12 janvier 2018

Les préservatifs

A l’association « le cœur sur la main », on leur avait dit de laisser les préservatifs sur la table d’entrée ; les visiteurs et  visiteuses pourraient ainsi se servir sans culpabilité aucune. Elle avait suivi les consignes, mais quand elle avait vu le type en prendre une plein brassée dans le panier, elle n’avait pu s’empêcher de lui dire en souriant. -          Vous faites des provisions ? Il s’était senti obligé de lui fournir des explications. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

08 janvier 2018

La place

Est-il plus facile de se mettre à la place des autres quand on n’a jamais trouvé la sienne ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
06 janvier 2018

Le clystère

Lorsque le psychiatre constata le  symptôme dont son patient s’était doté, il lui dit admiratif. -          Une grande et belle oeuvre que vous vous êtes forgé là, mais je dois vous dire que plus une oeuvre est parfaite, plus il est difficile de s’en défaire ! Le patient ne répondit rien. Qu’aurait-il pu dire ? Il demanda juste au psychiatre s’il avait des clystères d’eau bénite car c’étaient les seuls qui le soulageaient de ses maux de tête récurrents.  Le psychiatre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 décembre 2017

Maladies

Il était devenu malade à force de prendre des médicaments qui le soignaient de maladies qu’il n’avait pas.    PS : à voir, ce documentaire édifiant  : « Cholestérol, le grand bluff »
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Changement

Pourquoi la vie désenchante-t-elle ce qu’elle a enchanté ? Il l’avait trouvée belle, très belle, puis moins belle, nettement moins belle et maintenant, non seulement  il la trouvait quelconque, mais bête. Il s’en voulait mais c’était ainsi, la vie avait transformé la soie en tissu grossier. Tout ce qui chez elle l’avait attiré, l’éloignait ; et tout ce qui l’avait ému, l’agaçait. L'heure était venue de s'envoler à tire d'ailes...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
11 décembre 2017

Les origines

Le taxi nous ramène des urgences. Le chauffeur est noir et nous enjoint de nous préparer au gendarme couché. Le passager à la vertèbre fracturée demande. -          C’est une expression qu’on utilise beaucoup aux Antilles. Vous êtes antillais ? -          Non. -          Mais alors vous êtes de quelle origine ? insiste le même passager ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

25 novembre 2017

85 ans

Pour les 85 ans de sa femme, il avait fait un salto arrière - involontaire - sur les cinq dernières marches de l'escalier de la cave. Au service des urgences le verdict était tombé :  une vertèbre lombaire fracturée ! Pour elle, donc, l’obligation  de s’occuper de lui pendant au moins deux mois. Joyeux anniversaire !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
13 novembre 2017

Contre

A un moment donné, quel que soit le sujet abordé, elle disait toujours « Je suis contre ». Elle était contre tout et n’importe quoi : contre les femmes qui se maquillaient et contre celles qui ne se maquillaient pas, contre ses voisins qui ne lui disaient pas bonjour et contre ceux qui étaient  aimables, contre les grandes surfaces et contre les épiceries de quartier, contre la pauvreté et contre le RSA, contre les profiteurs de droite et contre les profiteurs de gauche etc. Bref, rien n’était à son goût et tout... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
05 novembre 2017

Vérité

A 85 ans, elle se disait toujours "jeune d'esprit", "très ouverte" et "tolérante". Ces vérités,  gravées dans sa chair, était rarement remise en cause par ses proches, qui le devenaient de moins en moins. A quoi bon contrarier ceux qui croient à tel point en eux qu'ils n'écoutent plus les autres ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
01 novembre 2017

Reproches

Il reprochait toujours aux autres les défauts qui étaient les siens. Mais il avait des circonstances atténuantes : il ne savait pas qui il était lui-même !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]