29 mai 2019

Changement

La semaine dernière, j’ai appelé un ami à son bureau. Cela faisait un an que je devais lui téléphoner et que je remettais toujours au lendemain. -          Pourriez-vous me passer Arthur Dumont s’il vous plaît ? ai-je demandé au standard. La fille a hésité un instant puis a fini par dire : -          Il est mort. Elle m’aurait planté un poignard en plein cœur que ce n’aurait pas été pire. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]

27 mai 2019

Se foutre la paix

Plutôt seul que mal accompagné, j’en ai fait ma devise depuis 4 ans, et cela semblait me réussir, jusqu’à ce que je rencontre mon ex-belle mère. Ça faisait 4 ans que nous ne nous étions pas vus, forcément j’ai divorcé il y a quatre ans. J'ai toujours détesté mon ex-belle-mère, elle aussi. J’étais à la caisse du Monoprix, boulevard St Michel, quand elle m’a mis le grappin dessus. J’ai tout de suite pensé qu’elle m’avait abordé pour me dire une vacherie et ça n’a pas manqué. - Alors mon petit Adrien, toujours dans le quartier ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
25 mai 2019

L’anniversaire de mariage

    La table était presque mise, il ne restait plus qu’à… Seulement, les cinq invités prévus ne vinrent pas. Chacun avait une raison, une bonne. La première se disait stressée et avait peur de gâcher la fête, le deuxième et le troisième signalèrent qu’ils se séparaient et ne pouvaient plus supporter leur présence respective, le quatrième ressassait le départ de sa compagne, quant à la cinquième, elle était malade, le rhume des foins, avait-elle dit. Juliette et Tristan se retrouvèrent donc face à face sous les arbres du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
23 mai 2019

Les vieilles amies

L’hiver, elles se voyaient une fois par semaine, pour le thé ; l’une ronde, l’autre maigre, l’une taciturne, l’autre volubile. - Les Français sont minables ! disait souvent l’une. Quand elle avait dit ça, elle avait tout dit. Un dicton ponctuait souvent leurs dialogues. - Les chiens ne font pas des chats !  Leurs conversations de salon se terminaient souvent dans la pénombre de ces fins d’après midi d’hiver où les thés fument dans les tasses et où le temps ressasse la vie de ceux qui ne savent plus vivre...  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
21 mai 2019

Le nom

  Bonichon, ce n'est pas un nom facile à porter, et toute sa vie ma tante avait souffert car ses "nichons", comme disait sa mère,  ne s’étaient jamais formés. Il n’y eut qu’un homme qui s’était intéressé à elle, mais quand il lui avait expliqué pourquoi, elle en avait blêmi. Je devrais d’ailleurs, bienséance oblige, vous le cacher, mais ma tante est morte il y a vingt ans. Je dois ajouter, pour dire toute la vérité, que moi-même j'ai hérité du même nom. En me voyant grandir et observer mes seins avec inquiétude – les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]
19 mai 2019

La femme en noire

Toute de noire vêtue, elle avançait dans la rue tête baissée comme si elle venait de recevoir l’hostie. Intriguée, je l’ai suivie, parfois je suis des gens ; une vocation ratée de détective privée. Elle est entrée dans une mercerie de la rue des Oiseaux, moi aussi. Elle y a acheté des boutons, moi aussi, mais pas les mêmes. Les siens étaient nacrés et en les payant elle a dit à la vendeuse. -          Vous ne trouvez pas qu’on dirait des hosties ? La vendeuse a hoché la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

17 mai 2019

La séparation

  Ce type avait une tête de loup. Un fou, c’est certain, mais quand il la suivit, elle fit semblant de rien et continua son chemin jusqu’au fleuve. C’est là qu’il lui sauta dessus, non pour l’étrangler ou la manger - comme elle aurait pu le penser - mais pour lui dire qu’il l’aimait. -          Moi ? Mais vous ne me connaissez pas, lui dit-elle aussitôt. -          Connaissons-nous alors, fut sa seule réponse. Elle pensa bien sûr... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
15 mai 2019

L’empathie

Il n’avait jamais voulu être assassin mais on lui avait forcé la main. La première fois qu’il avait tué, sa chemise était à tordre, comme s’il avait perdu toute l’eau de son corps. La fois suivante, il avait mis du coton  pour absorber la sueur. Il avait une qualité peu commune pour un assassin : l’empathie. Il n’était pas rare qu’il se laissât aller à quelques attentions touchantes avec certaines victimes toujours choisies avec le plus grand soin. Les annonces passées dans Paris Normandie à la rubrique... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 mai 2019

Le mari de la voisine

Moi, je plains le mari de ma voisine. Mardi dernier il s’est confié à moi au rayon boucherie d’Intermarché. Il m’a  dit qu’il regrettait de s’être marié avec une psychothérapeute. -          Si j’avais su ! a-t-il ajouté. Je ne peux rien dire sans que ce soit passé à la moulinette de l’analyse. Je ne sais pas si vous vous rendez compte ? Oui, je  me rendais  compte, mais je ne pouvais pas lui dire que mon mari  était psychothérapeute, comme sa femme. Lui, sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
11 mai 2019

la fuite

Souvent elle lui demandait s’il l’épouserait et jamais il ne répondait. Parfois il riait. Elle non. Un jour, il lui répondit avec une citation de Paul Leautaud : « Dans le mariage on fait l’amour par besoin, par devoir. Dans l’amour on fait l’amour par amour. » - Fadaise lui répondit-elle. Tu utilises une citation mais celle-ci ne te correspond pas. Car en ce qui te concerne, le besoin joue un grand rôle. Il ne dit rien, partant du principe que le silence apaise les maux. Amusée, elle conclut. - C’est étonnant comme... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]