P1060173copie

 

Fernando Pessoa fut consul de première classe à la Havane, mais cela n'a duré que 15 mois. le climat et la solitude l'ont peut-être contraint à partir, qui sait ?

Sans doute est-ce à ce moment précis que lui est venu à l'esprit cette phrase qu'il n'a jamais écrite - bien sûr -  car trop banal :
" Être loin pour être prêt "

Phrase imaginaire qui aura pu le conduire sur le chemin du livre de l'intranquillité, qui sait ?

 

PS : photo prêtée par "Mado" et prise à Cuba lors de son dernier voyage.