La première chose qu’elle lui avait dite en la croisant  au supermarché, juste après lui avoir demandé des nouvelles de ses enfants et de son mari, c’est qu’elle avait rassemblé ses morceaux.

-          Tes morceaux ? Mais tes morceaux  de quoi ? avait répondu son amie étonnée.

-          Mes morceaux pour écrire, avait-elle souri.

-          Ah bon, tu écris ? Mais quoi ?

-          Des histoires à dormir debout, bien sûr !

Son amie n’avait pas réagi, les yeux fixés sur  sa liste de courses.

-          Tu m’excuseras Hélène, mais j’ai tellement de trucs à faire aujourd’hui qu’il faut que je me dépêche. Envoie-moi un de tes textes par mail, d’accord ?

Elle remarqua que Marie traversait rapidement le rayon fruits et légumes pour se diriger vers la caisse.  A quoi rimait cette fuite éperdue ? Décidément, le quotidien suintait l'ennui.

Elle avança lentement vers la caisse et  se rendit compte, émue, que son esprit voyageait au pays des mots. Aussitôt,  phrases et voix  déployèrent ombres et couleurs et, des êtres inconnus jusqu'alors lui demandèrent d'écrire leur vie ; peu importaient le temps, le lieu ou l'espace, elle serait la seule à décider. Une telle confiance la fit pleurer. Etait-ce un rêve ou le début d'une autre vie ?