29 avril 2020

Le père

La dernière fois que j’avais vu mon père, c’était le jour de mes 14 ans, le jour où il avait giflé ma mère parce qu’elle lui avait dit que c’était un enculé qui ne pensait qu’à bouffer son fric pour ses tiercés de merde. Maintenant j’ai 25 ans et je n’ai jamais revu mon père, sauf hier, sur le champ de courses d’Enghien où mon copain faisait sa première course de trot attelé. Il était non loin du guichet ou j’allais parier ma date de naissance. Lorsqu’il m’a vue, il ne m’a pas reconnue, moi oui, et j’en ai eu froid dans le dos. Il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]

27 avril 2020

Duo d'avril

Comme à notre habitude, avec Caro du blog  " les heures de coton ",  nous continuons le chemin des duos. Cette fois-ci, une photo que j'ai prise  dans la gare de Saint Pancras, à Londres, en mai 2018. Les sculptures sont de Paul Day. Cette photo, bien sûr, est entrée de façon différente dans nos imaginaires. Après le texte de Caro, voici le mien.      La bibliothèque   Paul épiait les gens puis créait des vies imaginaires. Dans les verres de ses lunettes, des hommes et des femmes étaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
25 avril 2020

Duo d'avril

Comme à notre habitude, avec Caro du blog  " les heures de coton ",  nous continuons le chemin des duos. Cette fois-ci, une photo que j'ai prise  dans la gare de Saint Pancras, à Londres, en mai 2018. Les sculptures sont de Paul Day. Cette photo, bien sûr, est entrée de façon différente dans nos imaginaires. Aujourd'hui, voici le texte de Caro. Le mien sera publié lundi.   Duo d’avril 2020          à Christelle, à Patrick, deux amoureux de l'amour    En tout, il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
23 avril 2020

Les deux amies

Ce jour-là, je me souviens, Isabelle m’avait dit d'une voix coupante. - Je t'interdis de lui faire remarquer que je me suis fait couper les cheveux ! Un peu étonnée, je lui en avais demandé la raison. Elle m’avait répondu, agacée, qu'il devrait le découvrir tout seul. - Mais pourquoi ? avais-je insisté. Elle avait rétorqué. - Pour que je sache à quel point il ne me regarde pas ! - Et ça te fait plaisir de le remarquer ? Enervée, elle m’avait répondu. -          Dis-moi, tu es... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2020

Le « con fini »

Ce n’était tout de même pas gentil de sa part de dire que son père était un « con fini », surtout en cette douloureuse période de confinement. D’ailleurs, non seulement Hélène le disait, mais elle le répétait à qui voulait l’entendre, sauf à son père, bien sûr. Vous vous demandez sûrement pourquoi Hélène donnait ce petit "surnom" à son père. J’avoue que moi-même j’avais du mal à le comprendre et j’ai fini par le lui demander. Sa réponse m’a fait sourire, quoique… -          Eh... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
19 avril 2020

La mercerie

    Il tenait la mercerie "idées à coudre". Mercerie tenue d’abord par son père, puis par sa mère – elle était couturière à domicile  - à la mort de son mari ; puis par lui qui, à la mort de sa mère, laissa tomber la maçonnerie pour tenir la boutique. Il ne l’avait jamais regretté. Il préférait, de loin, les boutons au ciment, et la présence des femmes à celle des hommes.  Il  conseillait ses clientes, les écoutait, leur proposait toutes sortes de fils et d’aiguilles, sans parler des boutons, dés et... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]

17 avril 2020

Confinement intérieur

Elle lui avait demandé de ranger sa chambre.  Une hérésie. Demande-t-on à un adolescent de presque 18 ans de mettre de l’ordre dans sa chambre et de changer les draps de son lit en période de confinement ? Le rangement dura une semaine. Le premier jour, il mit ses chaussettes au sale, le deuxième jour il changea la housse de couette, le troisième jour le drap du dessous, le quatrième il ramassa ses livres et les fourra dans son bureau, le cinquième jour il s’attaqua aux feuilles qui traînaient par terre et il les jeta en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
15 avril 2020

voyage

    Lui avait peur de la liberté, alors il se drapait le corps et l’esprit. Elle, ouverte au vent, enchaînait les plissés-enroulés sous le souffle de l’harmonie. Cacher ou montrer ? Leur couple jouait de l’absence et de la présence au fil des jours. Mais comment s’étaient-ils-rencontrés, eux, si différents ? Ni l’un ni l’autre ne s’en souvenaient, mais au gré du vent, sous la respiration des arbres et du ciel, ils suivaient leur chemin en laissant parfois leurs souvenirs sur le tronc des arbres qu’ils... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 avril 2020

Transmettre ou non ?

Un jour,  Laure leur avait dit sur un ton de confidence. -          Ma mère, je ne sais pas comment je pourrais la remercier un jour de tout ce qu’elle a fait pour mes enfants : je lui dois tout ! Pour ne pas être en reste, Géraldine avait enchaîné sur le même ton : moi aussi, je lui dois tout à ma mère, le nombre de fois où elle a gardé mes enfants.  Elle n’avait rien dit, elle détestait ce genre de remerciements, surtout venant de mères qui, elles-mêmes, passaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
11 avril 2020

Jogging

Puisqu’on ne pouvait plus faire de jogging à Paris pendant cette quatrième semaine de confinement, il avait proposé à sa femme la solution suivante. -          Je me mets à quatre pattes, tu me tiens en laisse, et on descend le boulevard St Germain en petites foulées. Elle avait protesté. -          Tu es fou ? Et les voisins, tu y penses ? -          On se fout des voisins avait-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]