18 octobre 2017

Le disque rayé

Elle n’arrêtait pas de dire " Si je mourais,  personne ne s’en apercevrait !". Lassée de l'entendre ressasser, son amie lui a rétorqué. -          Moi, en tout cas, je m'en apercevrais ! D'ailleurs, ça me ferait des vacances parce que si tu savais ce que tu peux être casse-pieds à répéter toujours la même chose ! -          Moi ? je répète toujours la même chose ? Tu es gonflée ! Et son amie de répondre. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

14 octobre 2017

La question

Quand il lui avait demandé « Qu’aurais-tu aimé être si tu n’étais pas devenu ce que tu es ? », elle  s’était effondré en pleurant. Il ne sut que faire sinon la prendre dans ses bras. Et ce fut le début d’une histoire d’amour qui est allée de mal en pis jusqu’à la chute que je vous épargnerai, de peur de vous effrayer...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
24 septembre 2017

Déchéance programmée

Pour ses 50 ans on lui avait offert un soin  visage et des massages, pour ses soixante ans une cure thermale, pour ses 70 ans un déambulateur connecté avec freins à disques, et pour ses quatre-vingts ans une convention obsèques.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
20 septembre 2017

Adolescence

Ils étaient assis devant elle dans l’attente de quelque chose, ou de rien. Des visages étaient fermés, d’autres ouverts.  A ceux qui étaient enfermés en eux-mêmes, elle avait envie de dire : « Entrouvrez une fenêtre, sinon jamais nous ne pourrons échanger quoi que ce soit ! ». Sans doute leur dirait-elle, lorsque le moment serait venu…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
08 septembre 2017

Maman !

Comme à son habitude, elle attendait les parents de ses élèves à la sortie du cours de trapèze qu’elle donnait tous les mercredi après-midi. Ce jour-là, la maman de Louis, 6 ans, était en retard et celui-ci s’inquiétait un peu. L’avait-elle abandonné ? Quand il l’a vue au bout du couloir, il a couru se jeter dans ses bras, mais il lui a soudain  semblé important de revenir sur ses pas pour demander à son professeur. -          Et toi ? Quand est-ce qu’elle arrive ta... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
25 août 2017

Le libraire

Hier, j’ai acheté un livre. L’homme qui m’a servi était chauve, jusque-là rien que de très normal. Par contre, lorsqu’il s’est penché pour emballer mon livre, j’ai vu le sommet de son crâne et là, comme c’est étrange, j’ai été prise d’une irrépressible envie de passer ma main sur ce crâne si lisse et qui semblait si doux. Je sais combien cela pourra vous sembler incongru, mais je l’ai fait. Le libraire s’est laissé faire et m’a dit. -          Continuez si ça vous fait du bien.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

15 août 2017

Conflit

Il faisait partie de ces hommes qui pensaient que si l’on ne parlait pas d’une chose, elle n’existait  pas. Elle faisait partie de ces femmes qui pensaient que si l’on s’obstinait à ne pas parler d'une chose, c'était du déni. Dès lors, pouvaient-ils s’entendre ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
03 août 2017

Les lettres anonymes

Elle n’avait qu’une passion : les lettres anonymes. Elle suscitait les confidences des élèves,  brodait patiemment le canevas de chaque histoire,  puis elle envoyait une lettre aux collègues qu'elles détestait secrètement. Cette année il n’y  avait eu que 3 lettres mais malgré leur petit nombre,  la méfiance avait été à son apogée dans l’établissement. Elle se félicitait d'avoir fait disparaître  de son quotidien un vide sidéral,  mais elle devait constamment se surveiller car sa jouissance était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 juillet 2017

filature

Elle l'avait suivie à cause de son pantalon trop court qui lui faisait penser à " Mon oncle ". En l'abordant, hélas, elle se rendit compte que ses idées étaient à l'image de son pantalon. Avant de l'abandonner à son triste sort - ou qu'elle pensait tel -  elle lui conseilla tout de même de défaire son ourlet afin que les idées suivent. Il lui répondit qu'il n'était pas à court d'idées et n'avait certes pas besoin des siennes...   PS : photo prise " à la volée " à Paris, en mai.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 juin 2017

Dialogue

Deux hommes parlent dans la salle d’attente d'un psychiatre   -          J’ai fait un « burnes out », dit l’exhibitionniste. -          Et moi un « burn out », répondit son vis-à-vis. -          Qu’est-ce que ça vous a fait ? -          Arrêt maladie pendant deux mois, et vous ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]