Mère et fille

 

Ce repas a signé  le début de la guerre des tranchés.

Juste après l’entrée, sa mère lui avait laissé entendre que  sa robe ne lui allait pas du tout. Elle lui avait répliqué vertement.

-           C’est l’hôpital qui se moque de la charité !

Le rire déplacé de sa mère l’a piquée au vif, sans parler de ce verre de vin qu’elle avait levé en répliquant, ironique.

-           A ton âge, ma petite fille, il faudrait peut-être que tu en finisses avec ta crise d’adolescence !

La phrase de trop. Elle a pris le temps de boire  son verre puis a asséné.

-           Et toi, à ton âge, il faudrait peut-être que tu arrêtes de séduire tout ce qui a un sexe d'homme entre les jambes !

La  tablée s’est immobilisée. Le père a fermé les yeux et Les femmes ont  regardé leur assiette alors que leurs époux respectifs faisaient de même. Seules mère et fille se mesuraient du regard, telles deux béliers prêts à s’encorner.

La mère a fini par rompre le silence d’une voix légèrement tremblante.

-           Ce serait trop bête de gâcher ce repas du jour de l’An pour une broutille. A ta santé ma petite fille.

Le repas a continué comme si de rien n’était, mais toutes deux savaient pertinemment  que rien ne serait jamais oublié.