20180302_102957

 

Julien lui avait dit : « Rendez-vous à Memoranda à 10 h ».

A 10 h, il n’était pas là, ni à 11 h, ni à 12 h. Elle est sortie de la librairie avec Freud et Jung sous les bras. Les jours ont passé. Des rêves sont arrivés avec leurs revenants et leurs pays lointains. Elle a aussi rencontré un enfant perdu qui l’a terrifiée et puis elle a quitté la porte des livres pour retrouver le pays des hommes. C’est là qu’elle a revu Julien. Il ne se serait pas arrêté si elle ne l’avait pas appelé.

-          Alors ? a-t-elle dit.

-          Alors quoi ?

-          Notre rendez-vous à Memoranda il y a un mois ?

-          Ah oui, j’avais écrit le rendez-vous pour m’en souvenir, puis j’ai perdu la feuille.

-          Et le téléphone portable ?

-          Perdu aussi.

-          Je vois. Aurevoir et à jamais, sourit-elle, à moins que nous nous retrouvions au pays des rêves.

En descendant l’avenue de la liberté, elle s’est demandée comment elle avait pu aimer cette transparence qui habitait Julien des pieds à la tête. « Si loin de lui, si loin du monde », a-t-elle pensé.

Puis elle a aspiré l’air du large qui entrait en ville en passant par le port. Elle  devait partir, il était temps...

 

PS : photo prise à Caen