09 décembre 2019

Routine

Le « Bonjour, ça va ? » appelle souvent un « oui, ça va et toi ? » ; ça ne peut qu’aller bien de toutes les façons, même si ça va mal, où l’autre à qui nous nous adressons, et qui ne va peut-être pas bien lui-même, ira encore plus mal, qui sait ? D’ailleurs si vous allez mal et que vous le dites, vous ennuyez l’autre, même s’il va bien, et il finira par  vous fuir systématiquement ! Dans ce monde qui nous use, nous préférons fermer les yeux, souvent, bien souvent. Parce que le problème du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 novembre 2019

Le Â

Dans sa vie, comme si elle n’ avait pas assez de sujets d'énervement, elle avait décidé de mener une croisade pour les accents circonflexes. Comment se faisait-il que journalistes, présentateurs, hommes politiques même,  prononcaient tache comme tâche ? Et puis tous ces blâmes, bâtards, bâillons, bâtons, bellâtres… à qui on faisait perdre  la profondeur de leur A qui était, parfois, la seule profondeur qu’ils avaient. Elle ne pouvait plus supporter les massacreurs de la langue française, sans se rendre compte qu’elle même –... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
28 novembre 2019

Les élèves

Face à ses élèves de terminales dont l’attention, parfois, se dispersait étrangement, sans parler du travail – ce vilain mot  - elle déclara calmement. -           Comme je vous l’ai déjà dit, une langue - étrangère ou non - s' entretient au fil des jours. Notamment  en notant des mots que l’on ne connaît pas, en les utilisant dans de petites phrases qui permettent, peu à peu, d'en créer de plus grandes qui  rendront compte de vos pensées et de vos réflexions. Si... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
14 novembre 2019

Un monde sans pitié

Après le travail, la journée n’était pas finie, il lui fallait assister à un débriefing sur  le chiffre d’affaires, le nombre de clients servis, la fréquence et le nombre de produits vendus.  Et tout ça, pour un salaire qui ne dépassait pas le SMIC.Un jour,  elle a dit au chef.-    Ecoutez, vos réunions gratuites obligatoires après le travail, c’est plus possible, mes enfants ont besoin de moi, je suis seule pour les élever.Le chef l’a à peine regardée et lui a répondu.-    Que voulez-vous... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 octobre 2019

La certitude

Ce n'est pas l'incertitude qui rend fou, c'est la certitude, disait Nietzche et c'est exactement l'impression qu'avait Marie quand elle revenait de chez sa belle-mère. Ne devenait-elle pas folle ? Mon Dieu, concluait Marie systématiquement, pourvu que Dieu ne lui prête pas longue vie ! Si Dieu n'avait pas le sens de l'humour, il comprendrait sans doute leur souffrance car lui aussi avait souffert : malgré sa grande bonté et son empathie extrême,  il n'avait pu conduire cette catholique pratiquante sur un autre chemin que celui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 octobre 2019

Le carnet d’adresse

Hier, elle avait encore rayé un nom dans son carnet d’adresse et, comme à chaque fois, ce cœur qui battait, vite, si vite, qu’il lui semblait que c’était le dernier jour du reste de sa vie. Désormais, son carnet ne contenait plus que cinq noms. Elle se demandait qui serait le prochain. Elle, peut-être, et dans ce cas, son carnet serait jeté dans cette benne à ordure qui, chaque lundi, la réveillait à sept heures. Elle sourit, s'allongea sur le tapis de sol et commença sa demi-heure de relaxation qui la conduisit - étrange voyage -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

06 octobre 2019

Le parcours du combattant

Son père était un héros et sa mère  une sainte. Enfin, c’est ce qu’il disait depuis qu’ils étaient morts. Curieusement, il avait oublié que, son père vivant, il l' avait souvent traité de « sale égoïste » ; quant à sa mère, il lui reprochait d'accepter son statut d' esclave et, bien sûr, il ne l'avait jamais aidée. Maintenant, à 60 ans passés - mais toujours aussi "jeune" -  il attendait sa mort avec impatience pour retrouver sa sainte mère au ciel.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
04 octobre 2019

Les opposés

Elle l’avait rencontré dans un café près de la gare du Nord, un dimanche. Lui, il lui avait parlé parce qu’elle ressemblait à une ancienne amie, disparue, et ensuite parce qu’elle lui avait souri. Ils avaient discuté de tout et de rien jusqu’à ce qu’elle lui dise. -          Je suis anti-flic depuis toute petite. Mais bon, je ne sais pas pourquoi je vous dis ça. Il avait répondu. -          Moi, il y a un truc que je n’aime pas, c’est la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
30 septembre 2019

le mari

Aujourd'hui, au petit déjeuner, j'ai dit à mon mari qu'il m'était apparu dans un rêve. Il m'a tout de suite demandé. -    Et je servais à quoi ? C'est fou comme mon mari veut toujours servir à quelque chose. Je me demande d'où lui vient cette manie, mais lui ne se demande rien. Evidemment, se demander veut dire s'interroger et ça, c'est la porte ouverte vers l'inconscient ; un truc qui n'existe pas, me dirait-il, alors pourquoi ouvrir une porte sur le vide ? J'ai fini par lui répondre, évasive. -  ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
12 septembre 2019

les mots

-          Un mot a un corps, tu sais ? lui avait-il dit avec son ton sentencieux. Cet idiot croyait toujours qu’elle marchait un pas  derrière lui, ou peut être plus. Elle, savait bien que les mots avaient un corps puisqu’elle venait de terminer un roman qui, tel un jeune arbre, avait laissé ses racines en elle. Ce roman, bien sûr, il ne l’avait pas lu, tout comme il n’avait lu aucun des textes qu’elle lui avait laissés ; mais ça, peu lui importait puisque des corps naissaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]