31 octobre 2019

les jambes

Tous les jours il restait en arrêt devant la boutique aux collants bariolés, pour le plaisir. Il ne faisait de mal à personne. Il aimait bien ces jambes qu’il s’imaginait saisir à bras le corps pour les emporter au pays de ses rêves. Quand les flics l’ont interpellé devant la boutique ils lui ont dit, menaçants. -          Suis-nous salopard !   Forcément il n’a pas voulu, il ne faisait rien de mal, c’est interdit par la loi de regarder des jambes de mannequins ? Les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 octobre 2019

La certitude

Ce n'est pas l'incertitude qui rend fou, c'est la certitude, disait Nietzche et c'est exactement l'impression qu'avait Marie quand elle revenait de chez sa belle-mère. Ne devenait-elle pas folle ? Mon Dieu, concluait Marie systématiquement, pourvu que Dieu ne lui prête pas longue vie ! Si Dieu n'avait pas le sens de l'humour, il comprendrait sans doute leur souffrance car lui aussi avait souffert : malgré sa grande bonté et son empathie extrême,  il n'avait pu conduire cette catholique pratiquante sur un autre chemin que celui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
27 octobre 2019

Rencontre

A chaque fois que quelqu’un lui manquait de respect, elle se contentait de dire : « Mais qui vous a appris à vivre ? » Personne ne lui répondait certes, sauf dans le bus numéro 2, ce matin-là. Elle demanda à un jeune homme, casque dans les oreilles, de lui céder sa place, mais il fit semblant de rien. Elle lui tapa sur le bras et répéta. -          Vous pouvez me céder votre place s'il vous plaît ? -          Pourquoi ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
25 octobre 2019

La démesure

    Tout ce qu’elle faisait était démesurée, que ce soit au travail ou entre amis. Le contraire de lui. Ils vivaient ensemble mais avaient deux chambres séparées. Peut-on faire dormir en un même lit bombance et abstinence ? Leurs chemins parfois se croisaient, entre salle de bain, cuisine, et les chemins de terre où elle courait et lui dessinait de petites aquarelles. Un jour il disparut. Elle ne le dit à personne - même pas à elle-même - et sa vie continua sur les rives de la fuite éperdue…
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 octobre 2019

Le carnet d’adresse

Hier, elle avait encore rayé un nom dans son carnet d’adresse et, comme à chaque fois, ce cœur qui battait, vite, si vite, qu’il lui semblait que c’était le dernier jour du reste de sa vie. Désormais, son carnet ne contenait plus que cinq noms. Elle se demandait qui serait le prochain. Elle, peut-être, et dans ce cas, son carnet serait jeté dans cette benne à ordure qui, chaque lundi, la réveillait à sept heures. Elle sourit, s'allongea sur le tapis de sol et commença sa demi-heure de relaxation qui la conduisit - étrange voyage -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 octobre 2019

Sarabande

       Depuis un an, elle voulait toujours qu’il lui joue la sarabande de Haendel. -          Pourquoi ce morceau ? -          Parce que, répondait-elle, sans jamais donner de raison. Cette sarabande, c’était l’extase. Il comprit ensuite pourquoi : elle le quitta pour un espagnol au regard fier et mélancolique spécialiste des danses du XVIIè. -          Lui aussi joue... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]

16 octobre 2019

Maman

Maman, Tu as passé mon enfance à me dire « Goûte chéri » et je suis devenu monstrueux. J’étais la risée de l’école et toi tu me disais toujours « Goûte chéri » ! J’étais tellement gros et seul que j’ai voulu me suicider. Le jour où tu es entrée dans ma chambre, tes gâteaux à la main et que tu m’as vu la corde autour du cou, tu n’as rien compris, mais cette fois-là, tu ne m’as pas dit « Goûte chéri », non pas que tu aies compris, mais sous l’effet de la stupéfaction tu avais perdu la parole. A cinq... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
14 octobre 2019

Le père

A chaque fois qu’il rendait visite à son père, il ne manquait pas de dire. -          Saint Pilulier, priez pour nous. Oui, à 89 ans, son père était un fervent adepte des pilules.  Il y avait les pilules qui ouvraient la nuit et celles qui ouvraient le jour. Au total une douzaine. Un jour, agacé par ces pilules que son père dévorait, il lui dit. -          Toi, non seulement tu es hypocondriaque, mais tu veux creuser  le déficit de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 octobre 2019

La poudre à ré-enchanter le monde

      C’était un dimanche soir, avant de s’endormir, que son fils lui avait parlé de la poudre à ré-enchanter le monde. Certes, à 10 ans, il était aussi rêveur que dans sa petite enfance, mais elle ne put s’empêcher de lui demander. -          Et où elle se trouve ? -          Dans une boutique. -          Et où elle est cette boutique ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
10 octobre 2019

le café du coin

Au café du coin, Michel discutait au comptoir avec un type assez jeune que personne ne connaissait à part lui ; c’était le fils d’un ami d’un ami  dont il ignorait même le prénom. - Moi, disait Michel, fier de lui, je suis  anti-immigration et anti-Europe, et je peux te dire que je me gênerai pas pour voter RN s’il le faut ! L’autre lui répondit l'air moqueur. - Et anti-connerie, non ? Tu devrais essayer, ça ferait du bien à ton cerveau anti-social. Michel ne répondit pas et but d'un coup le reste de sa bière.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]