07 juin 2021

Mais quand ?

Juste avant le repas du soir, avec un doigt de porto -  ce breuvage des Dieux qui parfois nous conduit sur le chemin des confidences - il lui avait dit. -          Ma mère pourrait au moins avoir la décence de mourir rapidement, mais non ! En plus, elle fait semblant de mourir une fois par mois et ensuite, hop, elle repart comme si de rien n’était. Elle m’épuise, sans parler de sa maison de retraite qui me coûte la peau du cul ! Elle n’avait rien répondu. Que dire à un fils... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

17 mai 2021

19 mai

Après le travail, mercredi 19 mai, je m’assiérai à la terrasse du bar des mimosas. C’était un bon poste d’observation avant le COVID. Je prendrai une bière, peut-être deux, histoire de sentir l’exictation de l’ébriété sans m’y abandonner, et je regarderai mes semblables mordre la poussière du coivd. Nous ferons, ensemble, notre entrée dans un monde où la fragilité peut, à tout instant, nous faire basculer dans un nouveau confinement où, les fermetures de ces lieux qui nous lient, donnent à la vie le visage d’une momie.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 mai 2021

Nadia

Il s’était fait tatouer le prénom de sa compagne – Nadia – avant de la tuer. -          Mais pourquoi ? avait demandé le juge. -          Un problème de déontologie, avait répondu l’assassin. Puis il avait ajouté, pour préciser. -          Sans mort, pas d’amour à vie. Le juge avait sorti un long mouchoir à carreaux rouges et noirs avant d’éternuer.  Jusqu’à quand allait-il supporter... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 mars 2021

Halt Kamaraden

Tous les soirs, quand il rentrait chez lui après le travail – un travail dont il appréciait la douceur -   il écoutait Alte Kameraden, une petite marche qui lui permettait de mettre en place les attitudes et mouvements nécessaires afin de répondre aux injonctions de sa chère et tendre épouse. PS : prochain texte, lundi  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
11 mars 2021

Sortie de route

Il lui disait souvent – et avec une insistance enfantine - qu’il n’avait aucun secret pour elle car il l’aimait ; pourtant, elle ne lui demandait rien. Le jour où il est parti avec sa  valise à la main, elle s’est jurée que le prochain qui lui dirait qu’il n’avait aucun secret pour elle, elle lui ferait manger son masque… PS : prochain texte : samedi.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
16 janvier 2021

Le sapin

Son sapin de Noël était en plastique – valable dix ans, disait la boîte - et elle avait décidé de garder cette étrange décoration – les objets choisis étaient une invitation au voyage -  jusqu’à la fin du mois de janvier, contrairement à ses voisins qui envahissaient la rue de leurs arbres morts qui ressemblaient  à la couleur de leurs yeux. Les yeux ne sont-ils pas de  tristes défunts, dans le monde du Covid ?  PS : prochain texte lundi.      
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

14 janvier 2021

Caméras

Il faisait la grimace à toutes les caméras qu’il voyait dans les rues, les magasins, les administrations, les transports. Ceci, jusqu’au jour où une voix venue d’ailleurs lui a dit. -          Ça suffit ! Lui aussi a répondu « Oui, ça suffit, depuis le temps que vous me regardez. J’en ai marre. Je vais me plaindre aux autorités ! » La voix n’a pas aimé – dans ce pays l’humour était interdit -  et il s’est retrouvé au trou. Pour combien de temps, ça, on ne lui avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
09 janvier 2021

Le charcutier

M Grodoigt était charcutier- traiteur. Une vocation, chez cet homme qui avait récemment perdu trois de ses doigts avec son hachoir. C’est sans doute pour cette raison que des plaisantins avait écrit sur les murs de sa boutique :  « Fais gaffe, il faut du doigté pour être charcutier !  » M. Grodoigt, pendant une semaine, avait dit à tous ses clients qu’il les retrouverait ces « connards ». Il les avait trouvés, et le premier « connard », c’était son fils…  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 novembre 2020

Le Messie

Son amie lui avait posé une question étrange entre la poire et le fromage, et soudain, sa gorge s’était coincée. -          Et si le virus profitait à un nouveau Messie ? Après son café, elle avait prétexté des cours à préparer pour partir vite. Elle regrettait d’avoir rempli deux « fausses » attestations, à la main, pour aller chez elle. Ne devenait-elle pas folle ? Le Messie, diantre, il ne manquerait plus que ça. Enfin, avec la police qui est la nôtre, il ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
16 novembre 2020

On line

Depuis qu’ils faisaient l’amour ensemble « on line », par ordinateurs interposés - lui dans sa chambre, elle dans la sienne - tout allait pour le mieux. Mais cela allait-il durer ?  PS : prochain texte, mercredi prochain
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]