Pendant six ans, j’ai été visiteuse de prison, à Bonne Nouvelle ; étrange nom pour une prison. Il y a trois ans, j’ai arrêté ; la lassitude sans doute.

Je me demande, aujourd’hui, si je n’ai pas souhaité être visiteuse car j’avais connu moi-même une prison ; la mienne, la volontaire, celle que l’on crée de toutes pièces.

Cette expérience m’a certes appris à écouter sans juger, mais elle m’a aussi confrontée à l’impuissance qui nous taraude lors d’entretiens où, parfois, le ressassement de l’autre nous conduit dans une impasse.

Si je vous parle de mon expérience – ce que je fais rarement – c’est en raison de cette exposition « Prison, au-delà des murs », qui a lieu à Lyon et que j’irai voir, peut-être, si j’arrive à sortir de ma « prison » rouennaise.