Oui, je crois que je vais jeûner dès aujourd’hui. Marre d’être grosse et grasse. A moi le jeûne. Ensuite, je serai une autre femme, toujours aussi vieille, certes, mais quel bonheur de voguer sur les trottoirs avec un corps léger.

Car, comme le dit l’Eglise catholique, « Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. » Parfait, ça aussi je prends. Vive la solidarité, le partage et l’aumône. Certains de nos « grands patrons », d’ailleurs, pourraient jeûner aussi, diantre, cela changerait peut-être leur vie et la « bourse » qui est la leur.

Voilà d’ailleurs, sans doute, la nouvelle devise de notre gouvernement  « Année 2020 et suivantes, années du jeûne. » ; retraites et salaires obligent…