Depuis qu'on l’avait placée en maison de retraite, Eléonore ne pensait qu’à fuir. Pourquoi voulait-on la retenir prisonnière dans cette bâtisse grisâtre au milieu d'un parc vert entouré de grilles noires, loin de la vie, loin de sa vie ?

Avant chaque fugue, elle ne manquait jamais de mettre l'un de ses nombreux chapeaux, ajusté soigneusement avec de précieuses aiguilles qu’elle gardait au fond de son sac à main.

A bout d’arguments, le personnel avait fini par lui confisquer tous ses chapeaux, mais pas ses aiguilles.

C’est avec elles qu’Eléonore signa la date de son passage dans l’au-delà, et ce fut exactement le jour de son anniversaire. 

En la découvrant morte dans le parc, l'infirmier - un bout en train qu'Eléonore aimait beaucoup - eut cette remarque que certains considérèrent comme cynique.

- Dommage Eléonore. Pourtant toi qui aimais le bordeaux,  tu savais que " le vin d'ici vaut mieux que l'eau de là " !