20150624_103625

Le jour où Béatrice les a vus sortir de terre, son visage s’est liquéfié. Ils existaient donc. On ne lui avait pas menti, ou plutôt il ne lui avait pas menti. Car c’est lui, cet ami étrange et merveilleux - appelé Joseph - qui lui a dit que ses frères allaient sortir de terre avec leurs lunettes de plongée. Ensuite il a ajouté.

-          Ils sont fous, mais ne crains rien, ils ne sont pas violents. Tout au plus te parleront-ils, si tu les inspires, ou plus, si affinité.

Il l’avait tellement habitué à ses histoires loufoques que Béatrice a souri. Seulement, ce matin-là, ils étaient tous présents et elle était seule dans le parc. Elle a essayé de leur dire bonjour, mais aucun mot n’est sorti de sa bouche. Elle a voulu courir, mais son corps était figé.

C’est à ce moment-là que le premier est sorti complètement de terre et a éclaté de rire. Un rire tonitruant qui l’a glacée  des pieds à la tête. Il lui a dit.

-          Regarde-moi godiche, je ne ressemble à rien. C’est moi qui devrais avoir peur de toi. Sale temps dans ton cerveau, on dirait, pourtant il fait beau dehors.

Comment pouvait-il se moquer d’elle de cette façon ? Elle a voulu lui répondre, mais elle ne pouvait pas articuler et seul un borborygme est sorti.

-          T’es bourré ou quoi ? Mon frère me l’avait bien dit, tu es folle à lier. Les fous ne sont pas ceux qu’on croit.

Depuis cette rencontre, Béatrice a disparu. Où ? Nul ne le sait, même Joseph, mais ne ment-il pas ? Quand je lui ai posé la question, il m’a répondu.

-          Il ne vaut mieux pas en parler. Béatrice a disparu car elle voulait disparaître, c’est tout. Un jour, elle reviendra, et elle t’expliquera tout.

Je n’ai plus jamais revu Béatrice, sauf dans mes rêves, des rêves où elle me raconte des choses étranges mais qui maintenant se transforment en cauchemar.

D’ailleurs, hier, elle m’a demandé de tuer Joseph. Seulement, maintenant, Joseph est mon amant, que puis-je faire ?

 

PS : photo prise à Lausanne en 2014