30 janvier 2020

Ecrire

- Hélène, ne me laissez pas seul. Que vais-je devenir ?  J’ai prononcé cette phrase d’une voix blanche, le visage défait, je suis sûr que n’importe quel être humain aurait éprouvé de la compassion, mais pas elle. Dédaigneuse, elle a jeté un dernier regard vers moi – j’étais allongé sur mon lit, la couverture remontée jusqu'au menton – elle a tourné les talons en émettant une espèce de long sifflement – pssssssssssssss – et elle a claqué la porte. L’humiliation ! J’ai fait une poussée de fièvre juste après son départ et le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

28 janvier 2020

Tu l’as dit

Elles étaient toutes les deux assises dans le salon. Une douce fin d’après-midi où le soleil terminait élégamment sa course dans le ciel. Soudain l’une dit à l’autre. - Tu te souviens quand tu as dit à la femme de Michel qu’elle était mieux en photo qu’au naturel ? Tu as même ajouté que si elle ne t’avait pas dit que c’était elle sur la photo, tu l’aurais même pas reconnue ! Son amie, outrée, répondit. - Moi ? J’ai dit ça ? Franchement, ça m'étonnerait, parce que les photos des autres, je ne les regarde jamais, ça ne m’intéresse... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 janvier 2020

voyage

    Promenons-nous dans les jardins du ciel Avec, pour mémoire, Des presque-rien, Des exercices d’admiration, Et des mensonges de bonheur…   PS : photo prise à Rouen à lors de l’Armada 2019
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
24 janvier 2020

Le déni

En contemplant Laurent - l’homme dont il avait la responsabilité -  l’ange se disait que le déni avait du bon. En tout cas, c’était tout ce qu’il avait trouvé d’efficace pour son protégé et il n’en était pas peu fier quand il en parla au GPA  -  Groupe de Parole des Anges - le dimanche soir.  Ces derniers temps, l’ange – qui n’était pas plus lourd qu’une plume d’oiseau -  s’était souvent posé sur l'épaule de Laurent pour lui donner quelques conseils que celui-ci pensait se donner lui-même. Grâce à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 janvier 2020

Je t’aime

  Elle lui avait dit « je t’aime » dans toutes les langues possible et imaginables, et il avait adoré ça car il ne connaissait qu’une langue étrangère, le français. Lui était américain. Seulement l’opération langue – la fameuse, celle qui, selon lui, était une spécialité française – ne dura que sept jours. A la fin de la première semaine, elle s’envola, comme l’hirondelle à laquelle il l’avait comparée dans un élan pseudo-poétique. Chaque nuit il rêvait d’elle et se réveillait en hurlant Marie, le prénom qu’elle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 janvier 2020

la chute

Tout était sombre mais le ciel n’avait pas complètement terminé son œuvre. Il restait encore quelques traînées de lumières ça et là. Elle était debout, face au spectacle du soir et ne  se décidait pas à quitter le balcon qui surplombait la cour intérieure aux dalles blanches. Hélas,  le balcon a cédé, et elle est tombée dans l'unique plate-bande où les fleurs refermaient leur corolle. Elle a survécu et a déménagé. Son nouvel appartement n'a plus de terrasse et les fenêtres sont toujours fermées. Jamais elle ne parle de sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

18 janvier 2020

Différer

Sa devise favorite était « Il faut différer son plaisir ». Longtemps je me suis demandée pourquoi il voulait tout différer, et surtout son plaisir. S’agissait-il d’une obligation qui lui avait été donnée à la naissance, sur un papier doré posé à l’intérieur de son corps ? Maintenant il avait disparu, mais souvent elle s’endormait en pensant à lui en se demandant :  le plaisir était-ce maintenant, dans l’au-delà ?  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 janvier 2020

Le tutu

  Enfant, il volait souvent le tutu de sa sœur, se mettait devant la glace, et devenait le seul élève du cours de danse qu’il s’était créé. Un mercredi soir, sa mère l’avait découvert dans son tutu blanc alors qu’il faisait un entrechat* dans sa chambre. Il tomba. Sa mère ne dit rien à part : "Je crois que tu t’es foulé la cheville, il y a de la crème dans le tiroir de la salle de bain." Elle n’en parla jamais à son père,  mais elle ne le regarda plus jamais comme avant. Sans doute vous demandez-vous si aujourd’hui, à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
14 janvier 2020

le comique

« Le temps doit nous donner l'ambition de repenser la carrière des enseignants et l'organisation du travail", a déclaré Edouard Philippe le 11 décembre 2019. Un vrai comique troupier de la république en marche, ce premier ministre chez qui l'ambition - pour lui-même bien sûr - semble tenir un grand rôle. Sa phrase est donc à comprendre de la façon suivante, avec le mot "temps" en trois exemplaires : " Le temps doit nous donner l'ambition d'augmenter le temps de travail des enseignants tout en diminuant leur  temps de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 janvier 2020

Le voyage

    Elle était dans un minuscule voilier, prête pour la course, pourtant elle ne connaissait rien, strictement rien à la voile. Le temps était clément, son esprit aussi. On lui avait dit qu’elle en aurait pour un an ; une année, c’est court pour ceux qui savent que ce sera la dernière. L’eau était bleue à souhait, le ciel presque blanc laiteux, et son âme voguait déjà sur l'océan qui la mènerait vers une île lointaine, non encore identifiée mais qui, déjà, serait sienne, ou presque. Elle imaginait que le nom de l’île... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :