossible. D’habitude pourtant, à la même heure, les journaux attendent sagement sur leur présentoir. Il suffit donc que deux cinglés tuent douze personnes pour que la vente de journaux batte  des niveaux record.  Méfions-nous, en cette époque troublée cela pourrait donner de mauvaises idées aux patrons de presse…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
04 janvier 2015

Le cireur

En arpentant les rues du marché de Noël, quelle ne fut pas sa surprise de voir un cireur de chaussures.  Elle s’arrêta, demanda combien il prenait puis, conquise par l'homme, elle lui abandonna ses chaussures noires.  Au fil de la conversation elle lui confia qu’à son âge, elle avait hâte de vieillir puis, confortée par sa présence rassurante, elle osa ajouter. -  Moi, vous savez, jamais aucun homme ne s’est mis à mes pieds. C’était l’occasion ou jamais. C’est pour ça que je vous ai confié mes chaussures. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
30 novembre 2014

Les scratchs

A 17 ans, il ne savait toujours pas attacher ses lacets ; forcément, il mettait des chaussures à scratch depuis sa naissance… 
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
28 novembre 2014

Bonheur

Il  pensait qu’il était plus facile de rendre heureux la femme d’un autre que la sienne. Il aurait facilement pu le vérifier, mais au dernier moment, il n’avait jamais réussi à sauter le pas : question d’éthique,  de culpabilité, de peur ou de confort, allez savoir ! PS : la liste n’est pas exhaustive
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

24 novembre 2014

Le déchétarien

Il faisait ses courses au supermarché, de nuit, en sautant par-dessus les murs et en fouillant les poubelles qui regorgeaient de produits périmés. Les DLC*, il laissait ça aux victimes de la société de consommation. Lui, il   mangeait  gratuit depuis 10 ans, une économie non négligeable pour qui refuse de « revendiquer » son employabilité sur le marché du travail…  *Date de limite de consommation    
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
16 novembre 2014

Le médaillon

A sa mort, elle avait voulu que l’on mette quelques-unes de ses cendres dans un médaillon qu’elle portait à son cou jour et nuit. Certains avaient qualifié son choix de morbide. Elles les avaient laissé dire. Ses enfants eux-mêmes ne l’avaient  pas comprise. -  Franchement, à quoi ça rime ? lui avait dit sa fille. Elle avait préféré garder ses raisons pour elle. Inutile de les alarmer…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
29 octobre 2014

L’éloge funèbre

Au moment où le curé faisait l'éloge de la défunte, son fils se leva spontanément et cria : " Ce n’est pas vrai ! ». L’assistance se tourna vers lui et le curé interrompit son discours. Le fils resta debout, le regard perdu, puis il se rassit l’air accablé. Le curé revint à son éloge et l’assistance reprit son écoute attentive, comme si rien ne s'était passé…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
11 octobre 2014

l'accident

Elle était morte le jour de l’enterrement de son mari. Non de chagrin, comme tout le monde aurait pu le croire, mais d’un accident bête : le corbillard l’avait renversée en faisant une marche arrière "sportive", et sa tête avait heurté l'arête du trottoir.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]