12 octobre 2015

Dormir

A chaque fois que sa mère l'appelait chez lui, il s’assoupissait. Le flux et reflux de faits rebattus depuis 30 ans avait raison de lui au bout de cinq minutes. Parfois, c’était sa mère elle-même qui le réveillait d’un tonitruant : « Tu m’écoutes ? ». Il sursautait et répondait que oui, bien sûr, il l’écoutait…
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

04 octobre 2015

La langue de bois

Quand son patron  - un élu d’un parti en perte d'électeurs et d'idées  -  parlait, elle ne pouvait s’empêcher de penser à Franck Lepage*. Elle se demandait parfois si,  avant chaque intervention dans les médias, il ne s’entraînait pas devant la glace  : six cartes tirées au sort, inlassablement, et des phrases qu’il enfilait comme des perles ternes sur le collier de ses idées creuses.   *Franck Lepage : la langue de bois décryptée avec humour !    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
30 septembre 2015

Le parfum

Ne supportant plus son absence, elle s’imprégnait de son odeur, jour après jour, et ce parfum lui apportait une jouissance que sa présence ne lui avait jamais donnée.      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
18 septembre 2015

L'islamiste radical

Avant de mourir, ce " fou de Dieu " avait eu un vœu : mourir à 13 heures. - 13 heures, pourquoi ? lui avait demandé l'officier. - Pour manger avec le prophète et les martyres, avait-il répondu. L'officier avait hoché la tête, perplexe,  et il avait ordonné aux soldats de le tuer à 14 h.  Il ne serait pas à l’heure pour son repas avec le prophète, mais il arriverait juste à temps pour faire la vaisselle.   PS : brève largement inspirée des deux derniers paragraphes de cet article en anglais    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2015

Le flacon de parfum

Son fils et sa belle-fille lui avaient offert un flacon de parfum qu’elle trouvait vraiment minuscule. Pour leur faire mesurer leur avarice, elle plaça leur flacon sur l’étagère de la salle de bains, sous le miroir,  juste à côté du flacon qu'elle venait de s' acheter et qui, à côté, paraissait gigantesque. La prochaine fois qu’ils se laveraient les mains, ils ne pourraient ainsi manquer de voir la différence. Une comparaison valait toujours mieux qu’un long discours.  
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :
27 août 2015

Le chien

Quand ce chien acquit la parole – un miracle unique semble-t-il -  après 10 ans de bons et loyaux services auprès d’une maîtresse atrabilaire, la première chose qu’il dit fut : Vite, un psychiatre !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

19 août 2015

Les médicaments

Chez le pharmacien, la vieille dame avait présenté son ordonnance  et on lui avait empilé toutes les boîtes sur le comptoir. Eberluée, elle n’avait pu s’empêcher de dire. -  Eh bien, faut avoir la santé pour prendre tous ces médicaments, hein ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 juillet 2015

Le routier

Il roulait 100% Jésus et, afin que tous le sachent, il avait affiché un autocollant sur le parebrise  de son énorme camion qui écumait les routes d’Amazonie. Miracle, depuis que Jésus était au coeur de sa vie, rien n’arrêtait la course de son « géant » sur les routes boueuses de la transamazonienne…    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 juillet 2015

Réponse

Lorsque quelqu’un parlait, elle avait toujours la sale habitude de penser à la réponse qu’elle ferait. Autant dire qu’elle écoutait rarement. Pourtant, elle était psychologue…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 juillet 2015

Immortalité

Il venait d’avoir 150 ans, et il commençait à s’emmerder sérieusement…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]