17 octobre 2018

Love

  L’imbécile, il mettait ce " Love " sur tous les murs de la ville. Elle se demandait bien qu’elle était le rôle de ces deux points en équilibre au-dessus du vide. Etait-il en train d’imaginer une revanche à leur histoire ? Avec lui il fallait s’attendre à tout. Elle aurait mieux fait de ne jamais sortir avec ce type. Il avait vingt ans, elle en avait vingt de plus, et il la prenait de toute évidence pour la mère qu’il aurait aimé avoir. Un genre d’Emmanuel, peut-être…   PS : photo prise à Paris, je pense.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 octobre 2018

La boîte

Quand il allait dans le cabanon au fond du jardin, c’était toujours avec le masque de plongée et le tuba, il faut dire qu’il  y avait les odeurs … Aller « aux cabinets », comme sa grand-mère disait, c’était toute une expédition, surtout pour lui qui venait de la ville. Ce matin-là, dans la cuisine,  il avait  astiqué le masque de plongée avec le produit à vitre afin de mieux voir les ailes des petites mouches bleues qui voletaient près des « cabinets ». Une fois le masque et le tuba installés, il était parti en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
13 octobre 2018

Vous avez dit Schubert ?

Ils s’étaient rencontrés dans la cafeteria de l’hôpital psychiatrique. A voix basse – il croyait que le monde l’épiait - il lui avait assuré que pour suivre le chemin, il lui suffirait, quand elle serait prête,  d'écouter le trio numéro deux de Schubert ; piano et cordes entameraient alors un andante sur une sonate qui la conduirait vers l'autre vie. Elle n’avait jamais oublié leur rencontre – c’était pourtant il y a bien longtemps -  et, le jour où l’arc en ciel apparut, elle suivit ses mots sans hésiter…
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
11 octobre 2018

La voyante

Il avait lu cette annonce dans Libération : “ Je prévois le passé 7 jours sur 7. Appelez-moi au 08258962 ” Intrigué, il avait appelé, non pour connaître son passé, suffisamment remâché pour ne pas l’oublier, mais pour se souvenir de  détails qui lui échappaient toujours, mais étaient-ce bien des détails ? Au téléphone, la voyante lui avait paru sympathique et son prix défiait toute concurrence : 40 euros la séance de 30 minutes. Rendez-vous avait été pris à 9 heures, le mardi suivant. La veille il... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]
09 octobre 2018

Les tapis persans

                              -          Très jolie salle que la vôtre, lui a-t-il dit en s’installant. Vous habitez seule dans cette maison ? -          Non, avec maman, lui a-t-elle répondu le visage blanc. Il l’a regardée en souriant. -          Oui, avec une maison aussi grande, il vaut mieux ne... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
07 octobre 2018

T’as vu ta chambre ?

-          Non, mais t’as vu ta chambre ? Elle commençait toujours ses phrases comme ça quand elle entrait dans ma chambre, c’était plus fort qu’elle. Moi, je répondais invariablement. -          Ben quoi, qu’est-ce qu’elle a ma chambre ? Je jetais un coup d’œil rapide aux vêtements qui jonchaient le sol, aux livres éparpillés, au lit défait, et je souriais intérieurement. Après, elle démarrait  au quart de tour. Sa collection... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
05 octobre 2018

Souvenir

Sa fille lui demanda. -          Et c'est là que tu l'as rencontré ? Il ne répondit pas. Oui, c'était là, exactement, mais il  ne se souvenait pas même de son visage quand il  était sorti  de l'eau, le temps l'avait effacé. La seule chose qu'il avait gardée en mémoire, c'était  ses yeux bleus qui traçaient  un chemin vers un royaume perdu. Sa fille insista. - Et c'était vraiment un vampire ? Il la regarda et, les yeux fermés, il évoqua les mots du vampire -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
03 octobre 2018

L’aigle

Quand il lui avait dit, au creux des draps, qu’il pouvait se métamorphoser en aigle, Lise ne l’avait pas cru et elle avait eu tort.  Ils prenaient un petit déjeuner tardif sur la terrasse qui donnait plein sud, lui tout en noir, elle dans un déshabillé bleu ciel. Leur première nuit  s’était passée entre gémissements et assoupissements. Elle ne se lassait pas de  regarder ses yeux sombres soulignés de cernes bleus  qui l’inquiétaient un peu. Mais elle aimait à se faire peur. Cette nuit-là, le sexe de cet homme... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
01 octobre 2018

Le livre

Après avoir lu ce livre, elle eut l'impression de rencontrer des pervers partout, notamment au travail. Elle finit par  éviter ses collègues les uns après les autres, refusant l'ascenseur, la machine à café et la cantine. Le 18 septembre, le patron lui demanda de venir dans son bureau et il termina leur entretien par la question suivante : Puisqu'il vous reste une semaine à prendre, Catherine, souhaiteriez-vous la prendre tout de suite ? Elle refusa immédiatement : pour qui me prenez-vous ? Elle rentra dans le bureau... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]