Duo de janvier avec Caro - du blog les heuresdecoton -  qui a choisi une photo de  BySangui.

Aujourd'hui, vous pouvez lire son texte. Le mien paraîtra dans deux jours.

 

47578542_334586097366671_1549085830541213696_n

 

Ne coupez pas

Je la croise parfois. L’ombre.

Une ombre, présence fantôme, plus colorée et moins sombre qu’elle ne devrait, presque un sosie. Une imposture impossible à décrire puisqu’elle n’en est pas une. Un mirage. Quoique.

Ce reflet de moi que je retrouve dans un miroir, a la tangibilité de ce que l’on vit dans les rêves et qui nous secoue au réveil. Perçant l’inconscience des songes, la distance, le temps, un autre dépose un message que seules nos nuits semblent capables de décrypter.

Elle ? L’ombre. Je ne l’ai pas revue depuis un bon moment, ma vagabonde, ma mal peignée. Là je vais  sortir. Elle me saisit alors que j’attrape mon blouson. Je m’adosse au coffre à linge. Au lieu d’aller dégivrer la voiture, j’appelle le boulot, baragouine que je vais mal. Mon chef me dit que c’est pas grave, que vu le nombre d’heures sup que je collectionne, ce n’est pas vraiment un problème. Je le remercie. J’enfile ma parka, claque la porte et me dirige vers la Deûle. Les maisons et leurs briques rouges, bien alignées. Silhouettes étroites et rassurantes. J’y imagine sans peine des odeurs de café, ou de chicoré. Un peignoir qui traîne sur une chaise. Une tartine de beurre salée que l’on avale. Ou peut-être même un reste de soupe, des escaliers impraticables et le gris du ciel que les fenêtres n’arrivent pas à contenir et qui se pose sur tout, sur le buffet hérité de la grand-mère, sur le transistor, sur la télé qui bavarde en sourdine.

Je marche vers la citadelle Vauban quand mon smartphone vibre dans ma poche : message de Stéph. Trois mots et un smiley. Un truc léger parce qu’il ne veut pas me rappeler, me harceler dit-il en ravivant une proposition à laquelle je ne réponds toujours pas.

Je marche encore, je sens un léger tiraillement dans la hanche gauche. Je sens un tiraillement dans le cœur. Je revois mon double, mon ombre, mon autre dans le miroir, son regard grave, ses traits creusés. Je repense à cette phrase, lue ou apprise, je ne sais quand. « Allô allô, c’est moi […] Mais c’est un autre moi pareil et pas pareil ». Parfois alors que l’autre, un ami, un collègue, un numéro quelconque raccroche, elle se glisse dans le silence. Je crois percevoir son souffle, oh à peine une seconde. « Ne coupez pas ! »

Si je pouvais, si je voulais, cette ombre tapie en moi et silencieuse désordonnerait ma vie. « Elle comprendrait de travers mon adresse mon nom. Elle répèterait à l’envers toutes mes commissions. » Elle me montrerait d’autres chemins, d’autres possibles. Elle viendrait du passé, Elle embrouillerait les fils de l’avenir. Vous la verriez comme un pauvre être mais ne vous méprenez pas c’est moi et c’est un autre. Vous la diriez bête puisqu’elle n’est pas comme vous. « Bête comme un écho qui s’embrouille parmi le halo de ses mots qu’elle ne comprend qu’à demi. Bête comme une voix qui résonne résonne dans un désert tout froid ».

Bête comme moi vous diriez si vous me connaissiez vraiment. Alors je baisse les bras, je suis lâche puisque « parfois je vous crois ».

« Alors quand je me téléphone un autre me répond, il n’est là pour personne et me dit toujoursnon. Il raccroche et je sonne ». Ainsi je regrette l’autre et je regrette une part de moi. Je regrette de vous avoir écoutés, vous et ma lâcheté, vous comprenez ? Parce que d’elle, vous jugez ses cernes et la peine qu’elle trimballe. Et vous me jugez, moi. Et vous nous jugez toutes deux, puisque « elle est un autre moi pareil et pas pareil ».

 

Inspiré de la photo de BySangui et de ce poème de Claude Roy.

Ne coupez pas

 

Quand je me téléphone

un autre me répond

il n’est là pour personne

et me dit toujours non

 

Il comprend de travers

mon adresse mon nom

Il répète à l’envers

toutes mes commissions

 

Bête comme un écho

qui s’embrouille parmi

le halo de ses mots

ne comprend qu’à demi

 

Bête comme une voix

qui résonne résonne

dans un désert tout froid

Il raccroche et je sonne

 

Allô Allô c’est moi

Qui est à l’appareil

Mais c’est un autre moi

pareil et pas pareil

 

Un autre me répond

un autre ou bien personne.