20151121_225209

Il lui avait fallu attendre 43 ans pour que cette révélation - vécue le jour de ces 19 ans - en Grèce, refasse surface. L’inconscient a d’étranges chemins qu’il parcourt au rythme de la mémoire intemporelle des choses.

Sans doute fut-ce aussi la souffrance surgie de ce Stabat mater de Vivaldi qui, dans un éblouissement, l’avait fait voyager dans le temps. Cette “Mater dolorosa” n’était-ce pas elle, aussi, elle qui marchait au rythme des violons du ciel ?

Son mari, voyant la tournure que prenaient les choses lui avait fait prendre rendez-vous avec le médecin généraliste qui, lui-même, lui avait donné l’adresse d’un psychiatre qui, lui-même - avec l'acceptation de son mari - l’avait conduit en “détention” psychiatrique.

Etrange, avait-elle pensé sans aucune colère, comme les chemins des uns peuvent être incompris des autres ?

 

PS : photo prise en Grèce, par une amie, il y a très très très longtemps...