23 juin 2019

Le fils

Le jour où il regarda son fils une seconde de plus qu'à l'habitude, il constata que celui-ci vieillissait plus vite que lui ; pourquoi ? Bien sûr, il l’accusa immédiatement de tous les mots. Ce fils était si fainéant, pensa-t-il,  que le temps se vengeait de lui. Sa femme, elle, savait pourquoi ce fils vieillissait vite mais elle ne lui dit rien. D’ailleurs, jamais personne ne lui disait rien car cette homme n’écoutait personne - ni sa femme, ni son fils, ni ceux qu’il disait ses amis – à part lui-même. Sans doute s’aimait-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

19 juin 2019

Je me demande

Je me demande*   Il avait raté sa mort comme il avait raté sa vie. Quand connaîtrait-il enfin le succès ?   *Je pique le « je me demande » à Patrick Cassagne qui, en ce moment,  se demande moins de choses, me semble-t-il… 😉  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
11 juin 2019

Solution

Pourquoi faisait-elle  toujours exprès de parler quand il pensait ? Il ne pouvait plus penser tranquille dans cette maison et son coeur s’affolait comme un oiseau blessé. « Tais-toi, je pense, tais-toi je pense, tais-toi je pense… » marmonnait-il pendant qu’elle lui parlait ; mais elle ne s’arrêtait pas. Elle ne s’arrêterait donc jamais ? Il sentait que bientôt la marée de ses mots le submergerait et il ne savait pas nager. C’est à cause de ça qu’il l’avait assommée avec la poêle. Enfin le silence... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
23 mai 2019

Les vieilles amies

L’hiver, elles se voyaient une fois par semaine, pour le thé ; l’une ronde, l’autre maigre, l’une taciturne, l’autre volubile. - Les Français sont minables ! disait souvent l’une. Quand elle avait dit ça, elle avait tout dit. Un dicton ponctuait souvent leurs dialogues. - Les chiens ne font pas des chats !  Leurs conversations de salon se terminaient souvent dans la pénombre de ces fins d’après midi d’hiver où les thés fument dans les tasses et où le temps ressasse la vie de ceux qui ne savent plus vivre...  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
11 mai 2019

la fuite

Souvent elle lui demandait s’il l’épouserait et jamais il ne répondait. Parfois il riait. Elle non. Un jour, il lui répondit avec une citation de Paul Leautaud : « Dans le mariage on fait l’amour par besoin, par devoir. Dans l’amour on fait l’amour par amour. » - Fadaise lui répondit-elle. Tu utilises une citation mais celle-ci ne te correspond pas. Car en ce qui te concerne, le besoin joue un grand rôle. Il ne dit rien, partant du principe que le silence apaise les maux. Amusée, elle conclut. - C’est étonnant comme... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
07 avril 2019

Le professeur

A la fin du spectacle, le professeur avait constaté.-  A chaque fois que vous disiez une réplique, je me demandais qui était ce putain de prof qui obtenait un résultat aussi nul avec ses élèves.Et, à l’intention de Josiane il ajouta.-  Quant à toi, je pense qu’un rôle muet te conviendra mieux pour l'année prochaine, parce que là, putain, j'avais l'impression que tu souffrais d'aphasie ! 
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

03 avril 2019

Pierre

Il voulait toujours que tout soit vrai, pas de mensonges, pas de problèmes, pas de colère ; alors un jour je lui ai dit que ça suffisait. Il a très mal réagi et ses cris ont envahi la maison. Bien sûr, je ne me suis pas énervée. On m’avait dit que les hommes dans son genre n’aimaient pas être contrariés et que je devais attendre. J’ai attendu, dix minutes, après je l’ai tué, ça suffisait. Certains penseront que je suis folle et qu’on devrait m’interner. Peut-être, mais personne n’a jamais su qu’il était mort. Même moi,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
01 avril 2019

Méditer

Sonia l’exaspérait quand elle  lui parlait – et avec le sourire bien-sûr -  de l'importance de la  méditation. Quand une pensée arrive, disait-elle, une émotion s'exprime et c’est dans le corps qu’elle s’exprime.  Mais pour qui se prenait-elle, Sonia,  installée sur son nuage  qui semblait voguer sur un ciel bleu. Elle avait inévitablement envie de lui répondre. -          Mes émotions m’emmerdent, quant à mes pensées je préfère ne pas en parler. Bien sûr... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
24 mars 2019

Parler

Parler pour ne pas dire, c’était le chemin que sa conscience suivait, le seul chemin possible, et un unique scénario  y égrenait des paroles  mélancoliques. Mais, quand elle se réveillerait et que les portes de l’inconscient s’ouvriraient, que se passerait-il ? Marcherait-elle nue sur un chemin où, cette fois,  elle parlerait pour dire ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
12 mars 2019

Disparition

C’est en passant devant le palais de justice que j’ai entendu parler la bête ; elle m’a terrifiée. De ces lèvres entrouvertes sortait cette phrase d'Eduardo Galeano : « Pourquoi écrit-on si ce n’est pour rassembler les morceaux ».   Soudain j’ai pleuré. Et si l’explication était là, tout simplement : je n’écrivais plus rien car les morceaux avait disparu de mon cerveau !   * gargouille muette photographiée à Rouen
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]