Hier, le visage lumineux – peut-être trop d’ailleurs – Hélène lui avait dit que la force de l’Eïnothérapie était de pouvoir travailler sur une tension corporelle sans avoir besoin de connaître l’origine de la tension.

Véronique l’avait regardée l’air étonné et s’était contentée de répondre, le plus banalement du monde, qu’elle préférait savoir d’où venait ses tensions.

-          Toi oui, mais les autres non.

-          Tu crois ?

-          Oui.

Hélène continua.

-          Au fait, tes problèmes de dos, tu pourrais les résoudre grâce à l’Eïnothérapie.

-          Peut-être, mais comme j’en ai plein le dos de mon boulot, je ne pense pas que l’Eïnothérapie puisse m'en libérer.

-          Alors essaie la méditation de pleine conscience.

-          Je te remercie de tes conseils Hélène, conclut-elle quelque peu agressive, mais, quand je t’observe, je n’ai pas vraiment l’impression que tu vas mieux qu’avant. Par exemple, tes problèmes avec tes enfants semblent toujours provoquer quelques tensions en toi.

Puis elle  quitta le café sans lui dire aurevoir.

Deux jours plus tard, elle envoya un SMS à Hélène pour s'excuser de son attitude. Hélène, elle, se contenta de lui envoyer le titre d'un livre  : " Comment bien vivre avec soi-même". Livre, bien sûr, que jamais Véronique ne lut.