06 janvier 2020

Pourquoi ne peut-on pas rire de tout ?

Pauvre Jésus, homosexuel, mon Dieu, il y en a qui souffrent comme ils respirent car c’était écrit avant qu’ils ne naissent ! Enfin, homosexuel, c'est ce que dit cette parodie de la Bible - "La Première Tentation du Christ" - réalisée par des humoristes brésiliens. Et cela ne plait pas à tout le monde au pays de M. Bolsonaro.  Pourtant, Dieu a le sens de l’humour, tout le monde le sait ; quant aux papes qui se sont succédés depuis la nuit des temps dans l'église catholique, qu'en est-il ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2020

Le jeûne

Oui, je crois que je vais jeûner dès aujourd’hui. Marre d’être grosse et grasse. A moi le jeûne. Ensuite, je serai une autre femme, toujours aussi vieille, certes, mais quel bonheur de voguer sur les trottoirs avec un corps léger. Car, comme le dit l’Eglise catholique, « Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. » Parfait, ça aussi je prends. Vive la solidarité, le partage et l’aumône. Certains de nos « grands... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
31 décembre 2019

Le royaume des quatre Moi

J'aime beaucoup cette "théorie" des quatre Moi évoquée par Irvin Yalom : Le Moi public : connu de moi et des autres. Le Moi aveugle : inconnu de moi et connu des autres. Le Moi secret : connu de moi et inconnu des autres. Le Moi inconscient : inconnu de moi et des autres.   Bonne année 2020, à vous et à vos Moi !
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
21 décembre 2019

Chance

Hier, j’ai rencontré une collègue dans le bus et j’ai eu conscience du bonheur qui était le mien : des petits – très petits – effectifs, un mi-temps thérapeutique et surtout un traumatisme crânien – eh oui ! – qui a changé ma façon de voir les choses. Je dois dire que maintenant – au contraire de ma période pré-traumatisme – le fait que certains élèves ne veuillent pas ou peu travailler ne m’affecte aucunement et je ne m’en sens plus responsable. Je me contente de plointer mon doigt vers le proverbe que j’ai mis dans ma... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 décembre 2019

Ecrire court

Il m’arrive très souvent d’écrire court afin de faire revivre ce que j’ai vu ou entendu. L’infidélité parfois  y  créé son sillage. Etrangement, l’écriture donne à l’infidélité un air qui ressemble à une comptine qui ne vous a jamais quittée, de ces comptines qui – l’âge adulte arrivé - vous font sourire ou grandir, qui sait ?   PS : prochain texte le 16 décembre.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 décembre 2019

Routine

Le « Bonjour, ça va ? » appelle souvent un « oui, ça va et toi ? » ; ça ne peut qu’aller bien de toutes les façons, même si ça va mal, où l’autre à qui nous nous adressons, et qui ne va peut-être pas bien lui-même, ira encore plus mal, qui sait ? D’ailleurs si vous allez mal et que vous le dites, vous ennuyez l’autre, même s’il va bien, et il finira par  vous fuir systématiquement ! Dans ce monde qui nous use, nous préférons fermer les yeux, souvent, bien souvent. Parce que le problème du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

30 novembre 2019

Le Â

Dans sa vie, comme si elle n’ avait pas assez de sujets d'énervement, elle avait décidé de mener une croisade pour les accents circonflexes. Comment se faisait-il que journalistes, présentateurs, hommes politiques même,  prononcaient tache comme tâche ? Et puis tous ces blâmes, bâtards, bâillons, bâtons, bellâtres… à qui on faisait perdre  la profondeur de leur A qui était, parfois, la seule profondeur qu’ils avaient. Elle ne pouvait plus supporter les massacreurs de la langue française, sans se rendre compte qu’elle même –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
28 novembre 2019

Les élèves

Face à ses élèves de terminales dont l’attention, parfois, se dispersait étrangement, sans parler du travail – ce vilain mot  - elle déclara calmement. -           Comme je vous l’ai déjà dit, une langue - étrangère ou non - s' entretient au fil des jours. Notamment  en notant des mots que l’on ne connaît pas, en les utilisant dans de petites phrases qui permettent, peu à peu, d'en créer de plus grandes qui  rendront compte de vos pensées et de vos réflexions. Si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
14 novembre 2019

Un monde sans pitié

Après le travail, la journée n’était pas finie, il lui fallait assister à un débriefing sur  le chiffre d’affaires, le nombre de clients servis, la fréquence et le nombre de produits vendus.  Et tout ça, pour un salaire qui ne dépassait pas le SMIC.Un jour,  elle a dit au chef.-    Ecoutez, vos réunions gratuites obligatoires après le travail, c’est plus possible, mes enfants ont besoin de moi, je suis seule pour les élever.Le chef l’a à peine regardée et lui a répondu.-    Que voulez-vous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 octobre 2019

La certitude

Ce n'est pas l'incertitude qui rend fou, c'est la certitude, disait Nietzche et c'est exactement l'impression qu'avait Marie quand elle revenait de chez sa belle-mère. Ne devenait-elle pas folle ? Mon Dieu, concluait Marie systématiquement, pourvu que Dieu ne lui prête pas longue vie ! Si Dieu n'avait pas le sens de l'humour, il comprendrait sans doute leur souffrance car lui aussi avait souffert : malgré sa grande bonté et son empathie extrême,  il n'avait pu conduire cette catholique pratiquante sur un autre chemin que celui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]