07 décembre 2016

La statue

Dès le mois de mai, elle venait tricoter devant la statue d’Antinous ; elle avait pris cette habitude depuis qu’elle était retraitée. Tout en  tricotant, une maille à l’endroit une maille à l’envers, elle ne se privait pas de rêver devant ce corps parfait. La veille, elle avait même osé passer sa main noueuse sur la pierre lisse, et le corps d'Antinous avait pris vie…    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

29 novembre 2016

L’enseignant

Il enseignait dans l'Education Nationale depuis 3 ans et, par mesure de précaution, il prenait chaque jour des antidépresseurs ...
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
01 octobre 2016

Maladie ?

Depuis qu’elle était séparée de son mari, ses amies mariées s’ éloignaient d’elle, comme si la séparation était une maladie contagieuse…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2016

Etrangeté

J'ai un « ami » que je n'aime pas beaucoup. Vous me direz certainement : mais pourquoi en faire votre « ami » ? Je répondrai : Par goût. J'aime avoir des « amis » que je n'aime pas beaucoup, pour la simple raison que lorsque nous décidons - d'un commun accord ou non - de ne plus être « amis », je ne ressens aucune douleur. Ce que je veux m'éviter à tout prix, c'est la souffrance des séparations…   PS : Le blog sera en pause jusqu'à mardi prochain.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
21 juin 2016

Le prix de Diane

Elle s’est regardée plusieurs fois dans le haut miroir doré placé dans  l’entrée de la grande maison bourgeoise où elle résidait avec sa famille. Elle était à croquer, et son chapeau mettait particulièrement en valeur son port altier. Elle l’étrennait pour son premier prix de Diane, rendez-vous hippique prestigieux où toute la haute société de la capitale se devait d’être vue. Le lendemain, lors d’un thé chez la comtesse de Sorgue, elle fit un rapide compte-rendu de sa journée et elle ne put s’empêcher de s’indigner que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
09 juin 2016

La fabrique du désespoir

Dans ce lycée de banlieue parisienne, le professeur de mathématiques avait dû s’arrêter dès la fin du mois de septembre. Certains «  connaisseurs » disaient qu’il était déprimé. Au bout de trois semaines, on lui avait trouvé un remplaçant qui lui-même avait dû être remplacé au bout de quinze jours par un autre remplaçant qui lui-même n’avait pas tenu plus d'une semaine… Dans la salle des professeurs, les conversations allaient bon train. Certains prophétisaient que la rentrée 2016 serait celle du désespoir, puisqu'il était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:25 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

15 mai 2016

Les deux versants

Quand sa collègue lui parlait des « pépites » qu’elle avait en cours, elle se demandait toujours si celle-ci faisait preuve d’un optimisme excessif ou si elle-même faisait preuve d’un pessimisme excessif…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
09 avril 2016

La reconversion

Dans la salle des profs, quelqu’un lui avait dit que Paul, le prof des maths qui était parti du lycée l’année passée, était devenu agent de sécurité. A ce moment-là une voix perfide s’est élevée pour dire : « De toute façon, c’est le même boulot, non ? »  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
01 avril 2016

Le toit

Elle s’était fait refaire son toit et elle y avait mis le prix. Lorsque les travaux ont été achevés, elle a dit au charpentier. -         Bon, j’espère qu’il va me faire longtemps celui-ci. -         Ne vous en faites pas, répliqua-t-il, vous serez morte avant votre toit. Elle  a souri, pour la forme, mais avait-elle envie qu’un toit lui rappelle la condition de mortelle de son moi ?
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
16 mars 2016

La mémoire

Sophie se plaignait souvent d’avoir de la mémoire mais peu de souvenirs. Pascal éclaira sa lanterne en lui  précisant que sa mémoire devait être sous une emprise idéologique telle, qu’elle censurait systématiquement tout souvenir qui pourrait nuire à l’image qu'elle se faisait d’elle-même. Après un silence qu’il jugea nécessaire, Pascal conclut d’un air docte : « Ceci explique sans doute cela ! » Suite à cet échange, jamais plus Sophie ne répondit aux messages de Pascal…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]