29 juin 2019

Questions

-          Je suppose qu’il n’y a pas de fruits ? Lui dit-il d’une voix qu’elle jugea impatiente. Toujours ces interrogations négatives ! Il l’accusait d’être paranoïaque, mais il y avait de quoi : « Je suppose qu’il n’y a pas de fruits » ce n’était tout de même pas la même chose que  « Est-ce qu’il y a des fruits » ! Ce matin, il  avait commencé la journée par « je suppose que tu n’as pas acheté de dentifrice », suivi par... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

27 juin 2019

Sa femme

      Sa femme partageait tout avec lui, sauf l’amour ; là, elle avait été catégorique. -          On partage la nourriture, on partage la voiture, on partage la salle de bain - même nus - on partage le même lit, mais l’amour non, impossible. Bien sûr, il ne lui avait pas posé de questions. Les questions n’étaient pas sa tasse de thé ; d’ailleurs il détestait le thé - tout comme les anglais - mais il ne savait pas pourquoi. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 juin 2019

CGBD

Le maire avait invité un membre du gouvernement dans leur belle ville de la banlieue parisienne et Stéphane s’était rendu sur les lieux pour le vin d’honneur, un vin d’honneur ne se refuse pas quand on vient de perdre son travail. Après avoir écouté le discours creux et long de cet homme pour qui l’Elysée était devenu un port d’attache, il se demanda comment un type aussi jeune  pouvait se trouver à un poste aussi important. Une jeune femme inconnue lui dit. -          Un vrai membre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 juin 2019

Le fils

Le jour où il regarda son fils une seconde de plus qu'à l'habitude, il constata que celui-ci vieillissait plus vite que lui ; pourquoi ? Bien sûr, il l’accusa immédiatement de tous les mots. Ce fils était si fainéant, pensa-t-il,  que le temps se vengeait de lui. Sa femme, elle, savait pourquoi ce fils vieillissait vite mais elle ne lui dit rien. D’ailleurs, jamais personne ne lui disait rien car cette homme n’écoutait personne - ni sa femme, ni son fils, ni ceux qu’il disait ses amis – à part lui-même. Sans doute s’aimait-il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 juin 2019

Rencontre

  Elle était dans la cathédrale d'Evreux, non loin de la Chapelle absidiale quand " la chose " est arrivée : le Christ est apparu et a dit d'une voix forte : " Arretez de parler, qu'on savoure le bonheur d'être ensemble ! " Elle a souri. Le Christ avait-il de l'humour ? Le curé s'est immédiatement tu et l'assemblée s'est mise à genoux sauf elle car, à ce moment-là, elle pensait ne croire en rien. Le lendemain elle est allée au presbytère mais le curé - son visage était d'une blancheur sépulcrale - n'a pas répondu à sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 juin 2019

Je me demande

Je me demande*   Il avait raté sa mort comme il avait raté sa vie. Quand connaîtrait-il enfin le succès ?   *Je pique le « je me demande » à Patrick Cassagne qui, en ce moment,  se demande moins de choses, me semble-t-il… 😉  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

15 juin 2019

Duo

Voici notre Duo de juin avec Caro. La citation choisie par mes bons soins est la suivante : "Je suis trop honnête pour être poli" Scutenaire Hier vous avez lu le texte de Caro, aujourd’hui, voici le mien.   Ceux qui se pensent grands   C’est beau la politesse, et on aime ça chez les « grands » de ce monde. Moi, les grands de ce monde  je n’en fais pas partie, je suis  petit, socialement parlant, bien sûr. La semaine dernière, chose exceptionnelle, je me suis retrouvé avec la « high... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
13 juin 2019

Duo

Voici notre Duo de juin avec Caro. La citation choisie par mes bons soins est la suivante :   "Je suis trop honnête pour être poli", de Scutenaire   Aujourd’hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera mis en ligne samedi.   Le bal des masques Ce sept mots, bien plus que sa voix, familière et oubliée, me font brusquement sursauter. Et aussi cette inflexion particulière, à peine mordante, et pourtant assassine. Un tremblement glacé me saisit aussitôt, la pogne du passé me vrille le corps, le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
11 juin 2019

Solution

Pourquoi faisait-elle  toujours exprès de parler quand il pensait ? Il ne pouvait plus penser tranquille dans cette maison et son coeur s’affolait comme un oiseau blessé. « Tais-toi, je pense, tais-toi je pense, tais-toi je pense… » marmonnait-il pendant qu’elle lui parlait ; mais elle ne s’arrêtait pas. Elle ne s’arrêterait donc jamais ? Il sentait que bientôt la marée de ses mots le submergerait et il ne savait pas nager. C’est à cause de ça qu’il l’avait assommée avec la poêle. Enfin le silence... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
09 juin 2019

Le bouquet

  La première fois qu’elle avait rencontré Dieu c’était  dans un bouquet de fleurs, dans le salon d’une amie. Elle lui avait demandé qui l’avait assigné à domicile, là, et il lui avait répondu : les fidèles. -          Mais je n’en fais pas partie des fidèles, avait-elle répondu. -           Non, pas encore, avait-il souri, mais qui sait de quoi demain sera fait ? Elle resta silencieuse, la fidélité n’était pas son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]