15 août 2017

Conflit

Il faisait partie de ces hommes qui pensaient que si l’on ne parlait pas d’une chose, elle n’existait  pas. Elle faisait partie de ces femmes qui pensaient que si l’on s’obstinait à ne pas parler d'une chose, c'était du déni. Dès lors, pouvaient-ils s’entendre ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

03 août 2017

Les lettres anonymes

Elle n’avait qu’une passion : les lettres anonymes. Elle suscitait les confidences des élèves,  brodait patiemment le canevas de chaque histoire,  puis elle envoyait une lettre aux collègues qu'elles détestait secrètement. Cette année il n’y  avait eu que 3 lettres mais malgré leur petit nombre,  la méfiance avait été à son apogée dans l’établissement. Elle se félicitait d'avoir fait disparaître  de son quotidien un vide sidéral,  mais elle devait constamment se surveiller car sa jouissance était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 juillet 2017

filature

Elle l'avait suivie à cause de son pantalon trop court qui lui faisait penser à " Mon oncle ". En l'abordant, hélas, elle se rendit compte que ses idées étaient à l'image de son pantalon. Avant de l'abandonner à son triste sort - ou qu'elle pensait tel -  elle lui conseilla tout de même de défaire son ourlet afin que les idées suivent. Il lui répondit qu'il n'était pas à court d'idées et n'avait certes pas besoin des siennes...   PS : photo prise " à la volée " à Paris, en mai.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 juin 2017

Dialogue

Deux hommes parlent dans la salle d’attente d'un psychiatre   -          J’ai fait un « burnes out », dit l’exhibitionniste. -          Et moi un « burn out », répondit son vis-à-vis. -          Qu’est-ce que ça vous a fait ? -          Arrêt maladie pendant deux mois, et vous ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
14 juin 2017

La carrière

Il avait fait carrière dans la maladie, comme d’autres font carrière dans la politique. Il était passé de la constipation  aux migraines, du phlegmon à  l’urticaire géant, de l’ulcère à l’estomac  aux calculs rénaux, et de la prostatite à la goutte. Comment terminerait-il sa carrière ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
07 juin 2017

Être, oui, mais qui ?

Aujourd’hui, son nouveau psychiatre lui a annoncé qu’elle n’était certainement pas bipolaire. Elle a presque été déçue qu’on lui retire ce label officiel. Qu’allait-elle être maintenant ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

18 mai 2017

L’ascension

Il avait commencé comme simple rond de cuir et avait terminé comme chef  des sections I, II et III du Ministère de l’Evaluation et de l'Innovation Scolaire. Le secret de sa « réussite » ? Un moi hypertrophié qui colonisait la pensée de l’autre.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
26 avril 2017

L'ADAC

Comme si les sujets d'énervement n’étaient pas suffisamment nombreux, elle avait décidé de mener une croisade pour les accents circonflexes. Pourquoi  journalistes et présentateurs  prononçaient-ils tâche comme tache ou pâte comme patte ? Et  tous ces blâmes, bâtards, bâillons, bâtons et bellâtres… à qui on faisait perdre  la profondeur de leur Âme ! Elle se devait d’agir et l’ ADAC( Association de Défense des Accents Circonflexes ) naquit. Il ne lui restait plus qu’à trouver des adhérents…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
24 avril 2017

Clap de fin

Il  lui avait dit qu’il la trouvait  intelligente et drôle mais qu'il  il devait la quitter. Quand elle lui a demandé  pourquoi, il a répondu : «  je ne sais pas, ou peut-être si, tu es trop parfaite pour moi ! » Elle lui a immédiatement décoché un coup de poing dans le nez et elle a regardé avec plaisir le flot de sang qui jaillissait. -           Mais pourquoi ? a-t-il balbutié le visage barbouillé de rouge. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 avril 2017

Précaution

Sur sa table de nuit, il laissait toujours un papier avec son nom et son prénom : la peur de se réveiller le cerveau aussi vierge que la surface de la terre au premier matin du monde.    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]