20 mars 2020

Le ciel

Avant, quand sa grand-mère voyait un ciel bleu  se dessiner derrière les vitres de la maison, elle disait toujours : quelle belle journée ! Maintenant, à chaque fois que sa grand-mère voit un ciel - bleu ou gris -  se dessiner derrière les vitres de la maison, elle dit toujours : Encore un ciel de coronavirus ! Puis elle ajoute systématiquement. - Et quand je pense que si je meure, il y aura moins de 20 personnes à mon enterrement et même pas une messe !  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

03 mars 2020

Extinction

Elle devait se marier samedi mais il y avait cette extinction de voix qui n’en finissait pas. Au début, elle avait cru qu’il s’agissait du coronavirus dont on parlait temps. Mais non, le médecin lui avait dit NON, pas de coronavirus. Dommage, elle aurait pu réfléchir un peu… Le problème était le suivant : sa voix cherchait-elle à lui dire quelque chose qu’elle ne pouvait entendre ? Pourtant, ce mari-là, elle l’avait choisi avec soin ; pas comme le premier ni comme le deuxième ni même comme le troisième ou le quatrième. Avec... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
14 février 2020

La voix

Hier, et pourtant j’ai très peu d’élèves, je ne comprenais strictement rien à ce que disait l’adolescent qui était juste assis à ma gauche, non loin du bureau. J’ai fini par lui dire que, vu mon grand âge, j’étais sourde. J'ai donc conseillé à la classe d’articuler et de parler plus fort car ils risquaient de tomber sur une personne de mon âge – voire plus - à l’oral du Baccalauréat. L’élève a souri et a augmenté d’un cran son niveau sonore. Pourvu que les autres suivent le même élan vocal...  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
09 février 2020

Cadeau

En regardant les DVD sur le rebord de la cheminée, elle remarqua que deux d’entre eux n’avaient pas été retirés de leur emballage transparent ; c’était justement les 2 DVD qu’elle lui avait offerts pour son anniversaire, l’année dernière.  Elle les glissa aussitôt dans son sac - ni vu ni connu ; inutile de laisser les personnages se morfondre  dans ce triste lieu. Elle leur trouverait un autre endroit et un public de choix, puisque sa belle-mère ne daignait pas s’intéresser à eux.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
05 février 2020

L’homélie

Enervée, elle avait conclu en disant. -          Ce que tu dis est « cadavrant ». On dirait la dernière homélie du Pape. -          « Cadavrant », ah bon ? -          Oui, réfléchis. -          J’essaierai, promis. Et pour le Pape, normal, je m’appelle François. Elle l'observa attentivement. Si ça se trouve, tout au fond de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 janvier 2020

Ecrire

- Hélène, ne me laissez pas seul. Que vais-je devenir ?  J’ai prononcé cette phrase d’une voix blanche, le visage défait, je suis sûr que n’importe quel être humain aurait éprouvé de la compassion, mais pas elle. Dédaigneuse, elle a jeté un dernier regard vers moi – j’étais allongé sur mon lit, la couverture remontée jusqu'au menton – elle a tourné les talons en émettant une espèce de long sifflement – pssssssssssssss – et elle a claqué la porte. L’humiliation ! J’ai fait une poussée de fièvre juste après son départ et le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

20 janvier 2020

la chute

Tout était sombre mais le ciel n’avait pas complètement terminé son œuvre. Il restait encore quelques traînées de lumières ça et là. Elle était debout, face au spectacle du soir et ne  se décidait pas à quitter le balcon qui surplombait la cour intérieure aux dalles blanches. Hélas,  le balcon a cédé, et elle est tombée dans l'unique plate-bande où les fleurs refermaient leur corolle. Elle a survécu et a déménagé. Son nouvel appartement n'a plus de terrasse et les fenêtres sont toujours fermées. Jamais elle ne parle de sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
18 janvier 2020

Différer

Sa devise favorite était « Il faut différer son plaisir ». Longtemps je me suis demandée pourquoi il voulait tout différer, et surtout son plaisir. S’agissait-il d’une obligation qui lui avait été donnée à la naissance, sur un papier doré posé à l’intérieur de son corps ? Maintenant il avait disparu, mais souvent elle s’endormait en pensant à lui en se demandant :  le plaisir était-ce maintenant, dans l’au-delà ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 janvier 2020

Pourquoi ne peut-on pas rire de tout ?

Pauvre Jésus, homosexuel, mon Dieu, il y en a qui souffrent comme ils respirent car c’était écrit avant qu’ils ne naissent ! Enfin, homosexuel, c'est ce que dit cette parodie de la Bible - "La Première Tentation du Christ" - réalisée par des humoristes brésiliens. Et cela ne plait pas à tout le monde au pays de M. Bolsonaro.  Pourtant, Dieu a le sens de l’humour, tout le monde le sait ; quant aux papes qui se sont succédés depuis la nuit des temps dans l'église catholique, qu'en est-il ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2020

Le jeûne

Oui, je crois que je vais jeûner dès aujourd’hui. Marre d’être grosse et grasse. A moi le jeûne. Ensuite, je serai une autre femme, toujours aussi vieille, certes, mais quel bonheur de voguer sur les trottoirs avec un corps léger. Car, comme le dit l’Eglise catholique, « Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. » Parfait, ça aussi je prends. Vive la solidarité, le partage et l’aumône. Certains de nos « grands... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]