10 mars 2016

Vengeance

Il était rongé par le ressentiment mais il ne l’admettait pas. A sa vengeance, il  donnait volontiers le nom d’altruisme. S’il agissait comme il agissait, c’était au nom de l’honneur bafoué des autres ; de lui, bien sûr, il n'était pas question. Jusqu’à quand se mettrait-il en scène en noble chevalier sans peur et sans reproche ? Sans doute jusqu’à sa mort.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 mars 2016

Genre

A chaque phrase que les élèves disaient, le mot « genre » pointait le bout de son nez. Non pas une fois, ni deux, mais trois, quatre ou cinq. Elle finit par le  leur dire et ils s’étonnèrent en chœur : Ah non, on dit pas « genre » tout le temps ! Très bien concéda-t-elle, afin d’éviter toute polémique,  mais dès qu’un élève prononça le mot « genre »,  elle cria un « genre » qui cloua tout le monde sur place. Ils finirent par reconnaître que  chez eux,  le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
27 février 2016

La berceuse

A chaque fois qu’il lui parlait, elle s’assoupissait, bercée par le ressassement des pensées de cet homme qu’elle écoutait chaque semaine dans la confidentialité de son cabinet. Ses mots, toujours les mêmes, semblaient tisser la toile de la couverture qui l’enveloppait. Ne voulait-il pas la faire dormir afin qu’elle ne pense à rien et que surtout, rien chez lui ne change, jamais ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2016

Le féminin

Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle s’était dit à voix haute : " Mais qu'est-ce que je suis con ! " et où sa fille, de son ton docte, lui avait asséné : Pas « con » maman, « conne », parce que tu es du sexe féminin. Invariablement, elle lui rétorquait : «  Merci ma chérie. C’est fou ce que les parents ont à apprendre de leurs enfants. »  
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
15 février 2016

Le patron

Afin que ses 25 salariés apprécient mieux la vie au sein de l’entreprise, ce patron avait décidé qu’une fois par semaine, ceux-ci resteraient dans un cercueil improvisé pendant quinze minutes. Ce ne fut pas du goût de tous, mais ils s’inclinèrent, CDD oblige. L’un des salariés eut le mauvais goût de mourir lors de cette « formation continue ». Le patron ne s’en émut par pour autant et profita de sa mort pour faire un sermon sur l’importance de l’adaptation dans un monde en perpétuelle évolution.   * Le post a été... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
07 février 2016

Les maris d’Hélène

Lorsque le mari d’Hélène était mort, tous ses amis s’étaient cotisés, mais Hélène n’avait jamais remercié personne. La bienséance ne l’étouffait pas, pensa Pénélope. Enervée, elle s’était fait la réflexion suivante : la prochaine fois que son mari meurt, qu’elle ne compte pas sur moi ! Et elle avait tenu parole. Quand le deuxième mari d’Hélène était mort – arrêt cardiaque avait on dit, mais était-ce vraiment ça ? – elle n’avait pas déboursé un centime…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

01 février 2016

Je suis…

Je suis comme je suis, disait le poète, mais qui suis-je ? Suis-je en minuscules, en majuscules, entre parenthèses, en pointillés ou en suspens ? Et comment être plus ? J’ai trouvé, je provoque des rencontres. Avec qui ? Avec toute sorte de gens : des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, des grandes et des grands, des grosses et des gros, des maigres et des moins maigres, des belles ou non, des beaux et des laids, des ouvriers, des employés, des cadres, des chômeurs... Je ne cesse de rencontrer - et pour en avoir... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
28 janvier 2016

La personnalité

Elle disait à qui voulait l’entendre qu’elle avait de la personnalité et qu’on devait l’accepter comme elle était, en bloc. Ce qu’elle ignorait c’est que  « sa personnalité » n’était en fait qu’un monstrueux égocentrisme. A ses côtés – dommages collatéraux obligent  -  il ne restait plus personne, à part son chien, mais un chien est-il libre ?
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 janvier 2016

Brève

Elle s’amusait à faire des condensés de réalités complexes ; elle en était  même arrivée à faire tenir sa vie en une courte phrase. A quoi bon continuer à faire de longues démonstrations quotidiennes une année encore ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2015

Le parfum

Quand il est sorti de la salle de bain, laissant derrière lui une odeur bizarre, elle n’a pu s’empêcher de lui dire. -          Qu’est-ce qu’il pue ton nouveau parfum. Mais qui t'a offert  ça ? -          Ma mère. La réponse n’a pas tardé. -          Ça ne m'étonne pas ! Non seulement ta mère n’a pas de goût, mais en plus elle n’a pas d’odorat !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]