Elle allait par les rues sous les lumières blafardes et, en son sein, elle portait la tristesse de celles qui ont perdu leur enfance.

Les lumières clignotaient aux façades des immeubles et elle marchait vers le fleuve où les eaux sombres l’appelaient.

Elle n’aurait qu’à nouer la corde à ses pieds et sauter. Elle avait déjà répété ces gestes maintes et maintes fois dans le terrain vague qui bordait le fleuve.

Arrivée près de l’eau elle entendit des pleurs et ne sut que faire. Un bébé peut-être ?

Elle finit par dénouer la corde et glissa vers l’endroit où les piliers du pont dressaient leur silhouette menaçante. Sur le sol il y avait un couffin. Dans le couffin, un  bébé minuscule s’agitait, emmitouflé dans une couverture claire. Elle le prit délicatement contre elle et  murmura en sanglotant.

-           Ne pleure plus bébé, ne pleure plus, on ne t’oubliera plus, je te le promets, ne pleure plus.

Le bébé cessa peu à peu de s’agiter et Marie lui sourit. Elle  regarda le fleuve une dernière fois, jeta la corde loin derrière elle et, le couffin dans les bras, elle marcha vers les lumières de la ville.

Ce  n’était plus l’heure de mourir.