30 septembre 2019

le mari

Aujourd'hui, au petit déjeuner, j'ai dit à mon mari qu'il m'était apparu dans un rêve. Il m'a tout de suite demandé. -    Et je servais à quoi ? C'est fou comme mon mari veut toujours servir à quelque chose. Je me demande d'où lui vient cette manie, mais lui ne se demande rien. Evidemment, se demander veut dire s'interroger et ça, c'est la porte ouverte vers l'inconscient ; un truc qui n'existe pas, me dirait-il, alors pourquoi ouvrir une porte sur le vide ? J'ai fini par lui répondre, évasive. -  ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

28 septembre 2019

Les lettres

Quand elle avait vu l'affiche, sur le mur de la rue du calvaire, elle l'avait longtemps regardée le visage pensif :  " Ils ne sont grands que si nous sommes à genoux " Oui, pourquoi était-elle restée si longtemps à genoux ? Peur de tout ? Peur du monde ?  C'est ce jour-là qu'elle écrivit sa première lettre à personne, nombreuses furent celles qui suivirent et elle les rangea toutes  dans un même tiroir. Sa dernière lettre fut écrite le jour de ses cinquante ans, et elle la conclut par  une citation de Lewis... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 septembre 2019

Confiance

Souvent, Solange allait sur les plages blanches de ce qu’elle appelait « sa confiance » et elle attendait. Quand ses amies s’étonnaient, elle disait qu’elle voyageait au pays de la confiance. -          Oui, mais pourquoi voyages-tu là ? s’obstinaient-elles. -          Pour réfléchir. Solange   refusait d’avouer qu’elle n’avait aucune confiance en elle - sans doute de vieux démons de l’enfance l’en empêchaient – jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 septembre 2019

Madame la Mort

Le visage triste, dans la nef de l’église, il lui avait dit. -           Tu vois, moi, je n’ai pas vraiment peur de la mort mais franchement, je préfére ne pas être là le jour où elle viendra me rendre visite. Elle n’avait rien répondu et avait attendu la suite qui arriva instantanément. -          Et toi, tu en penses quoi de la mort ? Le problème c’est qu’elle n’en pensait rien. Pourquoi en penser quelque chose si tôt ?... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
22 septembre 2019

La montre

  Il voulait que je photographie sa montre partout. Il était fou, j’aurais dû m’en douter et ne pas passer mes vacances avec lui. Au début, tout était normal ou presque, les visites normales des vacances normales : églises, musées, palais, jardins, plages etc. C’est vers la fin du séjour que tout s’est aggravé et que j’ai découvert le sens de sa vie : le temps. Oui, il n’est jamais bon de découvrir le sens de la vie de l’autre. D’ailleurs parfois, leur vie n’a aucun sens – pensons-nous -  ou bien ils sont en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 septembre 2019

Une nouvelle force

Hier, le visage lumineux – peut-être trop d’ailleurs – Hélène lui avait dit que la force de l’Eïnothérapie était de pouvoir travailler sur une tension corporelle sans avoir besoin de connaître l’origine de la tension. Véronique l’avait regardée l’air étonné et s’était contentée de répondre, le plus banalement du monde, qu’elle préférait savoir d’où venait ses tensions. -          Toi oui, mais les autres non. -          Tu crois ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

18 septembre 2019

L'amie

    Malgré ses 60 ans passés, Juliette se prenait pour un ange. Allez savoir pourquoi ? Je n’osais pas lui dire qu’elle ferait mieux d’aller voir un psy, pourtant ce n’était pas l’envie qui me manquait. Elle passait son temps à projeter - le mal de préférence – chez les autres. Juliette était un ange qu’aucun homme n’avait voulu accompagner pour la simple et bonne raison – disait-elle – qu’elle savait trop de choses. Un jour, au cours d’une conversation dans un salon de thé, je lui ai demandé ce qu’elle savait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
16 septembre 2019

Demande

- Excusez-moi de vous dire ça tout de suite, mais j’ai l’habitude d’aller  à l’essentiel, profession oblige : alors, on couche ou pas ? Sa question eut sur lui l'effet d'une douche glacée. Toute l'excitation qu'il avait senti monter  retomba d'un coup, d’un seul. Il sentit son sexe se recroqueviller, misérable, et il eut l’impression de se vider de son sang. Non, il ne pouvait plus rien imaginer avec elle, l'affaire était classée. - Alors ? Insista-t-elle. - Oui, enfin non ! On ne couche pas ! - La franchise ne paie... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
14 septembre 2019

Rêves

    Le jour où Béatrice les a vus sortir de terre, son visage s’est liquéfié. Ils existaient donc. On ne lui avait pas menti, ou plutôt il ne lui avait pas menti. Car c’est lui, cet ami étrange et merveilleux - appelé Joseph - qui lui a dit que ses frères allaient sortir de terre avec leurs lunettes de plongée. Ensuite il a ajouté. -          Ils sont fous, mais ne crains rien, ils ne sont pas violents. Tout au plus te parleront-ils, si tu les inspires, ou plus, si affinité. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 septembre 2019

les mots

-          Un mot a un corps, tu sais ? lui avait-il dit avec son ton sentencieux. Cet idiot croyait toujours qu’elle marchait un pas  derrière lui, ou peut être plus. Elle, savait bien que les mots avaient un corps puisqu’elle venait de terminer un roman qui, tel un jeune arbre, avait laissé ses racines en elle. Ce roman, bien sûr, il ne l’avait pas lu, tout comme il n’avait lu aucun des textes qu’elle lui avait laissés ; mais ça, peu lui importait puisque des corps naissaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]