Chaque jour elle déposait un mot – ou deux - dans sa poubelle ; les mots des lettres qu’il lui avait envoyées et qu’elle dépiautait consciencieusement. En désossant ses phrases, elle le désossait. Comme il ne lui avait écrit que 4 lettres, elle en aurait assez vite fini avec lui.

Le précédent, par contre, il lui avait fallu douze longs mois pour le faire mourir. C’était un amoureux des mots, mais pas d’elle.

Quant à l’avant avant dernier - un imbécile - la seule missive qu’il lui avait écrite, c’était ces trois phrases griffonnées à la hâte sur une enveloppe : « Je pars. Oublie-moi. Je ferai de même. » Elle, elle l’avait achevé en une semaine.

 

PS : prochain texte le vendredi 19 avril.