24 février 2018

Duo de février

Voici notre duo de février. Cette fois-ci nous nous sommes donnés comme contrainte d’utiliser ce vers de Guy Golfette :   j’avais dix ans et plus de voyages dans mes poches que les grands navigateurs Aujourd’hui vous pouvez lire mon texte. Celui de Caro sera publié le 26 février.     La petite fille au mouchoir brodé   Sur cette photo, j’avais dix ans et plus de voyages dans mes poches que les grands navigateurs. Maintenant j’en ai 60. Oui, j’ai été enfant, des photos le prouvent. Par exemple celle... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 février 2018

Le ressentiment

Aux beaux jours, c’est là qu’ils s’asseyaient. Lui sur le banc de droite, elle sur celui de gauche, et ça a duré pendant 25 ans. 25 ans pendant lesquels ils ne se sont pas parlé. Pour quelles raisons voudriez-vous sans doute savoir ? Oh, une raison toute simple qui, dans un autre couple, n’aurait sans doute pas mené à de tels excès. 25 ans plus tôt,  en revenant de la messe,  elle lui avait dit qu’elle voulait  faire chambre à part. Il ne l’avait pas supporté. En mesure de représailles, il ne lui avait plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
20 février 2018

L’orgasme pédagogique

Elle n’avait jamais atteint l’orgasme pédagogique. Pourtant, il y avait plus de trente ans qu’elle enseignait ! Observons les faits : si, en général, les préliminaires avaient bien lieu, ils étaient souvent à sens unique. Par ailleurs,  les « rapports » pédagogiques provoquaient chez elle de nombreuses tensions, mais sans aucune apparition de phases d’apaisement, d’où des frustrations sans fin. Vous me rétorquerez qu’il est parfaitement possible d’atteindre un orgasme pédagogique seul, et vous aurez raison.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2018

Voir double

Il lui avait dit qu’en général, il ne fallait pas s’en tenir au premier regard. Un deuxième était nécessaire pour rectifier les déséquilibres du premier. Elle avait hoché  la tête pour signifier qu’elle avait compris. Elle pensait ainsi lui faire plaisir. Mais non. Lui, aurait voulu qu’elle argumente et il le lui dit.  Hélas, d’arguments elle n’avait point ou peut-être hésitait-elle à les faire valoir car les 50 ans imposants de cet homme pesaient face à ses tout juste 25  ! Sensible à ses attentes, elle tenta une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]
16 février 2018

La dentiste

Quand elle est arrivée dans le cabinet de la dentiste, celle-ci écoutait un air de salsa, aussitôt suivi d’une cumbia. En l’attendant, tranquillement assise sur le fauteuil de torture, elle a osé. -          J’espère que vous ne suivez pas le rythme de la musique avec votre turbine. La dentiste a souri et lui a dit de n’avoir aucune crainte, elle savait se contrôler ! Une heure plus tard, elle sortait la mâchoire meurtrie, non par les coups de turbine, mais par la piqûre... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
14 février 2018

Les mignardises

C’est là que cette famille bohême  avait habité. Les glycines pouvaient encore en témoigner. La maison était grande et ressemblait un peu à une gare. On y accueillait  des gens de passage, des artistes, comme eux. On y donnait aussi des fêtes, beaucoup de fêtes. C’est au cours de l’une d’entre elles que la police avait été appelée, je m’en souviens encore. Un type aviné – qui se disait artiste peintre – s’était hissé nu en haut de la charpente en fer et avait gueulé à qui voulait l’entendre qu’il avait couché avec... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

12 février 2018

Psy

Sur le site des thérapeutes en ligne, elle s’était intitulée"psychanalyste" alors qu’elle n’avait qu’une maigre formation en psychologie et  n’avait jamais mis les pieds dans un cabinet de psychanalyste. La seule démarche qu’elle avait faite – et encore, par hasard – c’était de voir « la maison du docteur Edwards », un classique du genre. Mais l’essentiel n’était-il pas dans le désir d’être plutôt que dans l’être ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
10 février 2018

L’effet sculptant

Elle avait voulu croire à l’effet sculptant et elle était entrée dans la cabine d’essayage avec son « trophée ». Après avoir déposé ses affaires, enlevé son manteau, ses chaussures et son pantalon, elle avait voulu se glisser dans le pantalon miracle. Elle a mis 5 minutes harassantes pour l’enfiler : les jambes étaient trop étroites et la négociation au passage des hanches lui a pris trois minutes. Une fois que tout a été en place, elle a fait l’erreur de se regarder de dos, puis de face. Elle s’est effondrée... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
08 février 2018

Le clodo

Assise sur le parvis de la cathédrale de Beauvais, son sac à ses pieds, elle se sert un café tout droit sorti de sa bouteille thermos qu’elle transporte partout. A quoi pense-t-elle ? A sa vie ou plutôt à ce qu’elle voudrait en faire. Ses yeux sont maintenant mi-clos et la caresse du soleil sur sa joue lui provoque un plaisir indicible. C’est à ce moment qu’une voix avinée lui dit. -          C’est bon le soleil, hein ? Elle ouvre les yeux et voit devant elle un type que... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [28] - Permalien [#]
06 février 2018

Le café de l’espérance

C’est « au café de l’espérance » qu’il a rencontré Robert, 50 ans plus tôt, et jamais il ne l’a regretté. Les conneries qu’ils ont pu faire ensemble ! Leurs femmes, par contre, n’étaient pas du même avis, surtout lorsqu’elles les attendaient jusqu’à pas d’heure parce qu’ils devisaient sur l’état du monde en buvant deux, trois, quatre ou cinq verres de rouge remplis à ras bord. Aujourd’hui c’est l’enterrement de Robert et l’église – dont les trois premières rangées sont remplies -  entend  ses reniflements... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]