A chaque fois qu’elle pensait à son père, lui revenait ce début d’énoncé d’anciens cours de maths : « Dans un repère orthonormé… ».

Elle comprenait maintenant pourquoi elle avait tant détesté les maths !