31 décembre 2017

La photo de groupe

On était le 31 décembre, sur les hauteurs de Florence. Il faisait beau. Le photographe tentait, en vain, de nous faire tenir tranquille, mais pas moyen. Les jeunes riaient et les plus âgés pépiaient à qui mieux mieux. Le photographe, monté sur un escabeau, dut faire preuve d’autorité. -          On fait une place aux retardataires et surtout on ne bouge plus d’un poil ! C’était sans compter sur la mauvaise volonté d’Angelo qui, revenu après avoir assouvi une envie pressante, a... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]

29 décembre 2017

le conte

L’homme sur son cheval noir avait fait irruption dans la clairière où elle se promenait. Il avait fait virevolter l’animal autour d’elle puis il lui avait demandé si elle voulait monter. Elle avait bien sûr refusé : pour qui se prenait-il ? Cependant, elle lui avait tout de même demandé de la part de qui il venait. Il lui avait répondu simplement : « Les fées ». -         Mais pourquoi ne sont-elles pas venues elles-mêmes ? Avait-elle rétorqué, méfiante. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
27 décembre 2017

Maladies

Il était devenu malade à force de prendre des médicaments qui le soignaient de maladies qu’il n’avait pas.    PS : à voir, ce documentaire édifiant  : « Cholestérol, le grand bluff »
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
25 décembre 2017

Noël

Ce Noël-là -  à dix ans révolus -,  elle avait voulu tuer ses parents avec une poudre de perlimpinpin  qu’elle avait versée dans les jolies petites tasses roses à fleurs bleues de leur service à thé. Ses parents avaient survécu, tant mieux, ou tant pis. En tout cas, cette mise en acte l’avait définitivement sauvée du naufrage. Cette famille-là  n’était plus la sienne et, enfin libre, elle avait pu renaître.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
23 décembre 2017

Le fleuve

Damien regardait avec elle les arbres qui se reflétaient dans l’eau du ciel. Elle repensait au dialogue qu’elle et Jean avaient eu dix ans plus tôt, alors qu'ils se tenaient tous deux au même endroit, face à l’étendue calme et plate du fleuve. -          C’est là que Damien l’a tuée, dans cette barque. -          Tu es sûr ? avait-elle dit. -          Oui, sûr et certain, j’y étais. Elle n’osa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 décembre 2017

Duo de décembre

Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site Après le texte de Caro, voici le mien.   Confusion   On était le 5 janvier et l’année commençait bien mal. Dans l’entrée, posés sur le guéridon, son sac d’écrivain  et son kit de survie, qu’elle répugnait à appeler baise-en-ville. -          Tu vas chez ton éditeur ou à l’hôpital ? a-t-elle demandé à son mari. Il a continué ses préparatifs sans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

19 décembre 2017

Duo de Décembre

  Pour ce Duo de décembre, deux accroches, l'une étant le baise-en-ville, la deuxième étant ce site. Aujourd'hui vous pouvez lire le texte de Caro, le mien sera en ligne le mercredi 21 décembre.   BAISENVILLE Depuis plus de 25 ans, il vient tous les ans à la même période, souvent le samedi avant Noël. Je venais d’être embauchée quand je l’ai servi pour la première fois. Il a demandé un baisenville. J’ai rougi ; il a sans doute cru, à raison, que j’étais une oie blanche. Surtout, je trouvais le mot tellement... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 décembre 2017

Le confessionnal

Elle avait décidé d’ouvrir un confessionnal, une idée un peu folle, mais qui  marchait. Au début, un ou deux clients par jour, mais depuis un mois, elle pouvait recevoir jusqu’à 10 personnes par jour. Son approche était simple : chacun pouvait déposer ses souffrances pendant la demi-heure qui lui était accordée et recevait une écoute inconditionnelle accompagnée d’une boisson au choix et d’un gâteau fait maison, pour la modique somme de 15 euros. Seulement, au jeu de l’écoute, elle fut rapidement prise au piège, et ce... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Changement

Pourquoi la vie désenchante-t-elle ce qu’elle a enchanté ? Il l’avait trouvée belle, très belle, puis moins belle, nettement moins belle et maintenant, non seulement  il la trouvait quelconque, mais bête. Il s’en voulait mais c’était ainsi, la vie avait transformé la soie en tissu grossier. Tout ce qui chez elle l’avait attiré, l’éloignait ; et tout ce qui l’avait ému, l’agaçait. L'heure était venue de s'envoler à tire d'ailes...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
13 décembre 2017

Le piano

Tout  chez Barbara le fascinait : sa voix, ses intonations,  son phrasé, ses attitudes.  C'est pour elle qu'il s'était mis au piano, seul d'abord, puis accompagné, mais son enthousiasme du départ était tombé aussitôt. Le professeur - pourtant soigneusement choisi -  l’avait découragé, et un seul cours avait suffi. Certains enseignants ont des dons stupéfiants…       PS1 : photo prise dans un café à St Martin de Boscherville où l’abbaye vaut le détour. PS2 : A voir sur Arte : ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:25 - Commentaires [23] - Permalien [#]