-          Un mot a un corps, tu sais ? lui avait-il dit avec son ton sentencieux.

Cet idiot croyait toujours qu’elle marchait un pas  derrière lui, ou peut être plus. Elle, savait bien que les mots avaient un corps puisqu’elle venait de terminer un roman qui, tel un jeune arbre, avait laissé ses racines en elle.

Ce roman, bien sûr, il ne l’avait pas lu, tout comme il n’avait lu aucun des textes qu’elle lui avait laissés ; mais ça, peu lui importait puisque des corps naissaient en elle…