02 mars 2012

Elle

Elle ne s’intéressait aux autres que pour mieux s’intéresser à elle…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

26 février 2012

On a marché sur la lune

On a marché sur la lune ! Le monde entier pouvait s’écrouler, peu lui importait, il y avait Tintin, Milou, et lui. Onze ans plus tard, Tintin et Milou avaient disparu. Dans la lune, par contre, il y était souvent, même si parfois il cherchait un endroit où il pourrait poser pied… PS : texte écrit à partir de cette photo prise par C. V.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2012

Echange

Quand il avait volé le sac de la vieille, il avait couru aussi vite que sa grande taille le lui permettait. Seulement, il avait ouvert la bouche et son dentier était tombé. Pas le temps de le ramasser, on était déjà à ses trousses. Une semaine plus tard, la police lui rapportait son dentier. En échange, il dut mettre des menottes…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
23 février 2012

L’excuse

Ce petit mot d’excuse authentique qu’un élève du lycée a envoyé par mail, à son professeur principal, est un modèle du genre. En dehors d’une orthographe  libérée de son « carcan », on pourra noter l’utilisation de l’énumération et de  la polysyndète qui donnent à ce message une saveur certaine : « Je ne pourrai pas assister au BAC blanc ce lundi 20 puisque il m'ai très difficile de me déplacer, mais également car je suis atteint d'une conjonctivite et d'une ottite et également parce que la voiture de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2012

Le bavard

C’était un bavard intarissable. Quand il mangeait à la cantine, tous les sujets étaient passés en revue : sa femme, ses enfants, ses loisirs, son travail, ses maladies, ses lectures, ses films préférés... Jusqu’au jour où l’une de ses collègues lui fit remarquer qu’elle ne pourrait imaginer pire punition que de rester bloquée dans le même ascenseur que lui…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 février 2012

Les odeurs

Quand son chef de service s’approchait d’elle, elle retenait sa respiration. La dernière fois, surpris, il lui avait demandé pourquoi elle parlait toujours du nez :  est-ce qu’elle avait un problème ? Comment lui dire que le problème, c’était lui. Il lui restait bien une dernière solution : laisser traîner ce livre  sur son bureau…
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

09 février 2012

La robe

Quand elle l’avait vue, elle l’avait adorée ; quand elle l’avait essayée, elle avait fermé les yeux et  quand elle l’avait achetée, elle avait douté. Le jour où elle l’avait mise pour la première fois – pour le cocktail des de la Martinière de Gironcourt -  elle s’était longuement regardée dans la glace et avait failli l’enlever. Maintenant, c’était simple, elle la détestait ; ou peut-être était-ce elle qu’elle détestait ?
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2012

La mémoire

La dernière fois qu’elle était allée voir sa mère en maison de retraite, celle-ci ne l’avait pas reconnue et  l’avait appelée Maurice à plusieurs reprises. Elle en avait été fort troublée. Maurice ! Se masculinisait-elle à ce point ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2012

L’actrice

Cette actrice américaine, que les agences de notation avaient longtemps cotée AAA,  n’avait eu d’autre plaisir dans sa vie que celui d’être admirée. Maintenant que les années avaient sérieusement entamé son « capital », une simple caresse sur sa  main tachetée de fleurs de cimetières lui aurait suffi…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
25 janvier 2012

La glace

Hier, mon mari est resté planté devant la glace de la salle de bain pendant de longues minutes. Je n’ai pu m’empêcher de lui demander.- Ben qu’est-ce que tu fais ?Il m’a répondu d’une voix monocorde.- Je m’habitue !- A quoi ?- A moi.J’aurai pu lui dire qu’il n’était pas au bout de ses peines, mais je me suis tue. Inutile de l’accabler, il ne manquerait plus qu’il fasse une dépression...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :