30 mars 2020

Duo

Voici notre nouveau duo avec Caro, du blog " les heures de coton ". Cette fois-ci nous nous sommes confinées de longs jours avec les deux citations suivantes : « Moi, quand je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache » (Raymond Devos) « N’importe qui peut assassiner, c’est une question de circonstances » (Patricia Highsmith) Voici mon texte, après celui de  Caro, en ce lundi de confinement :    Les deux voix   « Pauvre Joséphine, elle est folle à lier », c’est ce que tout le monde pensait.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]

28 mars 2020

Duo

Voici notre nouveau duo avec Caro, du blog " les heures de coton ". Cette fois-ci nous nous sommes confinées de longs jours avec les deux citations suivantes : « Moi, quand je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache » (Raymond Devos) « N’importe qui peut assassiner, c’est une question de circonstances » (Patricia Highsmith) Voici le texte de Caro, en ce samedi de confinement :   Au Chat qui penche Je sirotais tranquillement ma pinte de Maredsous quand Bernard, juché sur son tabouret habituel, me souffla :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
26 mars 2020

La boucle

    Elle était en boucle comme jamais elle ne l'avait été. Et lui était en colère, comme toujours il l'avait été. Elle parlait beaucoup trop et répétait en permanence. - Tu te souviens quand on marchait sur les chemins dans la campagne ? ou - Tu te souviens quand on se promenait sur la côte ? ou - Tu te souviens de nos vacances à vélo sur les routes de Bretagne ou d'Alsace ? Oui, il se souvenait, mais il en avait marre. « Qu’elle la boucle », pensait-il. Et plus elle parlait, plus sa colère montait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 mars 2020

L’inspecteur

-          Cette histoire est invraisemblable ! -          C’est justement là le problème. Elle regardait l’inspecteur, attendant qu’il manifeste un désir, une volonté, un ordre, mais non, rien. Le livre laissé ouvert à la page 199, sur la table du salon où le meurtre avait eu lieu, laissait à penser que l’assassin avait suivi la voix du narrateur à la virgule près. La fiction rejoignait la réalité et l’inspecteur était troublé. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 mars 2020

Hortense

- Hortense, ne me laisse pas seul. J’ai besoin de toi ! J’ai prononcé ces mots en pleurant et en criant ; je suis sûr que n’importe quelle personne normalement constituée aurait éprouvé de la compassion, mais pas elle. Dédaigneuse, elle a jeté un regard vers moi, du haut de sa fenêtre du premier étage, et elle a hurlé : « Confinement ! ». Au moment où j’allais partir, un policier m’a demandé mon attestation. « J’en ai pas », ai-je dit le visage livide. Il m’a demandé où j’habitais et hélas,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 mars 2020

Le ciel

Avant, quand sa grand-mère voyait un ciel bleu  se dessiner derrière les vitres de la maison, elle disait toujours : quelle belle journée ! Maintenant, à chaque fois que sa grand-mère voit un ciel - bleu ou gris -  se dessiner derrière les vitres de la maison, elle dit toujours : Encore un ciel de coronavirus ! Puis elle ajoute systématiquement. - Et quand je pense que si je meure, il y aura moins de 20 personnes à mon enterrement et même pas une messe !  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

18 mars 2020

La toux

C’était le type même de l’ « emmerdeur ». Du matin au soir, il égrenait ses reproches, parfois dès le petit déjeuner. La veille, quand elle lui avait apporté ses toasts à 9h 30, il lui avait dit : -          C’est pas un toast grillé, ça, c’est un toast passé au four crématoire ! Elle avait eu une envie irrépressible de lui dire ce qu’elle pensait de lui en long, en large et en travers, mais elle s’était contentée de dire calmement. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
16 mars 2020

Confinement

Il lui avait envoyé un SMS qui disait : " Moi confinement pas possible. Besoin de toi." Elle avait souri. Il ne se connaissait vraiment pas ; il faut dire qu'il n'avait jamais souhaité se lancer sur le chemin du  voyage  intérieur. Elle lui avait donc répondu : " Moi confinement possible. Besoin de moi." Aucune réponse de sa part. Tant mieux, pensa-t-elle, l’occasion de mettre un point final à cette relation  qu’elle n’osait conclure, compassion oblige. Elle se répéta le mot « compassion » en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
13 mars 2020

une étrange nouvelle

Hier soir, dès 20 heures,  un étranger qui dit s'appeler Emmanuel M est venu nous donner une bien étrange nouvelle  : les établissements scolaires fermeront dès lundi 16 mars. Ah bon ? Comme en Italie, mais bien après l'Italie ? Il est aussi prévu - comme nous le signalent nos supérieurs hiérarchiques - d'établir un plan de continuité de l’activité pédagogique. Oui, nous vivons dans le meilleur des mondes. Cela m'a rappelé ce que disait un élève de terminale hier matin quand il a appris que les élèves dont on fermait les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
11 mars 2020

L’immeuble

Je hais mes voisins. La folle du quatrième continue de jeter ses croûtons de pain aux oiseaux du haut de sa fenêtre en visant systématiquement les gens qui passent dans la cour intérieure, dont moi ;  le vieux du rez-de-chaussée a recueilli un quatrième chien, il est vrai que les trois autres n’aboyaient pas assez fort ; le pachyderme du deuxième a remplacé les poteaux de l'étendage collectif par des perches gratuites en fer rouge qui n’ont  pas plu au parano du deuxième qui a voulu lui casser la gueule en l’accusant de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :