Le soir tombait et vous buviez, comme vous le faisiez probablement toute la journée.

Les vitres dégoulinaient et vous aussi ; vous dégouliniez de cette mélancolie qui colle à la peau et au goulot.

Vous  sanglotiez à perdre l’âme, assis sous un abribus, seul. Et de temps à autre, vous maudissiez « ces cons » qui passaient sans vous voir, vous qui  brandissiez votre litron.

Moi aussi j’ai fait semblant de ne pas vous voir, alors que pourtant…