Nouveau duo avec Mado, à partir d'une d'une figure poétique de Gaspar lieb prise en photo par moi-même près du conservatoire de Rouen.

Nous pouvions aussi nous servir d'une citation, si besoin était :  "Soyez humain si vous voulez être original, plus personne ne l'est." Max jacob

   

 

20190227_143015

 

Voici le texte de Mado, le mien sera publié mardi.

 

Incompatibilité

 

Il lui avait promis une surprise pour leur première soirée. Quand de l’étage, elle l’avait surpris  à son insu, ficelé nu dans son Bow-Short demi-tour noir, qui manœuvrait  le  tranchant  d’un couteau   acéré,  elle jugea,  perspective modifiée, la situation  rédhibitoire. Médusée, elle continua pourtant à l’observer…

IL les saisissait l’une après l’autre  dans leur rondeur, avec une fébrilité effrayante, le regard  irradié d’éclats pervers. Il  visait juste où planter la lame, coupait, raclait … Il  maintenait …tirait pour détacher  le corps délicat…sectionnait…. Enfin,  le délivrer  de toute impureté… faire ruisseler subtilement  l’eau claire sur la  chair blanche…

En percevant sa présence, il avait jubilé: « Elles étaient bien vivantes ! »

 

Elle ne sut pas dire lequel des motifs avait été déterminant. D’abord  cette allure si grotesque au milieu de la cuisine… Et puis, lui avait-il seulement  demandé son avis? Elle était végétarienne! Enfin, qu’avait-il  de  plus humain que ces infortunées St Jacques occises à plaisir ? D’ailleurs, plus personne ne l’est, prit- elle à témoin l’agent qui nota sa déposition après l’avoir arrêtée près du corps de l’ex- amant potentiel. Elle avait dû péter les plombs, et évidemment qu’elle regrettait !

 

Depuis son jugement, elle s’efforce de réunir les fragments  de  souvenirs de ce corps sacrifié à peine entrevu, et d’une main qui tremble, sur le mur de sa cellule, comme sur un palimpseste, elle tente  de le  ressusciter; chaque jour elle le réinvente  plus désirable : là est sa rédemption.