23 novembre 2011

Toujours plus !

Samedi, elle l’a persuadé de lui dire qu’elle avait de l’humour, et  il a cédé, comme d’habitude. Pourtant, elle n’a  aucun humour et il en sait quelque chose. Vendredi, elle l’a supplié de lui dire qu’il l’aimait et il a cédé, comme d’habitude. Pourtant il ne l’aime plus vraiment, ou plus comme avant.  Puis dimanche, le bouquet final, il devait lui dire qu’elle était aussi sensuelle que Monica Belluci.  Et là, non, il n’a pas pu, ses lèvres sont restées closes.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2011

L’accident

Il avait survécu à un grave accident de la route et s’était promis de faire un pèlerinage à Lourdes. Cette petite médaille de la Vierge qu’il gardait autour de son cou depuis l’âge de 10 ans n’était certainement pas étrangère à ce miracle. Lourdes l’enchanta et la visite du sanctuaire le combla. Cependant, le dernier jour, en sortant de son hôtel, il fut fauché par un car de pèlerins. L’histoire ne dit pas quelle explication Dieu lui  donna…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2011

Le médecin

Il y a deux mois, le médecin  avait eu l’indélicatesse de lui dire : « A cinquante ans, on est plus proche du cercueil que du berceau !* » et il avait pris peur. Depuis, il passait son temps à se prendre le pouls,  à contrôler sa tension, à faire des régimes aussi surprenants que divers, et à surveiller son poids.  Il s’était même inscrit dans une salle de musculation ; sans doute n’aurait-il pas dû. Le 17 novembre, on annonçait son décès dans Paris Normandie. *phrase effectivement prononcée par un médecin
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
09 novembre 2011

Les escarpins

Elle s'était acheté des escarpins louboutin, non pour les mettre – elle était bien incapable de marcher avec de tels talons – mais au cas où. Il y avait beaucoup de choses qu’elle avait ainsi acheté au cas où. Combien de tailleurs ou de robes n’avait-elle pas achetés au cas où. Ses armoires étaient pleines de ravissantes tenues au cas où. Mais elle attendait toujours que le cas se présente…      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
07 novembre 2011

Le retard

Le train était immobilisé depuis une heure sur la voie et finalement l’information tomba : un homme s’était suicidé. L’une des passagères, hors d’elle, s’écria : « J’ai vraiment pas de chance avec les trains ! C’est la deuxième fois que ça m’arrive. Il aurait pas pu attendre le train suivant ! »
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
05 novembre 2011

Tu veux faire quoi ?

Quand elle lui a demandé ce qu’il voulait faire plus tard, il a répondu sans hésiter. -    Retraité. Elle a refreiné le " Quoi ? à ton âge ! " qu'elle avait sur le bout de la langue et elle a souri. Après tout, ne rêvait-elle pas de la retraite, elle aussi ? Seulement, elle avait 35 ans de plus que lui !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

01 novembre 2011

La propreté

Il avait l’obsession de la propreté. Il avait commencé par les mains, lavées et relavées sans relâche, puis les aisselles et les pieds. Maintenant, ses ablutions en étaient arrivées à un point tel qu’il n’avait même plus le temps de sortir de chez lui…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2011

L’écrivain

Depuis quelques années ce grand écrivain – ou tout au moins qui se jugeait comme tel – ne lisait plus que ses livres, un hommage qu’il se rendait. Quand on lui demandait son avis sur d’autres romanciers, il souriait et répondait invariablement :  ils ne m’apportent rien !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2011

Décrocher la lune

Une fois la lune décrochée, elle la plierait méticuleusement dans un drap blanc puis elle la rangerait dans une valise, comme elle l'avait fait pour le reste. Une valise de plus qu'elle pousserait dans le couloir où il lui restait juste assez de place pour se faufiler.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 octobre 2011

Le mal de dos

Cela faisait un mois qu’il se plaignait de son dos  ;  sa femme commençait à trouver le temps long. Lorsqu’elle lui demanda de passer l’aspirateur dans leur chambre, il ouvrit un tiroir du bureau et en sortit un  certificat médical qu’il lui tendit en souriant. Elle le lut et constata, sidérée, que le médecin avait écrit.« En raison de sa  lombalgie, M. Vivien ne pourra pas passer l’aspirateur pendant  deux mois. »
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :